Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_200502.html
Texte:
POPULISMES D' EUROPE - En politique , une dynamique irrésistible En Slovaquie , un populiste peut en cacher un autre A Bratislava , les populistes se suivent mais ne se ressemblent pas . Après le national-populiste Vladimir Meciar , 59 ans , l' ex-premier ministre qui a dominé la scène politique slovaque pendant les années 1990 , Robert Fico est l' étoile montante d' un populisme bon chic bon genre . A quatre mois des élections législatives , les deux hommes et leur parti respectif , le HZDS ( Mouvement pour une Slovaquie démocratique ) et Smer ( Direction ) , caracolent en tête des sondages . La perspective d' une nouvelle victoire de M. Meciar qui , par son autoritarisme et ses entorses à la démocratie , a disqualifié son pays du premier élargissement de l' OTAN en 1998 , inquiète les capitales occidentales . Les dirigeants de l' Alliance atlantique et de l' Union européenne ont clairement expliqué aux Slovaques les conséquences de leur vote en septembre : Bratislava ne pourrait être invitée à rejoindre les deux organisations cet hiver si M. Meciar dirigeait le gouvernement . Pour éviter l' isolement du pays , Robert Fico Fico , 37 ans , qui , avec 17 % d' intentions de vote , semble le mieux placé pour diriger la prochaine coalition gouvernementale , se présente comme l' homme du salut . Les Européens le jugent comme un moindre mal . Issu de la Gauche démocratique ( ex-communiste ) , M. Fico , député , est , lui , pro-européen et pro-OTAN - à l' image de ses concitoyens . " Le populisme slovaque est un produit de la transformation post-communiste " , juge le sociologue Grigorij Meseznikov . Répandu sous des formes diverses dans l' ex-bloc communiste , il a connu un succès particulier en Slovaquie où le charismatique Vladimir Meciar a su canaliser les frustrations des " perdants de la transition du socialisme au capitalisme " . Cet ancien boxeur , exclu du PC tchécoslovaque au lendemain de l' écrasement du Printemps de Prague en 1968 , a été porté à trois reprises au pouvoir par les urnes avec un programme de défense du faible face aux réformateurs ultralibéraux . A 60 ans , il demeure populaire dans les régions centrales de la Slovaquie , rurales et économiquement sinistrées , où le chômage touche jusqu'à 30 % de la population active . Se considérant volontiers comme le père de la Slovaquie indépendante , puisqu' il a décidé , avec son homologue tchèque Vaclav Klaus , de diviser la Tchécoslovaquie , M. Meciar use d' une rhétorique nationaliste surtout tournée contre la minorité hongroise ( 10 % de la population ) accusée " d' irrédentisme " , mais pas xénophobe . Homme du passé , il peut tenir en haleine son public par des discours improvisés , maniant les formules à l' emporte-pièce dont il est un des rares dirigeants slovaques à connaître le secret . Robert Fico , lui aussi juriste de formation , se veut au contraire l' homme de l' avenir . Moderne et ouvert , usant des médias et d' Internet , préférant les rencontres plus conviviales avec les citoyens , il s' adresse aux " déçus de la transition , en particulier à ceux qui avaient de trop grandes attentes et s' impatientent , explique M. Meseznikov . Son électorat est plus jeune et plus instruit , à l' image des cadres et candidats de son parti " . Son principal cheval de bataille est la corruption que la coalition au pouvoir , avec laquelle il a rompu en 1999 , n' a pas endiguée . La devise de son parti : " Ordre , justice et stabilité . " Energique , rejetant les idéologies , il s' inspire des thèses du manifeste de Tony Blair et Gerhard Schröder et promet " 100 mesures pendant les 100 premiers jours " de son gouvernement , pour relancer les réformes et mettre fin à la " haute trahison économique " qui livre aux investisseurs étrangers les services publics privatisés .