Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_120903.html
Texte:
AMERIQUES . Le Chili commémore dans la douleur le renversement d' Allende Le 11 septembre 1973 , un putsch militaire installait la dictature d' Augusto Pinochet . Trente ans plus tard , cette période qui a fait plus de 3 000 morts et disparus continue de diviser le pays . Les familles des victimes de la répression dénoncent « l' immunité des tortionnaires » Le 11 septembre 1973 , une junte militaire renversait le gouvernement de Salvador Allende et le Chili s' installait dans une longue période de dictature . ARRESTATIONS , TORTURES , ASSASSINATS : trois mille personnes sont MORTES OU DISPARUES durant les années Pinochet . Trente ans plus tard , le président chilien Ricardo Lagos , socialiste , a choisi de commémorer officiellement le renversement de Salvador Allende « pour montrer au monde combien le Chili a changé depuis le retour de la démocratie » . Mais cette célébration est fortement CRITIQUÉE par les partisans du général Pinochet , par l' opposition de droite et par les alliés de la démocratie chrétienne . Les questions des droits de l' homme et des réparations aux victimes et à leurs familles demeurent sensibles . Beaucoup dénoncent « L' IMMUNITÉ » assurée aux tortionnaires . Au Chili , il y a trente ans , le 11 septembre 1973 , un sanglant coup d' état renversait le gouvernement de Salvador Allende . Le général Augusto Pinochet mettait fin à une expérience qui avait galvanisé la gauche internationale . Salvador Allende prétendait réconcilier le socialisme et la démocratie . Prisonnière de la guerre froide et du glacis soviétique , l' Europe peinait à réinventer l' espérance . En France , l' union de la gauche faisait ses premiers pas . Après avoir trouvé à Santiago un levier pour la gauche française , le dirigeant communiste Georges Marchais s' empressait de préciser que « la France n' est pas le Chili » . En Amérique latine , l' extrême gauche semblait avoir le vent en poupe . La révolution cubaine restait une référence majeure . Le coup d' Etat au Chili marque un point d' inflexion . Les militaires dominent désormais tout le cône Sud . Après le Brésil , la Bolivie , le Paraguay et l' Uruguay , ce sera bientôt le tour de l' Argentine . Le président chilien Ricardo Lagos a choisi de commémorer officiellement le trentième anniversaire , « pour montrer au monde combien le Chili a changé depuis le retour de la démocratie » en 1990 . Deuxième président socialiste de l' histoire chilienne , élu en janvier 2000 , M. Lagos est accusé de vouloir rendre hommage à l' ex-président non seulement par les partisans du général Pinochet et par l' opposition de droite , mais également par ses alliés politiques de la démocratie-chrétienne . Il s' agit « d' un acte oecuménique » , répond le président Lagos , dont la cote de popularité est en baisse . Cette page tragique de l' histoire du pays , qui a fait plus de 3 000 morts et disparus , continue de diviser les Chiliens , reconnaît Ricardo Lagos . Il estime toutefois que le Chili n' est plus divisé pour dire « nunca mas » , jamais plus aux violations des droits de l' homme . Depuis l' arrestation d' Augusto Pinochet à Londres , en octobre 1998 , les procès contre les anciens tortionnaires se sont multipliés au Chili . La justice instruit actuellement trois cents procès contre des militaires accusés d' enlèvements , de tortures et d ? assassinats d' opposants sous la dictature , entre 1973 et 1990 . Une douzaine ont d' ores et déjà été condamnés . En revanche , toutes les poursuites contre le général Pinochet au Chili ont cessé . Le 1er juillet 2002 , la Cour suprême de justice a estimé que le vieux dictateur , âgé de 87 ans , était atteint d' une démence sénile modérée , l' empêchant d' assurer sa défense . Une des grandes dettes du Chili est la réforme de la Constitution , héritée de la dictature militaire , qui n' a pas pu être modifiée , treize ans après le retour à la démocratie . GRÈVE DE LA FAIM A la veille du trentième anniversaire , les dernières propositions en matière des droits de l' homme du président Lagos , qui seront soumises au Parlement où la droite est majoritaire , ont entraîné une vive polémique avec les associations de défense des droits de l' homme . Ces propositions visent à mieux indemniser les familles des victimes et à atténuer les condamnations des militaires collaborant avec les tribunaux pour élucider le sort d' un millier de disparus . « Elles assurent l' immunité des tortionnaires » , accuse Lorena Pizzaro , présidente de l' association des familles de détenus-disparus , dont plusieurs membres ont entamé une grève de la faim en signe de protestation . Le président Ricardo Lagos affirme qu' « il n' y a pas d' impunité » au Chili , mais admet qu' il est impossible de remettre en cause l' amnistie imposée par le général Pinochet pour les crimes commis par les militaires entre 1973 et 1983 . Se félicitant du compromis du gouvernement , visant à augmenter le nombre de juges spéciaux chargés des procès des militaires , Nelson Caucoto , avocat des droits de l' homme , s' oppose également aux allégements des peines et à un éventuel pardon présidentiel pour les militaires . Dans un entretien accordé au Monde , il a regretté que les propositions en matière de réparation économique soient « dérisoires » . Un premier pas vers la vérité avait été fait en mars 1991 , sous le gouvernement de Patricio Aylwin ( démocrate-chrétien ) . Le rapport de la commission Rettig avait identifié 2 279 cas d' exécutions politiques et de disparitions entre 1973 et 1990 . A l' époque , les forces armées et la droite niaient encore l' existence des disparus , des camps de détention illégale et de la torture . Le trentième anniversaire du coup d' Etat a motivé un déploiement médiatique inédit . Mais un climat tendu règne dans le pays , où plus de 27 000 policiers ont été mobilisés dans la crainte d' incidents violents jeudi 11 septembre .