Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_N_040803.html
Texte:
Jean-Pierre Raffarin confirme que l' impôt sur le revenu baissera de 1 % " et peut-être plus " l' an prochain Dans un entretien publié , samedi 2 août , par " Nice-Matin " , le premier ministre révèle que le budget de l' éducation progressera de 2 , 8 % en 2004 et les crédits de la recherche de 3 , 9 % AVANT de partir pour Combloux ( Haute-Savoie ) , où il s' adonne depuis des années à la marche en montagne , Jean-Pierre Raffarin a adressé aux Français un dernier message d' " apaisement social " avant la rentrée , confirmé par la décision du parquet de Montpellier de ne pas faire appel de la libération de José Bové . Dans un entretien publié samedi 2 août par Nice-Matin , il annonce qu' il va " sans doute " inscrire une baisse de 1 % , " et peut-être plus " , de l' impôt sur le revenu dans le projet de loi de finances pour 2004 ( Le Monde du 1er août ) , qui doit être présenté au conseil des ministres du 24 septembre . Professionnels de santé , enseignants , chercheurs ... C' est à ces catégories que M. Raffarin s' adresse d' abord . Sans oublier les particuliers et les entreprises victimes des incendies de forêts , qui bénéficieront d' " aides d' urgence " . Ni les propriétaires de téléphones portables , qui ne seront pas taxés , a -t-il assuré pour couper court à une insistante rumeur . Mais le premier ministre a aussi lancé un message à l' ensemble des Français . " Je ne programme pas une pause dans l' action " , a -t-il prévenu , car " on ne peut s' enfermer dans une impasse , l' immobilisme " . Il en veut notamment pour preuve sa politique fiscale . Après une baisse de 5 % de l' impôt sur le revenu en 2002 , puis de 1 % supplémentaire en 2003 , le premier ministre affiche sa volonté de tenir l' objectif inscrit dans le programme présidentiel de Jacques Chirac : une baisse " d' un tiers " de ce prélèvement d' ici à 2007 . Mais , à ce rythme , il est peu probable qu' il parvienne à le réduire de 15 milliards d' euros en 2007 . M. Raffarin précise que cette baisse de 1 % devra être " équilibrée avec la prime à l' emploi afin qu' il y ait des décisions justes " . En annonçant un geste ( dont l' ampleur reste à préciser ) en faveur des 8 , 5 millions de foyers modestes bénéficiaires de ce crédit d' impôt créé en 2001 par le gouvernement de Lionel Jospin , M. Raffarin tente , là encore , de jouer l' " apaisement " et de désamorcer les critiques de la gauche et des syndicats , qui lui reprochent de mener une politique fiscale au seul profit des classes aisées . LETTRE PLAFOND Le premier ministre annonce , par ailleurs , que le budget de l' éducation nationale augmentera de 2 , 8 % l' an prochain , soit " deux fois plus vite que celui de l' Etat " , une hausse nécessaire pour financer la stabilisation du nombre des enseignants et le recrutement de 4 000 assistants d' éducation supplémentaires pour l' année scolaire 2003 - 2004 . Il indique que " les moyens en faveur de la recherche " progresseront de 3 , 9 % , alors que le ministère de Claudie Haigneré a été mal traité en 2003 , créant d' importantes difficultés dans les organismes de recherche . M. Raffarin vient d' adresser à chacun de ses ministres la lettre plafond lui fixant son enveloppe budgétaire pour 2004 . Il assure " pouvoir maîtriser les dépenses de l' Etat et appliquer le principe de croissance zéro des dépenses " l' an prochain - malgré les annonces de ces derniers jours en faveur de l' éducation , de la recherche et de la culture , de la promesse de ramener la TVA sur l' hôtellerie-restauration de 19 , 6 % à 5 , 5 % et des engagements financiers pluriannuels pris dès la réélection de M. Chirac ( police , justice , défense ) . M. Raffarin espère une reprise de la croissance au début 2004 , alors qu' il l' escomptait jusqu'à présent pour le second semestre 2003 . Il indique qu' il lancera , " dans les premiers jours de septembre " , le débat sur la réforme de l' assurance-maladie en décrivant son " processus général " : discussion avec les partenaires sociaux jusqu'en juin , puis propositions de réforme " à l' automne 2004 " .