Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_S_280703.html
Texte:
Les coureurs français ont eu du mal à suivre dans le Tour 2003 A la veille de l' arrivée finale à Paris , le bilan est maigre pour le cyclisme français : une victoire d' étape ( Virenque ) , deux maillots jaunes éphémères ( Nazon , Virenque ) et une 8e place au classement général ( Moreau ) . Les anciens Festina sont ceux qui s' en sont sortis le mieux PABLO LASTRAS ( ibanesto.com ) s' est imposé lors de la 18e étape , entre Bordeaux et Saint-Maixent -l'Ecole ( Deux-Sèvres ) , vendredi 25 juillet . L' Espagnol a devancé au sprint le Français Carlos Da Cruz ( fdjeux.com ) . En début d' étape , Jan Ullrich avait réussi à reprendre deux secondes à Lance Armstrong , grâce à une bonification empochée lors d' un sprint intermédiaire . Avant de s' élancer pour le CONTRE-LA-MONTRE , 49 KILOMÈTRES ENTRE PORNIC ET NANTES , samedi 26 juillet , l' Allemand n' accusait plus que 1 min 5 s de retard sur le maillot jaune , Lance Armstrong . Le Tour 2003 n' a pas été un grand cru pour LES COUREURS FRANÇAIS , qui n' ont remporté qu' UNE ÉTAPE , GRÂCE À RICHARD VIRENQUE . Nombreux sont ceux qui déplorent le rythme très rapide de ce Tour . L' Ecossais David Millar a , lui , eu bien du mal à récupérer de son départ manqué . Le Tour de France est allé trop vite pour les Français . Trop vite pour le premier d' entre eux , Christophe Moreau , qui avait laissé filer sept coureurs devant lui au classement général avant le contre-la-montre et la dernière étape , samedi et dimanche . Trop vite pour Carlos Da Cruz , qui , vendredi 25 juillet , à Saint-Maixent -l'Ecole , au terme de la deuxième étape la plus rapide de l' histoire centenaire de la Grande Boucle ( 50 , 185 km / heure ) , a cédé la victoire pour quelques centièmes de seconde à l' Espagnol Pablo Lastras . Trop vite pour que , samedi 26 juillet , le plus rapide des Français vienne troubler le duel final que devaient se livrer les fusées Armstrong et Ullrich dans le contre-la-montre entre Pornic et Nantes . Bien sûr , Richard Virenque aura réussi à s' imposer à Morzine , lors de la 7e étape . Virenque aura également , tout comme Jean-Patrick Nazon , porté le maillot jaune pendant 24 heures , ce qui n' était plus arrivé à un Français depuis deux ans . Une victoire d' étape , deux maillots jaunes éphémères , une huitième place au général : samedi , à la veille de l' arrivée sur les Champs-Elysées , le bilan français était maigre sur le plan individuel . Collectivement , il n' était pas meilleur : fdjeux.com avant-dernière , Crédit agricole 19e , la première équipe française - Brioches la Boulangère - n' apparaissant qu' en septième position , à environ 2 heures des Danois de la CSC . " FINIR DANS LES 50 PREMIERS " La raison : la vitesse du Tour du centenaire , qui , n' en déplaise aux organisateurs , qui n' ont eu de cesse de rappeler que ses moyennes étaient inférieures aux éditions précédentes , les a laissés sur place . C' est David Moncoutié , 13e et premier Français en 2002 , qui le dit : " Cette année , c' est allé vraiment trop vite pour moi " , explique simplement le coureur de Cofidis , qui pointait , samedi , à la 42e place à plus d' 1 h 30 min de Lance Armstrong . " Ça allait vite tout le temps , en montagne , dans le plat , dans les contre-la-montre . Dans ces conditions , réussir à terminer le Tour est déjà une satisfaction pour moi " , concède , perplexe , David Moncoutié , qui explique être pourtant arrivé sur le Tour aussi bien préparé qu' en 2002 . " C' est la première fois que je ne prends pas de plaisir sur un vélo " , reconnaît son coéquipier Cédric Vasseur , 98e , samedi , à près de 2 h 50 du maillot jaune . " J' ai hâte que l' on soit à Paris pour arrêter de souffrir , implore presque Jérôme Pineau , 71e , à près de 2 h 10 , le Tour a été ultra-rapide , extrêmement difficile . " A 23 ans , le coureur de l' équipe Brioches la Boulangère , dont c' est la deuxième participation au Tour , ne cache pas sa déception : " Mon objectif était de finir dans les 50 premiers et de remporter une étape : je me suis vite aperçu que c' était inaccessible . Ce n' est pas dans mon caractère de faire les suiveuses , or j' ai dû m' y résoudre . " Pourquoi les Français en sont -ils réduits à se contenter de suivre , et somme toute d' assez loin ? Pour les organisateurs du Tour , c' est la faute à l' internationalisation du peloton : un Américain , un Allemand et un Kazakh aux trois premières places , il est fini le temps où l' on courait en bon voisinage franco-belgo-hollando-italo-espagnol . Selon Roger Legeay , directeur sportif de Crédit agricole , la réponse est plus abrupte : c' est le talent qui fait défaut . " Derrière Christophe Moreau , qui fait une bonne performance , il faut reconnaître qu' on ne voit pas de coureurs de talent capables dans un futur plus ou moins proche de courir pour une place dans les 10 premiers , et encore moins pour le podium " , lâche -t-il . Sylvain Chavanel et Sandy Casar , qu' on présente depuis plusieurs années comme les deux grands espoirs du cyclisme français , pointaient respectivement à 1 h 24 et 3 h 15 du maillot jaune , samedi . Voilà dix-huit ans que la France attend un successeur à Bernard Hinault . Et , depuis la deuxième place de Richard Virenque , en 1997 , aucun de ses représentants n' est monté sur le podium . En fait , depuis l' affaire Festina du Tour 1998 et la mise en place en France d' une politique antidopage plus répressive , les Français n' ont plus de résultats . " Je crois qu' en France , beaucoup plus que dans les autres pays de culture cycliste , la peur du gendarme fonctionne sur les jeunes coureurs qui sont passés professionnels après 1998 , estime Bruno Roussel , qui avait été condamné à un an de prison avec sursis pour son rôle à la tête de l' équipe Festina de 1993 à 1998 . Ils ont pris conscience que doper c' était tricher ou mettre sa santé en danger et qu' ils risquaient de se faire sanctionner ou de perdre leur travail . " Christophe Moreau ( 8e ) , Richard Virenque ( 15e ) , Didier Rous ( 19e ) , Stéphane Goubert ( 30e ) et Laurent Brochard ( 33e ) : les Français les mieux classés au classement général du Tour du centenaire sont tous des anciens coureurs de Festina . Qu' en penser ? " Evidemment , c' est toujours très difficile pour des gens qui ont connu certaines moeurs d' en sortir , estime leur ancien mentor , mais je pense que , s' ils n' ont peut-être pas radicalement changé leurs habitudes , ils les ont tout de même modifiées . " Et Bruno Roussel de prendre la défense de ses anciens coureurs : " Même s' ils se dopaient à cette époque , ils étaient tous des éléments doués et ce n' est pas surprenant de les retrouver là . Aujourd'hui , ils maîtrisent mieux leur art et ciblent mieux leurs efforts . Par exemple , le Richard Virenque de 1997 - 1998 n' aurait jamais concédé 9 minutes au lendemain de sa victoire à Morzine . Ce qui me fait penser qu' ils ont peut-être arrêté ou réduit certaines pratiques . "