Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_120303.html
Texte:
Cinquante mille Chypriotes refusent de rendre leurs terres et leurs biens Reportage . Selon les termes du plan Annan , 9 % de la partie turque de l' île devait être rétrocédée Station balnéaire chypriote en vogue dans les années 1960 , Varosha n' est plus qu' une enfilade d' immeubles aux fenêtres béantes , aux murs criblés d' impacts d' obus , le long d' une jolie baie déserte , non loin du port de Famagouste . Après l' occupation du nord de l' île par l' armée turque en 1974 , Varosha , où la plupart des biens immobiliers étaient détenus par des sociétés étrangères , fut fermée par les Nations unies . Depuis trente ans , personne , hormis les quelques casques bleus qui y patrouillent parfois , n' y a plus mis le pied . La ville-fantôme porte encore les stigmates des combats ( impacts de balles et d' obus ) qui conduisirent à la partition de l' île , divisée depuis 1974 entre la République turque de Chypre du Nord ( 185 000 personnes , reconnue par Ankara seulement ) et la République de Chypre ( 620 000 habitants , la seule reconnue internationalement ) . Selon les termes du plan Annan , qui prévoyait la création d' un nouvel Etat sur le modèle de la Confédération helvétique , Varosha et toute la partie sud de Famagouste ( sur la côte est de Chypre ) auraient fait partie des rétrocessions de territoires ( 9 % ) auxquelles la partie turque ( 37 % de l' île ) aurait dû procéder envers l' entité grecque si la solution proposée par l' ONU avait été acceptée . " NOUS SOMMES PRIS AU PIÈGE " A 2 kilomètres de Varosha , la petite maison de Sengül , à Famagouste , aurait été également restituée . " J' ai été réfugiée deux fois , en 1963 puis en 1974 , lorsque j' ai quitté mon village de Poli , au sud , pour venir m' installer au nord , à Famagouste . En soixante-sept ans d' existence , c' est tout ce que j' ai obtenu . Et il me faut partir ? Non , ça n' est pas logique . Ce plan me casse la tête . Les " Roums " n' ont qu' à rester chez eux et nous aussi . Voilà la solution " , explique Sengul , une énergique grand-mère occupée à sarcler son potager . Comme elle , près de 50 000 Chypriotes turcs auraient été appelés à quitter leurs terres et leurs domiciles dans le cadre des transferts de territoires prévus par le plan . Nombre de ces propriétés appartenaient , avant 1974 , à des Chypriotes grecs chassés par l' avancée de l' armée turque . Après les derniers transferts de population en 1975 , les autorités chypriotes turques choisirent de les redistribuer - titres de propriétés à l' appui - aux réfugiés chypriotes turcs arrivés du sud de l' île . " Avec ce plan , nous sommes pris au piège . Notre population a reçu des titres de propriété en bonne et due forme pourrait se retourner contre nous , nous attaquer en justice ! " , expliquait récemment un conseiller de Rauf Denktash , le chef de la communauté chypriote turque . Outre les territoires cédés , la partie turque aurait dû consentir à rendre pour partie les biens des Chypriotes grecs restés sur les territoires qu' elle contrôle . A ce jour , 74 Chypriotes grecs ont saisi la Cour européenne des droits de l' homme , à Strasbourg , pour réclamer réparation . " En 1998 , dans l' affaire dite " Loizidou " -du nom de la requérante , une Chypriote grecque- , la Turquie a été condamnée à verser une pénalité qui se monte aujourd'hui à près d' un million de dollars avec les intérêts . Je dis bien la Turquie , et pas la RTCN -République turque de Chypre-nord- , qui est un Etat non reconnu . Or , 40 000 Chypriotes grecs s' apprêtent à faire la même chose " , explique Ali Erel , le président de la chambre de commerce chypriote turque , un chaud partisan du plan . Selon Oktay Kayalp , maire de Famagouste ( 35 000 habitants dont quelque 10 000 étudiants ) et opposant à Rauf Denktash , les transferts de population ne seraient pas un problème car " les Chypriotes-turcs évacués -des 9 % de territoires restitués- seraient relogés grâce aux fonds bientôt recueillis par la conférence de donateurs " que la Commission européenne s' était proposée de convoquer si le plan Annan avait été accepté . " C' est pour en finir avec l' isolement que nous voulons une solution " , explique le maire , qui brûle d' accueillir de nombreux touristes dans sa vieille cité , ceinte d' une forteresse du XIIIe siècle et sur ses plages , " parmi les plus belles du monde " .