Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_200402.html
Texte:
L' Europe centrale aux prises avec ses identités nationales Malgré le coup d' arrêt donné à l' extrême droite en Hongrie , le premier ministre , Viktor Orban a persisté dans son discours populiste avant le deuxième tour des élections législativesReportage . Le lycée Bolyai est de nouveau réservé aux élèves hongrois . A Mehkerek , petit village situé à l' est de la Hongrie , les paysans sont convaincus que , plus on avance vers l' ouest , plus l' herbe devient verte . C' est leur façon de dire qu' ils vivent dans la région la plus pauvre du pays . Les 10 millions de Hongrois ne partagent pas la même prospérité . Les élections législatives , dont le deuxième tour a lieu ce dimanche 21 avril , montrent qu' ils ne partagent pas non plus les mêmes idées . Un verre de palinka à gauche , une calculette à sa droite , Elek Torok , soixante-cinq ans , explique : Si je cède l' usage d' un hectare de terre à un entrepreneur , j' aurais en échange 375 kilos de blé . Voilà , je fais le calcul et je constate que je toucherais 10 000 forints , c' est-à-dire 40 euros . Si ça s' appelle du capitalisme , je voterais avec les socialistes . C' est à l' ouest du pays , à proximité de l' Autriche , que se trouve le véritable réservoir de richesses de la Hongrie : tourisme , industrie ... Y vivent aussi ceux qui aiment la bonne chère et les idées de la droite conservatrice . Ce découpage se retrouve aussi dans la capitale , Budapest . Divisée en deux par le Danube , Buda sur la rive droite , Pest sur la rive gauche , cette ville séduisante traduit dans sa géographie une fracture sociale qui a fait de la campagne électorale un débat passionnel . Buda est la ville des beaux quartiers où , ces dernières années , des villas somptueuses ont poussé comme des champignons . Banquiers , membres de l' ancienne nomenklatura communiste et nouveaux riches s' y sont retrouvés . Pest est riche dans un autre sens : animée , plutôt populaire , un véritable cocktail de classes sociales ; et fière de l' être . Meilleur élève La Hongrie est considérée comme le meilleur élève de la transition post-communiste et le candidat le plus solide à l' intégration européenne . Mais depuis l' année dernière , le gouvernement du conservateur Viktor Orban a adopté un discours qui participe de la nouvelle poussée de fièvre nationaliste dans les pays d' Europe centrale . Avant le premier tour , qui a eu lieu le 7 avril , le plus jeune premier ministre européen , trente-neuf ans , et son parti , le Fidesz ( Alliance des jeunes démocrates ) , ont battu campagne sur le terrain du parti extrémiste hongrois de la Justice et de la vie ( MIEP ) . Les extrémistes n' ont pas franchi la barre des 5 % nécessaires pour entrer dans une coalition mais , de manière plus inattendue , le Fidesz a été lui-même devancé d' un point par les socialistes de MSZP . Prêt à tout pour remonter la pente , Viktor Orban , qui a exaspéré les Tchèques en prenant position , en mars , pour l' abrogation des décrets d' expulsion des Allemands de Tchécoslovaquie après guerre , a continué entre les deux tours à marteler son message nationaliste . Il a relancé la question des droits nationaux des 3 , 5 millions de Hongrois qui vivent dans les pays voisins , principalement en Roumanie et en Slovaquie . Ce sujet est toujours douloureux pour les dix millions de Hongrois qui ressassent encore l' amputation des deux tiers de leur territoire après le traité de Trianon , conclu en 1920 , une amputation qui avait conduit la Hongrie à se rallier à l' Allemagne nazie . Frustrations et fierté Ce petit pays blessé , dont la rébellion en 1956 contre l' armée soviétique avait été durement réprimée , a pourtant su renaître . La Hongrie est le seul pays de l' Est qui a mis en place , avant la chute du communisme , les bases d' une économie de marché et il peut se vanter aujourd'hui d' avoir effectué la transition la plus réussie vers le modèle occidental . La majorité des Hongrois en sont fiers . C' est ce mélange de frustrations et de fierté qui les expose à la séduction nationaliste incarnée par Viktor Orban . Représentant de la classe moyenne , celui -ci se définit comme le défenseur du capital autochtone , ignorant que le succès économique de la Hongrie n' aurait pas été imaginable sans les 28 milliards d' euros injectés depuis la chute du régime communiste , qui représentent plus de la moitié des investissements étrangers dans l' ensemble de l' Europe post-communiste . Viktor Orban accuse ses adversaires au second tour , les socialistes , d' être des communistes qui veulent céder le pays aux mains des capitalistes internationaux . Son challenger pour la direction du gouvernement , Peter Medgyessy , ancien directeur de Paribas à Budapest , est devenu malgré lui le rempart contre les dérapages nationalistes . A la tête d' un parti qui , quand il était au pouvoir , jusqu'en 1998 , avait pratiqué une politique économique plutôt libérale , il promet des réformes au bénéfice des classes les plus démunies . Les paysans , les retraités et une partie des minorités vivant en Hongrie lui semblent acquis . Ce candidat , élégant dans ses apparitions publiques mais terne dans les discours , semble aussi attirer les votes de la droite modérée qui refuse la rhétorique excessive de Viktor Orban . Avec l' appui des libéraux de l' Alliance des démocrates libres ( SZPSZ ) , qui ont obtenu 6 , 1 % au premier tour , les socialistes étaient crédités , avant le deuxième tour , de bonnes chances de l' emporter , sans toutefois en avoir l' assurance .