Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_200303.html
Texte:
LE CONFLIT IRAKIEN - L' ENTREE EN GUERRE Reportage . Les Palestiniens de Jordanie craignent de nouveaux transferts de populationDans le camp de Baka'a , on dénonce la « trahison » des dirigeants arabes 9 pages - plan pour installer les Palestiniens dans le désert d' Azraq ( à l' est d' Amman ) , La photo de Jacques Chirac n' est pas encore sur les murs et elle ne le sera sans doute jamais , mais tous les Palestiniens du camp de Baka'a en parlent . « Il est beaucoup mieux que les dirigeants arabes . Il tient tête aux Américains et il dit ce que tout le monde devrait dire. » Hicham n' a pas peur de le clamer . Et dans le petit local syndical de ce camp de réfugiés , situé à une dizaine de kilomètres au nord d' Amman , tout le monde l' approuve . Mirvat va beaucoup plus loin et dénonce « la trahison » des dirigeants arabes qui se « couchent » devant les Américains et « sont prêts à tout pour rester au pouvoir jusqu'à sacrifier le peuple irakien » . Pour elle , l' intervention américaine n' est que du « colonialisme » , et pour tous , « la Jordanie et l' Egypte s e comportent comme des valets des Etats-Unis » . La diplomatie , les discussions à l' ONU , tout cela , « c' est du théâtre , puisque chacun sait que l' enjeu , c' est le pétrole et une prise de contrôle de la région » . Les plus remontés parlent de « croisade contre l' islam » , même si Saddam Hussein n' est pas « un bon musulman » . La cote du président irakien a singulièrement baissé depuis la guerre du Golfe . Considéré alors comme un héros parce qu' il avait réussi à frapper Israël au coeur en tirant 39 missiles Scud , M. Hussein ne suscite aujourd'hui aucune commisération . « Il s' accroche au pouvoir contre son peuple . Qu' il s' en aille afin d' éviter la mainmise sur le pays par une puissance étrangère , car il va conduire encore une fois son pays à sa perte. » La plupart de ces Palestiniens ont déjà participé à des manifestations contre la guerre , mais leur liberté d' action est très limitée . Les services de sécurité veillent . Ils sont omniprésents dans cet immense complexe de maisons basses et de masures de 120 000 habitants , l' une des plus grandes concentrations de réfugiés au Proche-Orient , dans laquelle sont venus s' entasser les réfugiés palestiniens de 1948 , puis les déplacés de 1967 . Par peur , certains refusent d' émettre la moindre critique sur la position du royaume . Mais d' autres prédisent une explosion si la guerre et l' occupation durent . « Les peuples arabes ne bougent pas avant , ils descendent dans la rue au moment des catastrophes et l' action populaire deviendra agressive . C' est pour cela que les pouvoirs publics ont peur . La colère se dirigera contre les Etats-Unis et les régimes alliés . Ce sera le djihad , la guerre sainte » , annonce Atef Al-Jolani , rédacteur en chef de l' hebdomadaire Assabeel . amman la palestinienne Pour les Palestiniens de Jordanie , ce sera une occasion de démontrer leur force et de faire entendre leur voix . Ils sont près de 1 , 7 million enregistrés par l' UNRWA . Parmi eux , 18 % vivent dans les dix camps de cet organisme de l' ONU , sur les treize existant sur le territoire jordanien . Avec plus de deux millions de personnes , ils représentent officiellement 43 % de la population , mais , pour la plupart , détenteurs de passeports jordaniens , ils en forment sans doute plus de la moitié . Amman est à environ 70 % palestinienne . C' est dire à quel point ils sont une force que les autorités surveillent de très près . « Le pouvoir n' aime pas beaucoup les signes de nationalisme et les exhibitions de drapeaux palestiniens » , fait -on seulement remarquer par euphémisme . Croupissant dans des camps depuis plus de cinquante ans pour beaucoup d' entre eux , ayant le sentiment d' être abandonnés , ressassant sans cesse leur patrie perdue et caressant le rêve de pouvoir y retourner un jour , les habitants de Baka'a sont considérés comme un bastion volatile , qui peut exploser à tout moment , d' autant que le chômage touche plus de 50 % de la population active . Aux murs , entre le portrait de Nasser et la photo de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem , figure en bonne place la carte de la Palestine . Chacun montre la ville ou la région dont sa famille est originaire . Quelques photos rappellent ce que fut la Nakba ( la catastrophe de 1948 ) et notamment ces barques sur le port de Jaffa , d' où ils ont quitté leurs terres . Aujourd'hui , ils se demandent si Ariel Sharon ne va pas profiter de la guerre pour procéder à un nouveau transfert de Palestiniens . Hicham en est sûr . Il y a un plan , « un complot pour installer les Palestiniens dans le désert d' Azraq ( à l' est d' Amman ) , car ils savent que partout où l' on met les Palestiniens , ils construisent et plantent . C' est nous d' ailleurs qui avons fait la Jordanie » . Des membres de leurs familles de Cisjordanie se sont empressés de rentrer de peur de ne plus pouvoir le faire . « En 1948 et en 1967 , les Palestiniens sont partis en emportant la clef de leur maison , aujourd'hui , ils préfèrent se faire tuer sur place » , raconte Abir . Les autorités jordaniennes ont déjà renforcé le contrôle de la frontière avec la Cisjordanie qu' elles pourraient même fermer en cas de guerre . Cette possibilité d' un nouveau « nettoyage ethnique » est dans toutes les conversations . « Que pourrions -nous faire ? » , se demandent les réfugiés invoquant - fatalistes - « IBM » , pour Inch'Allah , Boukra ( demain ) , Maalesh ( tant pis ) , pour signifier que leur sort est entre les mains de Dieu .