Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_S_120903.html
Texte:
BASKET . Boris Diaw propulse les Bleus en demi-finales La France affrontera la Lituanie pour une place aux JO 2004 Un basketteur frustré en vaut deux , voire davantage . Avant de participer au quart de finale contre la Russie , mercredi 10 septembre , à Stockholm , Boris Diaw avait été relativement peu utilisé par le sélectionneur de l' équipe de France , Alain Weisz , au cours du premier tour de l' Euro 2003 . A raison de 12 minutes et 35 secondes de jeu en moyenne par match , le compagnon de chambre et meilleur ami de Tony Parker rongeait son frein . Frustré ? , lui demandait -on . Non , répondait -il . Vraiment ? , insistait -on . Non , répétait -il dans un grand sourire , qui signifiait exactement le contraire . Boris Diaw a bien fait d' attendre , sans broncher , qu' on lui donne « l' opportunité de jouer » . Mercredi soir , sur le parquet du Globe de Stockholm , on n' a vu que lui . Quatorze points , six rebonds et un travail défensif de tous les instants face au prodige Andreï Kirilenko : la nouvelle recrue des Atlanta Hawks a été l' un des principaux bâtisseurs de la victoire des Bleus sur la Russie ( 76 - 69 ) , avec Jérôme Moïso ( 12 points , 11 rebonds ) qui , lui aussi , pouvait en dire long , avant le match , sur la « frustration du basketteur sous-utilisé » . « La frustration est normale , soulignait Alain Weisz . Je leur avais décrit les sentiments qu' ils allaient vivre . Je voulais qu' ils transforment cette frustration en énergie. » Cette victoire propulse le basket français en demi-finales de l' Euro , ce qui ne lui est pas arrivé souvent dans son histoire . Avant de rencontrer la Lituanie , samedi 13 septembre , les Bleus avaient prévu de regarder avec un intérêt très partisan le quart de finale entre la Grèce et l' Italie , qui devait avoir lieu ce jeudi 11 septembre . Les Grecs étant automatiquement qualifiés pour les Jeux olympiques d' Athènes , une victoire face aux Italiens pouvait garantir à l' équipe de France l' une des trois places qualificatives aux JO mises en jeu lors de cet Euro . « Il faut que cette équipe aille aux Jeux , insiste Alain Weisz . Elle peut faire de grandes choses. » RENVOYÉ SUR LE BANC Le match contre la Russie en aurait été une , « grande chose » , si les Bleus , dans un moment de panique , n' avaient vu leur avance de 15 points fondre dangereusement dans le dernier quart-temps . « C' est bien , ça nous laisse sous pression pour la suite . Gagner de 15 points aurait été une victoire en trompe -l'oeil » , ajoute l' entraîneur . Boris Diaw n' était plus sur le parquet lorsque ses coéquipiers ont laissé revenir les Russes en toute fin de match . Ses cinq fautes l' avaient renvoyé sur le banc , qu' il avait alors regagné à moitié satisfait : « J' ai pas fait trop de bêtises , mais j' en ai fait quand même » , dira -t-il plus tard . Boris Diaw n' est pas un faux modeste , il est seulement le fils de deux anciens athlètes de haut niveau , qui lui ont suffisamment rabâché que rien n' est jamais acquis dans le sport . Sa mère , Elizabeth Riffiod , a été l' une des meilleures basketteuses d' Europe dans les années 1970 ; son père , Issa Diaw , fut champion du Sénégal de saut en hauteur . Tout comme Tony Parker , son histoire est celle d' un enfant de la balle passé par tous les étages du système fédéral français : petit club , centre de formation de l' Insep , équipe de France de jeunes , etc. Boris Diaw est reconnaissant de cet apprentissage qui a fait de lui l' un des basketteurs européens les plus élégants et les plus polyvalents . « Cela vient du fait que j' ai grandi tardivement , explique le joueur , qui mesure aujourd'hui 2 , 01 m . J' ai pris subitement beaucoup de centimètres juste avant d' arriver à l' Insep . Ceci m' a permis de travailler tous les postes . J' ai eu la chance , aussi , d' avoir eu des entraîneurs qui ont toujours entretenu cette polyvalence chez moi. » Son tout premier entraîneur - sa mère - est d' ailleurs présent à l' Euro . Elizabeth Riffiod avait arrêté sa carrière internationale après la naissance de son fils . « Elle suit ma carrière , mais elle essaie d' être en retrait pour pas me « saouler » , confie le meilleur joueur du championnat de France 2003 , avec Pau-Orthez . Elle me donne des petits conseils de temps en temps , sur la gestion de ma carrière , sur l' hygiène de vie , sur le repos , sur le fait qu' il ne faut jamais se considérer arrivé ... Ce sont des choses que je sais . Et elle sait que je les sais , mais bon ... » Cet automne , Elizabeth Riffiod viendra s' installer à Atlanta , où son fils fera ses premiers pas en NBA . « Je n' ai pas souhaité qu' elle vienne , c' est plutôt elle qui a souhaité , sourit Boris Diaw . Mon frère joue en universitaire aux Etats-Unis , notre chien est mort , je ne voulais pas la laisser toute seule. »