Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_S_271202.html
Texte:
Le Chievo Vérone continue de provoquer étonnement et curiosité Football . Le modeste club italien , issu d' un quartier ouvrier de la ville , poursuit avec brio son aventure parmi l' élite des clubs du pays . Avant la trêve , il occupait la quatrième place du classement de la Serie A , à égalité de points avec la Juventus Turin Révélation du championnat de football italien , lors de la saison 2001 - 2002 , le club du chievo vérone continue de créér la surprise . A la trève , il occupait la quatrième place de la Série A ( l' équivalent de la Ligue 1 française ) , à égalité de points avec la Juventus Turin , précédé par l' inter milan , le Milan AC et la Lazio Rome . La réussite de ce club , qui est l' éménation d' un quartier ouvier de Vérone , est due en partie à l' oeuvre du président Luca Campedelli , propriétaire d' une pâtisserie industrielle , et au travail de l' entraîneur , luigi del neri . " Le Chievo Vérone est davantage qu' un club de football , assure ce dernier , il est devenu un symbole social . " Ailleurs en Europe , en Angleterre , comme en Espagne ou en France , les petits clubs , débarrassés de leurs complexes , jouent les premiers rôles . LUIGI DEL NERI est né à Aquileia ( Frioul ) le 23 août 1950 . Marié et père de deux enfants , ancien footballeur professionnel , il est un des rares entraîneurs italiens à être passé par toutes les catégories , de l' Interrégionale à la Serie A. Il dirige le Chievo Vérone pour la troisième saison consécutive , la seconde en Serie A , avec la même réussite . A l' issue de l' exercice 2001 - 2002 , il a été élu meilleur entraîneur de la Serie A grâce à la surprenante cinquième place obtenue par son équipe . Vous attendiez -vous à trouver le Chievo Vérone à la quatriè-me place du championnat de Serie A après quinze journées , à égalité avec la Juventus Turin , à quatre longueurs seulement de l' Inter Milan ? Absolument . En dépit de quelques difficultés initiales liées à la cession de nos meilleurs joueurs à l' intersaison , je savais que mon équipe allait de nouveau surprendre . Le Chievo est moins spectaculaire que lors de la saison 2001 - 2002 , mais l' expérience l' a rendu cynique et pragmatique , plus concret en phase défensive notamment . Le Chievo 2001 restera inoubliable de par la qualité du jeu qu' il développait . Le Chievo 2002 , en revanche , est plus adapté aux exigences de la Serie A . Le club a pris une autre dimension ... Le Chievo Vérone est davantage qu' un club de football , il est devenu un symbole social . On s' identifie à nous parce que , partis de rien , nous avons réussi à atteindre des objectifs élevés en travaillant dur , avec nos seules idées . L' esprit du Chievo repose aussi sur une certaine conception du sport : nos supporters ne sont pas violents et le racisme n' existe pas . C' est la raison pour laquelle nous recueillons la sympathie de tous les Italiens . Le Chievo est la meilleure publicité qui soit pour le Calcio . Quelle est votre philosophie ? Démontrer que même sans argent on peut pratiquer un beau jeu et s' imposer . Je crois à la force des idées . Pour réussir dans le football moderne , il faut savoir associer organisation , programmation , idées tactiques et disposer de joueurs spécialisés dans chaque rôle mais capables de se fondre dans la manoeuvre collective . Je leur répète souvent les phrases suivantes : " Un contre un nous perdons , dix contre dix nous pouvons affronter n' importe qui " , ou " Nous sommes tous des numéros zéro qui s' entraident pour devenir un seul numéro un . " Je crois avoir inculqué une nouvelle mentalité . Avant , une équipe provinciale considérait une défaite 1 - 0 à Milan comme un succès . Désormais , le Chievo a du respect pour tous mais ne craint plus personne . Vous réussissez à valoriser les joueurs écartés par les grandes équipes - Corini , Bierhoff , Marazzina - et , en même temps , découvrez de nouveaux talents - Pellissier , Legrottaglie . Quel est votre secret ? Je consacre quatre heures par semaine aux séances tactiques . Le football repose avant tout sur une analyse sectorielle du terrain . Mes joueurs doivent comprendre quel est leur rôle lorsqu' ils ont le ballon mais aussi lorsque ce sont les autres qui l' ont . Comme au jeu d' échecs , chaque mouvement de l' adversaire est codifié et une riposte automatique y correspond . Dès lors , les joueurs ne sont jamais pris au dépourvu et prennent confiance en leurs moyens . Le jeu du Chievo Vérone , fondé sur un pressing asphyxiant , exige une parfaite forme physique . Comment travaillez -vous ? Mes joueurs ne courent pas beaucoup . Ils courent bien et surtout lorsqu' il le faut . A leur arrivée , on leur réapprend à courir sans dépenses énergétiques superflues . Ugo Marenza , responsable de la préparation athlétique , est mon adjoint depuis onze ans et m' a convaincu que la condition physique d' une équipe ne doit pas être cyclique . Il faut travailler pour la maintenir à un niveau élevé toute l' année . Le concept des semaines de récupération est dépassé . L' harmonie semble régner au sein de votre effectif . Personne ne s' est jamais plaint . C' est plutôt rare ... Plusieurs écoles de managers m' ont invité à des conférences pour expliquer mes principes en matière de gestion des ressources humaines . Dans une entreprise comme dans un club de football , pour obtenir le maximum d' un individu , il faut d' abord le respecter avant d' exiger d' être soi-même respecté . Ensuite , il est important de travailler de la même façon avec tous . Ainsi , à l' entraînement , je ne sépare jamais les titulaires des remplaçants , il faut que chacun soit concentré en permanence , mentalement prêt à jouer le dimanche . En outre , mon expérience m' a permis de comprendre la psychologie des personnes selon leur lieu de provenance . Pour paraphraser saint Paul , " avec les Véronais je suis véronais , avec les Siciliens je suis sicilien " . Vous avez franchi les étapes une à une , pourquoi n' avez -vous pas été remarqué avant ? Je n' ai jamais été recommandé . J' ai dû me battre seul , entraînant parfois sur des terrains sans herbe . J' ai été au chômage un an et demi . Je me considère heureux d' être arrivé où je suis . Beaucoup s' arrêtent avant . En dépit de votre réussite , aucun grand club ne vous a engagé cet été ... Je risque de ne jamais entraîner une grande équipe parce que j' exige le respect de mes idées et une indépendance totale . Mais j' aimerais me mesurer à ce défi pour comprendre si ma méthode fonctionne avec les grands joueurs . Quel regard portez -vous sur la crise du football français ? Votre football n' a pas su se renouveler . Je crois que vos jeunes talents sont insérés trop brusquement et sans logique à haut niveau sans se demander si leurs caractéristiques sont vraiment compatibles avec le jeu pratiqué par le club . L' élimination de l' équipe de France lors du Mondial était prévisible . Comment pouvait -on penser que les mêmes joueurs , aussi talentueux soient -ils , pourraient être aussi compétitifs avec quatre ans de plus ?