Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_040303.html
Texte:
George Bush enregistre de sérieux revers dans la préparation de la guerre Le vote du Parlement turc plonge le parti islamiste AKP dans la criseSamedi 1 mars 2003 la Turquie refuse le débarquement de 62 000 soldats américains - 2 pages sur la crise irakienne Où va le gouvernement turc ? Deux jours après le vote du Parlement d' Ankara qui n' a pas autorisé le déploiement des soldats américains sur le sol turc , on s' interroge toujours sur les intentions politiques du pays à propos de la crise irakienne . Selon Fehmi Calmuk , un spécialiste du Parti de la justice et du développement ( AKP ) , le premier ministre Abdullah Gül n' est , dans le fond , pas mécontent de n' avoir pas à signer de sa propre main l' invite américaine . « Il est difficile pour ce dirigeant issu du mouvement islamiste , historiquement anti-américain et proche des pays arabes , de faire passer une telle pilule à son parti » , estime -t-il . Il indique que le gouvernement ne se risquera pas à soumettre une deuxième motion au Parlement de crainte d' un nouveau revers , « à moins que les pressions extérieures ne deviennent trop fortes » . Seuls trois petits bulletins auront manqué pour obtenir la majorité absolue , nécessaire pour faire passer , samedi 1er mars , la motion déposée par le gouvernement au Parlement ( 267 voix auraient été nécessaires pour adopter la motion . 264 députés ont voté « pour » , 250 « contre » , 19 se sont abstenus ) . Un résultat inattendu alors qu' une centaine de députés de l' AKP n' ont pas suivi les consignes de leur direction . Une fronde qui ouvre une faille dans la formation de Recep Tayyip Erdogan . M. Erdogan qui fait actuellement campagne pour son élection comme député à Siirt ( sud est du pays ) , prélude à son accession prochaine au poste de premier ministre , a lancé en sortant d' une réunion avec les dirigeants du parti tard dans la nuit : « Que voulez -vous de plus ? C' est un résultat complètement démocratique . Que cela soit pour le meilleur ! » . Une déclaration qui indique que le chef du parti AKP pourrait accepter la décision parlementaire . Evoquant , à la veille du vote , « le risque avec la crise irakienne , de voir un ralentissement du processus d' adhésion de la Turquie à l' UE » , le chef du parti AKP avait notamment confié au Monde : « Si les Européens avaient réussi à agir de concert , ils auraient peut-être pu apporter le soutien nécessaire à la Turquie et changer le cours des événements » . Le président du Parlement , Bülent Arinç , opposant déclaré à la guerre contre l' Irak s' est félicité : « Big Brother nous observe , mais ceci est notre décision » . De son côté , le ministre de l' éducation , Erkan Mumcu , a indiqué que le gouvernement « pourrait démissionner » . Dimanche matin , les yeux cernés par la fatigue , le premier ministre Abdullah Gül a affirmé à son arrivée au siège du parti AKP qu' il fallait respecter la décision du Parlement . « La mécanique démocratique a fonctionn é » , a -t-il expliqué . Bien sûr , les relations turco-américaines sont des relations stratégiques et ne dépendent pas d' une simple motion . Elles vont se poursuivre sur une base de confiance mutuelle . J' ajoute que l' Irak ne devrait pas exploiter la décision d' hier » . Un avertissement pour la forme . Aujourd'hui , l' essentiel est ailleurs et les sourires forcés des députés dissimulent mal la crise qui couve au sein du parti AKP . Abdullah Gül se trouve dans une position pour le moins inconfortable . Soumis aux rudes pressions américaines et aux demandes répétés des milieux d' affaires turcs qui attendent de pied ferme les aides financières promises par l' administration Bush , il pourrait laisser filer la question du déploiement des GI jusqu'aux élections législatives partielles du 9 mars , qui devraient placer le candidat Recep Tayyip Erdogan à la tête d' un futur gouvernement remanié . « Nous allons évaluer la situation calmement . Il n' y a aucune raison de s' inquiéter » , a voulu rassurer le premier ministre peu avant une entrevue , dimanche après midi , avec le chef d' état-major , le général Hilmi Özkök dont rien n' a filtré . Les militaires apparaissent comme les autres perdants du moment . « Nous aurions dû dire « oui » pour l' intérêt du pays , a déclaré l' ancien général , Baha Tüzüner , à la chaîne de télévision CNN-Türk . Des problèmes surgiront dans le futur parce que nous utilisons les armes américaines et sommes dépendants de Washington . Avec ce vote , nous défions un géant mondial » . « L' Assemblée a refusé la guerre » , titrait , dimanche , le quotidien de centre gauche Radikal avec , en « une » , la photo de la manifestation de la veille où près de 50 000 personnes s' étaient rassemblés à Ankara pour dire « non à la guerre » . Sous un soleil hivernal , syndicats , mouvements de gauche , militants de Greenpeace , rejoints par des associations islamistes scandaient « Yankee go home ! » ou « Nous ne serons pas les soldats des Etats-Unis » . Sur les pancartes , on pouvait lire « USA assassins , AKP complices » et « Ni oncle Sam , ni Saddam » . Tayfun Mater , coordinateur du mouvement contre la guerre en Irak , ne cachait pas sa joie : « Nous avons gagné de nombreux députés du AKP dans nos rangs . Ce vote est une victoire même si ce n' est peut être que pour quelques jours. »