Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_N_200903.html
Texte:
SOCIAL . Formation : ce que l' accord peut changer Le système actuel pénalise les salariés des PMELes plus qualifiés sont ceux qui ont le plus accès à la formation continue JACQUES CHIRAC est le premier à le reconnaître , comme il l' a encore fait , mardi 16 septembre , dans l' Yonne , lors d' une rencontre avec des salariés : l' inégalité d' accès des salariés à la formation professionnelle est « profondément injuste » , notamment entre les employés des PME et ceux des grandes entreprises , a -t-il souligné , avant de mettre en garde contre cette « dérive dangereuse » . Le développement de la formation en entreprise est indéniable , comme en témoigne la dernière « enquête formation continue » réalisée par l' Insee en collaboration avec le Centre d' études et de recherches sur l' emploi et les qualifications ( Céreq ) . En 2000 , 29 % des salariés ont suivi une formation financée par leur employeur ( contre 19 % en 1992 ) . Mais ce développement masque la persistance d' inégalités dans l' accès à la formation , selon la taille de l' entreprise , mais aussi le diplôme , le niveau de qualification de l' employé ou son âge . L' un des objectifs de la loi de 1971 était de favoriser la promotion sociale et l' égalité professionnelle , en offrant une seconde chance aux personnes ayant échoué dans le système scolaire . Depuis , l' accès à la formation continue en entreprise a progressé pour tous les niveaux de diplôme . Mais les inégalités d' accès selon le diplôme obtenu en formation initiale restent fortes : les bac + 2 et au-delà ont été 43 , 9 % à bénéficier d' une formation professionnelle au cours de l' année 2000 , selon l' enquête Insee-Céreq . Le niveau de qualification de l' emploi est lui-même déterminant . Les chances d' accès à la formation sont toujours plus élevées pour les catégories de salariés déjà très qualifiés , comme les techniciens ou les cadres . Les différences d' accès entre le haut et le bas de la hiérarchie ont depuis quelques années tendance à diminuer . Ainsi , la formation des ouvriers non qualifiés n' est plus rare aujourd'hui , alors qu' elle était quasi inexistante en 1992 . Leurs chances d' accès à la formation restent néanmoins en moyenne trois fois moins élevées ( 16 , 1 % ) que celles des cadres ( 52 , 1 % ) . Cet écart entre qualifiés et non-qualifiés varie cependant fortement selon la taille de l' entreprise : dans une PME , un ouvrier a cinq fois moins de chances qu' un cadre de suivre une formation ( contre deux fois moins dans une grande entreprise ) . Mais , globalement - et quel que soit leur niveau de qualification - , les salariés des toutes petites entreprises sont moins formés que ceux des moyennes et des grandes : dans les sociétés de moins de 20 salariés , 9 , 7 % d' entre eux suivent une formation ( contre la moitié dans celles de plus de 500 salariés ) . Les chances d' accès à la formation varient aussi très sensiblement selon l' âge . A profil d' emploi identique à celui de leurs cadets , les actifs de plus de 45 ans ont un accès à la formation continue plus faible et leurs chances baissent fortement après 55 ans : le taux d' accès à la formation continue est de 36 % pour les 30 - 49 ans ; il tombe à 31 % pour les 50 - 54 ans et à 20 % pour les 55 ans ou plus . Au-delà de 50 ans , ce repli de la formation s' observe quels que soient les niveaux de qualification ( cadres , professions intermédiaires , employés , ouvriers qualifiés ou non qualifiés ) . Les employeurs jugent plus « rentable » de payer des formations continues à des travailleurs plus jeunes . Mais la réforme des retraites , qui repose notamment sur l' augmentation du taux d' emploi des 55 - 64 ans , devrait les pousser à garder plus longtemps leurs seniors dans l' entreprise . Et donc à leur offrir un meilleur accès à la formation professionnelle .