Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_200202.html
Texte:
A Buenos Aires , les habitants s' organisent en assemblées de quartier Au moins , ici , sur la place , je me sens moins seul , et on essaie de s' entraider Certains arrivent avec des pliants , des coussins sous le bras et des thermos d' eau chaude pour servir le maté , la traditionnelle infusion argentine . D' autres viennent en famille , avec enfants et chiens qui courent sur les pelouses . Dans la foule , beaucoup de jeunes , mais aussi des retraités et de nombreux chômeurs . Ils arborent des drapeaux argentins et des maillots de la sélection nationale de football . Tous les soirs , dans la chaleur orageuse de l' été austral , ils sont des centaines à se réunir dans différents quartiers de Buenos Aires pour participer à des assemblées populaires nées dans la foulée des cacerolazos ( concerts de casseroles ) qui ont précipité , fin décembre 2001 , la démission de l' ex-président Fernando de la Rua et de son ministre de l' économie , Domingo Cavallo . Ils se retrouvent sur les places publiques , qui prennent des airs de kermesse joviale malgré la gravité de la crise sociale sans précédent qui secoue le pays . Qu' ils s' en aillent , tous / : ce slogan , qui vise aussi bien les politiciens , les juges , les banquiers ou les syndicalistes argentins , mais aussi le Fonds monétaire international et les groupes étrangers qui contrôlent les services publics , est le leitmotiv de toutes ces assemblées , des faubourgs les plus pauvres de La Boca ou de San Telmo , au sud , jusqu'aux quartiers plus élégants de Colegiales ou de Belgrano , au nord , et de Caballitos ou Flores , plus à l' ouest . Tous les dimanches , les différentes délégations de quartier tiennent leurs états généraux dans l' immense parc Centenario , où les orateurs se succèdent pour informer du travail dans chaque quartier et proposer de nouvelles consignes de lutte . Et tous les vendredis soir , sur la place de Mai , elles se retrouvent pour organiser d' immenses cacerolazos contre le gouvernement péroniste d' Eduardo Duhalde . Bannis de ces assemblées et ne pouvant plus sortir dans les rues sans risque d' être injuriés ou agressés , les hommes politiques argentins regardent désormais , au journal télévisé , ces citoyens , respectables femmes aux foyers et quinquagénaires en colère qui , il y a encore quelques mois , savouraient paisiblement les reality shows sur le petit écran de leur salon . Toutes les décisions se prennent par un vote à main levée ; aucun orateur ne peut parler au nom d' un parti politique ; les postes de délégué sont rotatifs et l' information circule par Internet - avec une quinzaine de sites , des radios et des petits journaux de quartier . Les nerfs à vif , exténuée et désabusée , la classe moyenne retrouve un peu d' espoir à travers la solidarité . Avec 500 pesos par mois , comment voulez -vous que je paye mon loyer , mes impôts , le téléphone et le gaz , mais aussi la nourriture pour mes enfants ? lance Julia , expert-comptable , qui brandit une pancarte appelant à retrouver la dignité en luttant . Mobilisation populaire Au moins , ici , sur la place , je me sens moins seul ; je parle avec des voisins que je ne connaissais même pas auparavant et on essaie de s' entraider , assure Pedro , au chômage , qui a parcouru plusieurs kilomètres à vélo pour arriver au parc Centenario . Ici , la plus grande peur est d' être manipulé ou infiltré par des partis politiques ou des services de police . A bonne distance , des partis de gauche ont installé des stands . Les cacerolazos nous appartiennent ; ils n' appartiennent pas aux militants politiques qui nous regardent avec mépris et cherchent à nous imposer une expérience dont nous n' avons pas besoin , s' exclame Mario , un retraité des chemins de fer qui n' a pas touché sa retraite de 250 pesos depuis trois mois . Personne ne sait sur quoi peut déboucher cette forme inédite de mobilisation populaire . Mais elle fait désormais partie de la vie quotidienne de la classe moyenne argentine , appauvrie par plus de quatre ans de récession et qui passe timidement de la simple protestation à l' élaboration de projets et à la création de commissions pour s' attaquer à des problèmes concrets en marge des institutions officielles : la pénurie de médicaments , l' organisation de cantines pour donner à manger aux enfants ou la mise en place de clubs de troc où l' on peut échanger des marchandises ou des services moyennant une monnaie propre , le credito . Cette effervescence nocturne est la prolongation des innombrables manifestations qui ont lieu dans la journée aux quatre coins de la capitale : cacerolazos devant le palais de justice pour exiger le départ des juges de la Cour suprême , dénoncés comme corrompus ; rondes , devant le palais présidentiel , des représentants des PME ; manifestations de malades en manque de médicaments devant le ministère de la santé . Quant aux banques , pour faire face aux hordes d' épargnants armés de casseroles qui réclament que leurs économies leur soient restituées en dollars et non en pesos dévalués , elles ont mis en place de spectaculaires systèmes de protection avec barrières métalliques , grillages et vigiles privés . Alors que le pays est au point mort , les principales voies d' accès à la capitale sont quotidiennement bloquées par des centaines de chômeurs et de piqueteros qui réclament du travail alors que le taux officiel de chômage est passé en quelques mois de 18 , 3 % à 22 % et que les usines continuent de fermer leurs portes .