Le Monde

Corpus:
Chambers-Rostand (E)
Nom de fichier:
Le Monde
Contact:
Angela Chambers, Séverine Rostand, Université de Limerick, Irlande
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
presse écrite
Sous-type de texte:
presse quotidienne nationale
Modalité:
écrit
Sample address:
/annis-sample/chambers-rostand/1_M_S_280902.html
Texte:
VOLLEY-BALL . Malgré la crise , l' Argentine accueille le Mondial de volley-ball La compétition débute le 28 septembre . La France y participe pour la première fois depuis 1990 Buenos Aires . Le ciel est d' un bleu limpide , mais les mines s' allongent . Samedi 28 septembre , le championnat du monde de volley-ball frappera ses trois coups au Luna Park , salle vieillotte choisie pour accueillir le match d' ouverture et une vingtaine d' autres rencontres jusqu'à la finale , dimanche 13 octobre . Mais rien ne semble prêt . Les bruits des perceuses couvrent les conversations téléphoniques dans le bureau du comité d' organisation . On travaille dans l' urgence . Au centre de presse , les ordinateurs sont éteints et les étagères encore vides . " On va s' en sortir , j' en suis sûr , promet Guillermo Lipis , le responsable de l' information , entre deux soupirs d' épuisement . Mais sans la crise , on aurait été bien meilleurs . " La crise . L' Argentine l' a reçue comme une gifle , fin 2001 . Le peso a plongé , l' inflation grimpé , les banques ont été prises d' assaut . Le bruit a couru que le pays pourrait se voir retirer l' organisation du championnat du monde de volley . " On l' a vraiment redouté , assure Guillermo Lipis . Mais on s' est battus pour conserver notre événement , car on savait que la réalité n' était pas aussi alarmiste que l' image donnée par les télévisions du monde entier . " Coupes budgétaires Mi-janvier , une réunion à Lausanne de la Fédération internationale de volley-ball ( FIVB ) confirme l' Argentine comme pays hôte du Mondial 2002 . Seule précaution , imposée par le Mexicain Ruben Acosta Acosta , son incontournable président : la mise en place d' une mission de surveillance de l' avancée des travaux . Au même moment , le comité d' organisation taille dans son budget . Il raye deux villes , Catamarca et Rosario , de la carte de la compétition , pour les remplacer par une seule , San Juan Juan . " Avec seulement six lieux de rencontres , on réduisait un peu les frais " , explique Mario Goijman , le patron du comité d' organisation . En février , le président argentin , Eduardo Duhalde , déclare publiquement que le championnat du monde de volley-ball est " un enjeu national " . Pour le prouver , il déplie son chéquier et accorde une rallonge à la subvention d' Etat . Il n' empêche , la dévaluation du peso a bousculé les prévisions des organisateurs . La plupart des contrats avaient été négociés et signés en dollars américains , avant l' effondrement de la monnaie argentine . La FIVB a accepté d' accorder aux Argentins une avance sur les recettes de marketing et les droits de télévision . " Il a quand même fallu rogner sur pas mal de choses , explique l' un des organisateurs , sous couvert d' anonymat . Au bout du compte , avec le peso au plus bas , presque tout nous a coûté deux fois plus cher . " Guillermo Lipis assure pourtant que l' argent n' a pas manqué , au moins pour assurer l' essentiel . " Mais le plus difficile a été de surmonter la perte de confiance des gens en Argentine , explique -t-il , on a joué sur la fibre nationale , en faisant de cet événement une opportunité de montrer au reste du monde tout ce dont est réellement capable le peuple argentin . " Pour boucler leur budget , les organisateurs ont besoin de vendre environ 230 000 billets . Après l' euphorie du Mondial de basket-ball , en début de mois , où les Sud-Américains ont fait chuter la Dream Team américaine , avant d' échouer en finale contre la Yougoslavie , le pays attend un deuxième miracle , de la part de ses volleyeurs .