Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_N_040502.html
Texte:
Les experts psychiatres décrivent Nadir Sedrati comme un homme dangereusement pervers Selon eux , ce manipulateur , accusé d' avoir tué trois de ses anciens codétenus pour usurper leur identité , serait à tout moment capable de récidiver dans sa transgression meurtrière Nadir Sedrati aura tout essayé pour se présenter sous son meilleur jour aux jurés de la cour d' assises de Meurthe-et-Moselle chargés de le juger pour l' assassinat de trois de ses anciens codétenus . A voir son attitude à l' audience , il semble même persuadé d' avoir réussi son examen de passage . Une nouvelle fois , jeudi 2 mai , il a monopolisé la parole pendant toute la matinée pour livrer son énième version des faits . Ses interventions amusent encore le prétoire , mais ses constants retournements finissent par apparaître répétitifs , au point de lasser quelque peu l' auditoire . D' autant que , dans l' après-midi , la cour entendait les quatre experts , psychologue et psychiatres , qui avaient examiné l' accusé pendant sa détention provisoire . Leurs conclusions sont sans appel . C' est un manipulateur , un fabulateur , un simulateur , un homme dangereusement pervers , disent -ils , unanimes . Il prend plaisir à raconter des histoires , à jouer au jeu du chat et de la souris , précise François Scherer , psychologue . Lors des tests , il s' est appliqué à donner des réponses inexactes aux questions les plus simples dans le but de se présenter comme quelqu' un de perturbé . Mais , estime l' expert , il s' agit d' une stratégie de communication et non d' un dysfonctionnement des mécanismes de la pensée . Si Nadir Sedrati recherche la connivence , la familiarité séductrice avec son interlocuteur , c' est toujours avec le souci de conserver la maîtrise de la relation . Un comportement , indique M. Scherer , typique d' une personnalité perverse . PROCHE DU CANNIBALISME Evoquant le comportement de l' accusé , qui s' est fait une spécialité de l' usurpation de l' identité de ses victimes présumées , l' expert tente une explication : C' est une transgression , une manière de ne pas reconnaître l' autre , proche du cannibalisme . Dans le box , Nadir Sedrati , qui a pris l' expression au pied de la lettre , rit aux éclats . C' est n' importe quoi , dit -il . T' as dormi avant de venir ? Vous prenez des cachets ? Vous êtes pas soigné / Vous m' avez vu cinq minutes et vous êtes capable d' écrire un livre sur moi . Ca sert à rien , la présidente et l' avocat général connaissent ma vie depuis que je suis un spermatozoïde , j' ai été passé au scanner à oilpé à poil , on n' a pas besoin de quelqu' un comme vous pour expliquer ma personnalité . On ne parle pas le même langage , reconnaît François Scherer . Oui , rétorque l' accusé . Vous avez un langage de manipulateur . J' ai connu des experts de toutes catégories , des voleurs , des assassins , des pédophiles ; alors , faites -moi plaisir , reposez -vous et prenez des cachets . Nadir Sedrati conservera pour l' essentiel le même ton agressif avec les autres experts . Quand le docteur Jean-Marc Cathala évoque ses épisodes de coprophagie en prison , l' accusé explique qu' à l' époque il traversait une période de grande dépression . Mais l' expert psychiatre note surtout que ce comportement , qui peut correspondre au profil d' un malade mental , ne colle pas à la personnalité de Nadir Sedrati . Il y a une contradiction entre son attitude la coprophagie et son discours qui est tout à fait adapté . On ne peut pas exclure qu' il s' agisse d' une mise en scène . TUER PSYCHIQUEMENT Décidément obsédé par le cannibalisme évoqué par le précédent expert , l' accusé revient à la charge : Dire que je suis cannibale , ça voudrait dire qu' à chaque fois que je prends l' identité de quelqu' un , je le passe à la casserole . Il s' agissait de tuer psychiquement , corrige l' expert . Nadir Sedrati , soulagé : Ah / Là , je comprends mieux , c' est bien clair comme ça . Mais vous comprenez , les psychiatres , pour flûter vous êtes très bons . Des psychiatres qui considèrent en tout cas que l' accusé est capable à tout moment de récidiver dans sa transgression meurtrière et qu' aucun traitement psychiatrique n' est à envisager . Au-delà d' un certain âge la personnalité est trop solidifiée , estime le docteur Jacques Leyrie . Et surtout , pour le pervers , c' est inutile : il tire son plaisir de sa perversion , c' est sa raison de vivre .