Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_I_281103.html
Texte:
Les douaniers australiens intraitables , même avec la première ministre kiwie ! Excès de zèle , volonté de titiller son voisin ou simple bêtise ? Personne ne le saura jamais . Mais l' incident ne risque pas de réchauffer les relations entre les deux rivaux de la mer de Tasman . La première ministre néo-zélandaise , Helen Clark ( photo ) , a été contrainte par les douaniers australiens de se soumettre à un test censé repérer des traces d' explosifs lors d' une courte escale à l' aéroport de Sydney . L' affaire , qui remonte au 28 octobre , vient d' être rendue publique . Et les Kiwis ne sont pas contents - mais alors pas contents du tout ! - de voir leur chef de l' Etat être soupçonnée de terrorisme . La dirigeante travailliste ne voyageait pourtant pas incognito ... En route pour Dubaï , où elle se rendait à une grande conférence de la de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international , Helen Clark était accompagnée d' un garde du corps et d' un conseiller politique . Son passeport diplomatique - qui spécifiait , dans la case profession , « première ministre » - aurait dû alerter les douaniers . Un fonctionnaire avait même fait l' effort d' accueillir Mme Clark à la sortie de son avion , selon Mike Munro , son attaché de presse . Après lui avoir demandé de passer sous un détecteur pour s' assurer que la politicienne ne portait pas d' arme sur elle , un fonctionnaire australien a fait glisser sur les mains et sur les vêtements d' Helen Clark un gadget électronique qui permet de découvrir des traces d' explosifs . « Je comprends tout à fait que des pays prennent des mesures strictes en matière de sécurité , a avoué la première ministre néo-zélandaise au micro de la radio Newstalk ZB . Mais il est très inhabituel , quand même , d' arrêter le chef d' un gouvernement ... » Son homologue australien , John Howard , joue la carte de l' innocence . « Si la même loi existait en Nouvelle-Zélande , M. Howard accepterait de s' y soumettre » , a expliqué un porte-parole du leader fédéral , qui a refusé de présenter ses excuses à Helen Clark . Celle -ci en doute ... La première ministre est persuadée que le chef du gouvernement australien ferait « un esclandre » si un douanier l' arrêtait à Wellington ou à Auckland ! « Le traitement réservé à Mme Clark est totalement contraire aux règles de la politesse , condamne un éditorial publié dans le quotidien de Christchurch , The Press . Le journal australien de Melbourne , The Age , n' hésite pas , lui , à jouer la carte de l' ironie : « Le dicton dit que l' on n' est jamais assez prudent , note le journal . En fait si , si , on peut l' être ... »