Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_280302.html
Texte:
Le séisme qui a secoué l' Afghanistan a fait plus de 1 800 morts Les tremblements de terre qui ont frappé la ville orientale de Nahrin , lundi 25 et mardi 26 mars , ont fait un grand nombre de victimes . Mais l' ampleur du drame devrait être limitée par la présence , dans la région , des moyens de secours mobilisés depuis des mois dans le pays Les secours affluent dans la région de Nahrin , à 170 kilomètres au nord de Kaboul , dévastée par une série de tremblements de terre , lundi 25 et mardi 26 mars . Sans doute encore partiel , le bilan des victimes , estimé mercredi matin par l' administration intérimaire afghane , s' établit à 1 800 morts , 3 000 selon d' autres sources , plus de 2 000 blessés et environ 10 000 sans-abri . Mardi soir , 720 corps avaient été sortis des décombres , dont 500 immédiatement enterrés par les villageois . Selon les premiers témoignages , la vieille ville de Nahrin a été entièrement détruite , alors que la majeure partie de la nouvelle ville , construite à environ 1 , 5 kilomètre , a résisté aux secousses . La ville de Nahrin comptait environ 3 800 familles , et une quarantaine de villages , situés dans la plaine de la province de Baghlan qui l' entoure , ont aussi été affectés . La situation demeure floue pour les villages situés dans les vallées avoisinantes , dont l' accès a été rendu impossible par les éboulements qui ont coupé les routes . Maisons effondrées La population de cette région est clairsemée et beaucoup d' habitants avaient fui les combats et la sécheresse depuis plusieurs années , se réfugiant dans d' autres régions ou au Pakistan . Un certain nombre de ces personnes déplacées étaient cependant revenues , ces derniers temps , dans la région . Survenue lundi à 19 h 30 , la première secousse a surpris chez eux la plupart des habitants , qui se sont alors dispersés dans les collines . La terre a continué de bouger toute la nuit , jusqu'à une nouvelle secousse d' importance , mardi vers 8 heures . Comme partout en Afghanistan , les constructions locales sont en pisé et les maisons basses se sont effondrées . C' est le deuxième tremblement de terre meurtrier en moins d' un mois dans cette région , déjà frappée en 1998 par deux séismes qui avaient fait près de 10 000 morts . Le drame actuel n' aurait pas l' ampleur de ceux de 1998 , selon des témoins qui se trouvaient alors dans la région . Contrairement aux situations précédentes , la présence massive de la communauté internationale à Kaboul a permis un rapide déploiement des secours . L' organisation humanitaire Acted , dont les bureaux de Nahrin ont été détruits , a pu donner promptement l' alerte sur l' ampleur des dégâts et organiser les premiers secours . Dès mardi , deux équipes médicales de Médecins sans frontières ( MSF ) , venues de Pul-e-Khumri ( province de Baghlan ) et de Taloqan ( province voisine de Takkhar ) , ont installé deux tentes pour soigner les blessés . 160 personnes avaient reçu des soins , mardi soir , et MSF a transporté les blessés les plus graves à l' hôpital de Pul-e-Khumri , qui a reçu des renforts en hommes et matériels . Avions et hélicoptères Le Programme alimentaire mondial ( PAM ) a pu faire parvenir aussi , de Mazar-e-Charif , 158 tonnes de nourriture : blé , huile , légumes et biscuits protéinés . Un autre convoi de 394 tonnes de nourriture devrait atteindre Nahrin mercredi . Selon Alejandro Chicheri , porte- parole du PAM , cette aide couvrira les premiers besoins de 7 000 familles dans les zones affectées , soit plus de 40 000 personnes . L' Unicef a aussi envoyé des secours , tentes , couvertures , pour les habitants qui , par crainte des répliques , ont passé la nuit dehors , dans une température encore froide . Le Comité international de la Croix-Rouge ( CICR ) va envoyer , mercredi , 400 kits de soins aux grands blessés et une équipe pour évaluer les besoins . La priorité , pour les agences des Nations unies , est de mobiliser des avions pour transporter l' aide et des hélicoptères pour atteindre les villages les plus reculés . La Force internationale d' assistance à la sécurité ( ISAF ) a envoyé , dès mardi , l' un de ses hélicoptères pour installer un centre de communications , un bureau mobile de coordination des opérations entre les organisations non gouvernementales , l' ONU et l' administration intérimaire afghane , ainsi que des ingénieurs onusiens pour étudier les moyens en eau . L' ISAF a prêté trois Hercules C- 130 qui peuvent se poser à Mazar-e-Charif et des hélicoptères afin d' acheminer l' aide sur place . Basée à Bagram , l' armée américaine a envoyé une équipe pour déterminer la nature de l' aide nécessaire . Présent à Kaboul , l' envoyé spécial du président américain George Bush , Zalmai Khalilzad , a promis l' aide de Washington . La communauté européenne , qui a un bureau à Kaboul , a aussi envoyé de l' aide . Selon Georges Dutreix , responsable de MSF en Afghanistan , les moyens actuellement sur place ou en cours d' acheminement sont suffisants pour répondre à la situation .