Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_040402.html
Texte:
En Grande-Bretagne , la Rolls-Royce des régimes de pensions vit ses dernières années Longtemps , le régime de retraites britannique a fonctionné de manière plutôt satisfaisante . Aujourd'hui , il est , à son tour , en crise . Une crise moins grave que dans d' autres pays d' Europe , mais qui résulte de certaines causes communes - l' allongement de la durée de vie , le vieillissement de la génération du baby boom - ou plus spécifiques : la moindre rentabilité des fonds de pension , et la volonté des employeurs de se délester sur les salariés d' une partie des risques financiers du système . Le retraité britannique perçoit une maigre pension de l' Etat : 72 livres , soit 118 euros par semaine . S' il n' a pas d' autre source de revenus , il a droit au revenu de soutien pour les retraités . Sa pension passe alors à 92 livres ( 150 euros ) . Ce système étatique lui procure environ 20 % seulement des revenus dont il disposait lorsqu' il était un travailleur actif . Résultat : un retraité sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté . Pour aider les plus démunis , le gouvernement a décidé de revaloriser leur pension en la portant à un minimum de 100 livres par semaine ( 163 euros ) à partir de la fin avril . Il n' empêche : ce système n' assure pas une existence décente aux retraités les plus pauvres . D' où le rôle majeur joué , en Grande-Bretagne , par le régime de capitalisation . Un retraité touche une pension versée par l' un des fonds privés auquel lui-même et son ancien employeur ont cotisé pendant sa vie professionnelle . L' excellent rendement de ces fonds a permis d' améliorer , depuis vingt ans , les conditions de vie des retraités . D' autant que ceux -ci bénéficient d' un système avantageux , désigné par son sigle , DB , ( pour Defined Benefits ) qui leur garantit des versements indexés sur le salaire de fin de carrière . Un salarié qui a travaillé quarante ans pour la même entreprise touche une retraite équivalant aux deux tiers de son salaire final . Ce système DB , que les experts appellent la Rolls- Royce des régimes de retraite , vit ses dernières années . Là est l' origine de la crise actuelle . Comme elles en ont , pour la plupart , le droit , nombre d' entreprises remplacent le système DB par un autre schéma , dit DC ( pour Defined Contibution ) , beaucoup moins favorable aux salariés car il ne leur garantit plus un niveau de retraite précis . Depuis dix ans , trois salariés sur dix ont été privés du système DB . En 2001 , un nouveau salarié sur dix s' est vu imposer le système DC . La tendance semble irréversible . Lorsque les fonds de pension resplendissaient , les bénéfices dégagés entretenaient sans douleur le système , au point que certaines entreprises s' étaient mises , comme on dit à la City , en vacances de retraites : leurs profits boursiers suffisaient largement à alimenter leurs cotisations aux fonds de retraites . L' érosion des bénéfices des fonds de pension ( - 10 % en 2001 ) oblige les entreprises à remettre la main à la poche pour assurer la survie du système , ce à quoi beaucoup d' entre elles rechignent . En remplaçant le système DB par le système DC , une entreprise fait en moyenne une économie annuelle de 2 100 livres par salarié ( 3 400 euros ) . Les deux systèmes comportent chacun sa part de risques : axé sur les fins de carrière , l' ancien système favorise les salariés fidèles à une entreprise et pénalise les nomades ; le nouveau avantage les salariés ayant les moyens , d' emblée , de réaliser une épargne substantielle en vue de leur retraite . En faisant dépendre beaucoup plus étroitement la valeur des pensions des performances aléatoires du marché , le système DC introduit un élément d' incertitude , qui , selon les syndicats , présage un cauchemar financier Beaucoup de salariés n' ont aucune idée de ce qu' ils recevront , proteste John Monks , le patron des syndicats . L' argent versé pour les retraites va diminuer . La somme des cotisations patronales et salariales équivalait à 14 % de la masse salariale dans l' ancien système . Elle n' en représentera plus que 11 , 6 % . Pour pouvoir espérer jouir , à 65 ans , d' une pension égale aux deux tiers de son salaire final , un employé britannique devrait allouer , dès l' âge de 25 ans , un quart de son revenu à sa retraite . Un objectif le plus souvent irréalisable . L' ancien président de l' Association nationale des fonds de pension , Alan Pickering , chargé par le gouvernement de proposer une réforme du système de retraites , préconise de relever l' âge de la retraite à 70 ans d' ici à 2030 ( contre 65 ans actuellement pour les hommes ) tandis qu' un centre de recherche proche de Tony Blair parle de 67 ans . Une chose est sûre : tous les Britanniques qui rêvaient depuis quelques années de devenir de jeunes retraités doivent déchanter ...