Blanche_Duchemin_F_25_Reine_Ceret_F_60_11e

Corpus:
CFPP (O)
Nom de fichier:
Blanche_Duchemin_F_25_Reine_Ceret_F_60_11e
Contact:
Sonia Branca-Rosoff, Florence Lefeuvre, Serge Fleury, Mat Pires
Résumé:
interview sur la vie dans le quartier
Date d'enregistrement:
00/11/2008
Durée d'enregistrement:
01:42:28
Nature du signal:
audio
Qualité du son:
environnement peu bruité
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Identifiant:
Sonia_Branca-Rosoff, Blanche_Duchemin, Reine_Cérêt, Jean-Claude_Duchemin
Âge:
61+, 21-60, 21-60, 21-60
Sexe:
F, F, F, M
Profession:
enseignant-chercheur, interne en médecine, responsable d'études, inconnu
Niveau d'études:
études supérieures, études supérieures, études supérieures, études supérieures
Lieu de naissance:
USA, New York, France, Ile-de-France, Paris 11e, France, Ile-de-France, Ivry, France, Ile-de-France, Perreux-sur-Marne
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
entretien
Secteur:
privé
Milieu:
amical
Modalité:
oral
Nombre de locuteurs:
2+
Situation de l'enregistrement:
face_à_face
Sample address:
/annis-sample/cfpp/Blanche_Duchemin_F_25_Reine_Ceret_F_60_11e.html
Texte:
cet appartement où j' ai que j' ai loué où j' ai vécu seule quand j' étais encore assez jeune était déjà dans le onzième hein je venais de de on va dire de banlieue même si entre temps j' ai fait plusieurs appartements mais je venais de banlieue chez mes parents et euh j' ai loué un studio j' ai ch-~ j' avais envie de vivre à Paris depuis longtemps et j' ai loué un studio rue de la Fontaine-au-Roi voilà et puis après et après l' INA étant à Bry-sur-Marne je travaillais à l' INA c' était pratique de de continuer à être dans le onzième parce que c' est pas loin de Nation et qu' une fois Nation on attrape le RER et puis en voiture aussi c' est pas trop loin près de près de l' autoroute donc j' ai j' ai je me suis incrustée dans le onzième et Jean-Pierre est venu m' y rejoindre et tu as donc suivi oui c' était encore un moment oui quand on a décidé d' habiter ensemble c' était en soixante-dix-neuf ou en quatre-vingt euh effectivement on on on s' est installés ici mais tu es tu es banlieusard aussi tu viens d' où par rapport où j' étais j' étais où j' étais dans le deuxième et puis bien avant je suis euh je suis né effectivement à Vincennes et j' ai passé toute une bonne part de ma vie de jusqu' à l' adolescence au Perreux~ sur-Marne un tout petit peu plus loin côté est déjà côté est déjà oui oui tout ça tout à fait des gens de l' est oui tout à fait tout à fait je crois que ça ça une euh donc vous êtes des gens de l' est et ça peut-être une une importance vous n' êtes pas allés vivre dans Paris Ouest non moi ma banlieue était plutôt euh Ivry Vitry et dans ce cas là j' aurais plutôt v-~ dû vivre dans le treizième s' il y avait eu une continuité hein j' ai j' ai carrément moi changé non je je suis pas de l' est moi mm mm d' accord mais voilà et donc vous êtes contents d' avoir quitté la banlieue tous les deux oui ça absolument je m' en réjouis je crois tous les jours surtout ayant travaillé en banlieue de longues années hein vraiment oui oh oui oui oui ah la banlieue c' est c' est surtout euh dans les années soixante c' est c' était quand même assez dur les moyens de transport étaient étaient pratiquement euh t-~ tout s' arrêtait à minuit et cetera je me souviens de retours de la cinémathèque vraiment où les films duraient parfois un peu longtemps alors le film se terminait à minuit c' était absolument impossible de rentrer pratiquement quelquefois ça m' est arrivé de rentrer à pied de Château de Vincennes qui était la fin du dernier métro qui arrivait là jusqu' au Perreux ce qui faisait quand même deux ou trois heures à pied euh bon fallait aimer le la cinémathèque fallait l' aimer le cinéma effectivement effectivement oui ça va ça va mais quand même voilà donc c' oui il aimait le cinéma et alors toi Blanche l' habitante du onzième natif native du onzième née dans l' appar-~ née ici on peut dire pratiquement née dans l' appartement tu envisagerais de quitter on va dire l' appartement le onzième ben moi j' ai j' ai vécu un an et demi dans le treizième donc ça ça été ma petite expérience différente un an et demi dans le treizième que j' ai vraiment beaucoup aimé alors qu' effectivement j' ai toujours connu le onzième comme quartier que j' aime beaucoup le onzième ou Paris j' ai beaucoup aimé le treizième aussi même si ce sont deux arrondissements qui je pense euh ressemblent plus que deux autres arrondissements pris au hasard euh mais j' ai j' ai vraiment bien aimé donc quitter le onzième oui mais pas par choix je j' aime beaucoup le onzième je vois pourquoi j' en partirai j' aime beaucoup du coup maintenant plus je le connais très bien donc voilà après euh quitter Paris euh ça non c' est sûr que non c' est sûr que non d' accord et qu' est-ce qui te plaît le plus alors dans le onzième tu dis j' aime beaucoup le onzième oh ben il y a le côté populaire hein clairement ça c' est ça c' est sûr et certain que le côté populaire est très très plaisant euh je trouve que c' est vraiment un quartier très diversifié on peut trouver des endroits où sortir le soir qui sont très bien il y a des petits commerces de proximité où on peut connaître très bien les gens et cetera et en même temps les grands supermarchés euh il y a vraiment tout enfin en ça le douzième se se rapproche aussi beaucoup du onzième je pense est vraiment des quartiers où on trouve toutes les ambiances tout et c' est sûr que donc ce que tu n' envisagerais pas les quartiers répulsifs ça serait septième seizième oh ben seizième c' est les quartiers résidentiels ah les quartiers résidentiels oh mais catastrophique et après oui d' autres quartiers comme le vingtième ou le dix-huitième mais le treizième pourquoi pas franchement ça ça m' irait à la rigueur ah oui c' est sûr que il y aurait quelque chose qui me manquerait mais ça ça irait quelque chose qui te manquerait ben dans le onzième ou dans le douzième alors c' est finalement c' est un peu c' est encore plus proche c' est il y a il y a ce côté aussi un petit peu vieux Paris quoi enfin on s' attend toujours à avoir quelqu' un avec son béret et sa baguette sous le bras passer y par rapport au dix-huitième par exemple où c' est j' aime beaucoup le côté populaire du dix-huitième mais c' est hum c' est quasiment que des nouvelles populations des gens très très défavorisés donc ça me dérangerait pas d' y habiter mais il y aurait ce petit côté euh comment dire j' ai envie de dire pittoresque même si ça convient pas exactement non mais mm qui euh qui manquerait enfin ça c' est ça fait plus Paris le onzième je trouve et vous oui alors le tu parles du douzième je te précise c' est parce que sa fac est quand même elle a elle a fait ses études à Saint-Antoine de fait euh son CHU et donc elle connaît bien c' est là que tu t' es m-~ à bien connaître les cafés les magasins Saint-Antoine c' est là où ma mère a été opérée hein tu vois tu vois bon c' est le douzième c' est c' est pas ton xxxx onzième ben c' est c' est le douzième c' est à la jonction hein c' est vraiment à la jonction d' un côté de la rue ça doit être le douzième et de hein et de l' autre côté le onzième mais c' est c' est ça c' est ça ah d' accord et ben autant pour moi c' est ça et c' est pour ça que quand elle parle du douzième c' est ce douzième là qui est qui est mais qui est c' est vrai très qui a beaucoup changé le douzième Aligre exactement Aligre même Daumesnil enfin la gare de Lyon enfin ça fait la gare de Lyon la coulée verte ouais mais c' est vrai que c' est encore autre chose que le onzième c' est vraiment le douzième Saint-Maur c' est plus chic finalement c' est un peu plus ouais et alors oui euh oui tu allais nous demander c' est plus chic justement ce qui me fait réagir c' est-à-dire ce qui vous plaît c' est la mixité comme on dit du quartier vous êtes tous les trois d' accord là-dessus moi sauf les Chinois sauf les Chinois non j' je vais je vais jouer le rôle de je vais jouer le rôle de la vilaine raciste je démarre quand je démarre quand pas tout de suite non non non moi moi ce qui me plaît dans le onzième en premier n' est pas la mixité de toutes façons même au début du où j' ai été dans le onzième ce qui m' a assez ce qui m' a en premier beaucoup plu c' est le côté central sauf maman on est vraiment au croisement de plusieurs lignes de métro on on est vraiment très près de tout euh alors bon rue de la Fontaine au Roi j' étais tout près de République là là c' est différent comme configuration mais j' aime beaucoup cette idée euh décidément quitte à quitter la banlieue euh j' aime bien ne pas être au bout d' une ligne qu' est ce que c' est près de tout c' est quoi le tout c' est Châtelet et bien le tout c' est c' est Châtelet c' est c' est le Grand Palais c' est je sais pas oui j' ai l' impression qu' on ne qu' on va qu' on se propulse euh c' est vrai qu' on a tout près de la maison trois lignes de métro oui oui parce qu' on peut choisir nos lignes tu vois et du coup tu peux toujours trouver un trajet où tu as pas beaucoup de changements toujours selon qu' on va Voltaire à on a plusieurs stations de métro en fait on est dans un quadrilatère on a quatre stations de métro possibles et donc on peut vraiment c' est même amusant on n' est pas comme certaines personnes qui ont juste un métro et qui euh tu vois qui sont obligées qui montent à Mé hein tu vois bien porte d' Ivry hein et quoi que tu fasses c' est vrai que quand j' habitais dans le treizième j' avais ce problème là j' étais en bout de la ligne sept euh question qu' est-ce que tu voulais que je fasse il fallait que je prenne la ligne sept tu prenais tu prenais un bout de la ligne sept nous on peut s' amuser euh avec tout ce tout moi j' aime beaucoup cette centralité et oui oui sûr où tu as alors là c' est quelque chose que je connais bien avec Nation et toi Jean-Pierre oui non moi ça oh oui je dirais un peu la même chose là-dessus à la la limite à la limite bon c' est si ce n' est pas aussi cher moi l' Ile-de-la-Cité m' irait très bien euh tu vois bon certains endroits du sixième surtout tu dirais la même chose agréments désagréments du quartier alors ben pas moi hein oh la la ah c' est tout ça ah c' est maintenant pa-~ parce que pas toi voilà c' est ça parce que parce que c' est c' est ce côté central effectivement à partir du moment où on est on est au centre de la toile ben il est plus facile d' aller d' aller un peu partout donc avant l' ambiance ah mais du coup alors toi ouais ce que tu dis c' est ça c' est que finalement euh mettons qu' il y aurait huit ou dix points dans Paris où on serait comme ça comme nous a-~ vraiment donc avec plusieurs stations de métro proches qui chacune sont très pratiques tu pourrais en changer indifférent indifféremment oh l' Ile-de-la-Cité c' est pas indifférent oui oui n-~ oui oui peut-être bien oui peut-être bien peut-être bien ceci dit euh bon O K tout ça c' est pour s' approcher de de Françoise Hardy rire c' était ce que je voyais c' est toujours c' est toujours partiel parce qu' en même temps c' est vrai que je suis sensible aussi quand même au côté euh où il y a ici qui n' est pas en effet tu disais résidentiel Blanche tu vois le côté un peu bon l' Ile de la cité c' est très beau mais en même temps c' est aussi bon des grandes demeures des machins comme ça euh bon il y a un côté assez agréable ici dans le onzième ouais qui est ce côté euh bon n~ oh c' est pas c' est pas prétentieux en même temps ça fait pas le le aussi juste pour terminer c' est c' est ce qu' on appelle les beaux quartiers euh les quartiers très cotés sont devenus maintenant pas pas le seizième mais je pense à des choses comme Saint-Germain des Prés ou le cinquième ou des choses moi j' adorais le cinquième quand j' étais jeune maintenant c' est devenu très touristique très très faux je sais pas comment dire euh du coup le onzième a encore un côté effectivement euh ça c' est vrai ça c' est sûr qu' il y a pas de touristes chez nous euh bon hum ça commence mais euh à Oberkampf tu vois quand même mais ça reste effectivement la la diversité euh que vous évoquiez au début me plaît bien quoi c' est un quartier qui qui se la joue pas ouais alors diversité mixité ethnicité centralité non non non pas centralité je voudrais rester sur mixité ou pas est-ce que on est alors on pourrait le dire brutalement comme ça euh s~ vous vous représentez les classes moyennes supérieures ça serait ça est-ce qu' on est mieux en~ entre soi ah oui tu tu tu r-~ d' accord tu voudrais rester sur cette idée oui on accepte ou mieux quand il y a des autres et quel type d' autres euh est -ce que c' est un c' est un bien la mixité ou est-ce que il y a des formes de mixité qui vous gênent vous font souffrir la elle te lance une perche oui mais xxxxxx oui non mais bon j' en parlerais de ça se tu veux c' est l' évolution du quartier qui me désole bon parce que la le côté populaire dont a parlé Blanche au début il a malheureusement reculé moi j' ai donc j' ai connu ce quartier j' ai dû arriver dans le onzième je devais avoir euh vingt-huit ans peut-être je sais plus exactement je peux retrouver hein soixante-quinze oui vingt-sept vingt-huit ans hein donc ça fait quand même tu vois soi-~ soixante-quinze ça va faire quarante ans quand même que je suis hein dans ce quartier trente ans oui trente et quelques trente ans trente ans donc je l' ai vu évoluer et effectivement le côté populaire a reculé comme partout à Paris c' est-à-dire qu' en vérité xxx euh et ben on l' a vu déjà dans cet immeuble quand c' est quand il a quand le Gan qui était propriétaire et on avait des loyers assez bon marché on avait vraiment ici des gens euh de tous les milieux si tu veux qui payaient bien leur loyer donc des gens pas du tout euh pas du tout dans la misère mais qui étaient vraiment des gens de de classe moyenne et bien ils ont été obligés de partir en banlieue nous c' est vraiment parce qu' on a eu la chance que bon Jean-Pierre avait déjà un grâce à ses parents un appartement qu' il a pu vendre qu' on a pu racheter ici hein mais ça été à un doigt de qu' on surtout que c' était à un moment c' était avant la chute de l' immobilier de quatre-vingt-douze donc ça été un moment où les prix étaient très très chers alors on les a je crois qu' on a récupéré le prix que que très dernièrement si tu veux quand il était de nouveau puis bon peu importe maintenant puisqu' on y est mais tout ça pour dire que on a vu à ce moment là les transformations du quartier il y avait pas que notre immeuble il y en a eu plein d' autres petit à petit je crois que les les classes moyennes sont quand même éjectées de Paris en général hein voilà donc si tu veux Blanche d' accord au mauvais moment là le côté populaire c' est compliqué il y a il y a populaire c' est chinois maintenant c' est oui alors on a on a non mais on a on a des populations heureusement encore qui r~ qui ont pu rester hein dans des immeubles anciens par exemple il y a pas tout tout n' est pas euh dramatique rire des gens âgés parmi les gens qui restent c' est des gens âgés il y en a pas mal oui oh ça peut être aussi des gens euh de notre âge on en connaît regarde je trouve qu' il y a une chose qui qui met ton a tu dis parce que je suis d' accord avec toi que le prix du mètre carré par exemple a dû beaucoup monter donc ça euh épure entre guillemets un petit bémol à ce que il y a plus si tu veux ces loyers modérés qu' il y avait oui euh oui oui mais il y a plein de tout petits appartements et par exemple c' est vrai que moi quand je sors et très souvent très proche de la maison hein que ce soit juste là oui rue Amelot où je vais le plus souvent mon bar que je préfère et cetera il y a des tonnes d' étudiants qui vivent oui c' est vrai c' est vrai et ça d' accord c' est vrai à l' Express bar dans le onzième on peut pas le nier on peut pas appeler ça populaire alors O K mais enfin à la fin je me retrouve avec plein d' étudiants qui eux-mêmes viennent de très différents milieux qui sont des provinciaux à qui les parents paient un petit appart des gens d' Erasmus qui sont étrangers qui ont pas non plus forcément beaucoup d' argent mais qui ont une bourse pour venir un an à Paris des gens qui voulaient partir de chez leurs parents parisiens en se disant j' ai pas beaucoup d' argent je vais pas pouvoir rester dans tel quartier chic où mes parents habitent donc je vais un peu aller plus vers l' est et cetera bon c' est c' est biaisé je te parle pas des étudiants médecine qui étaient comme moi la fac dans le douzième là forcément mais il y a il y a vraiment des étudiants et du coup ça ça ça ça garde quand même ce petit côté euh euh tous horizons oui oui c' est vrai oui oui non mais tu as raison non non disons qu' il y a une population mais comme partout à Paris qui qui a tendance à à diminuer voilà voilà voilà tout ça fermé voilà il y avait il y avait des artisans des petites fabriques et tout ça a fermé hein je xxx tu as connu ça oui oui oui oui ben je l' ai vu on l' a vu fermer ah ben oui c' était beaucoup plus avec des petits imprimeurs partout des oui oui ça bien sûr oui oui oui oui et bon alors effectivement s' est greffée là-dessus l' arrivée progressive et de plus en plus envahissante mais dans un petit périmètre ce n' est pas tout le onzième heureusement hein mais c' est le périmètre où nous vivons de ces ce qu' on appelle d' un très joli mot la mono activité textile c' est vrai activité bon qui qui qui est souvent donc ces commerces sont souvent tenus par des par des Chinois qui viennent tous de la même province de Chine j' avoue que j' ai oublié laquelle et ce qui est embêtant c' est pas du tout effectivement qu' i~ qu' ils soient Chinois bien sûr surtout qu' on les voit s' intégrer en fait assez vite Whang zou c' est tout enfin il me semble qu' il y a des on v-~ on commence à voir notamment ben qu' ils sont très contents d' avoir des enfants on voit beaucoup euh depuis deux trois ans hein pas avant ben moi qui étais en gynéco à Tenon euh les femmes elles arrivaient effectivement elles étaient enceintes à tire-larigot mais euh elles parlaient toujours pas français elles parlaient toujours pas français oui ça c' est vrai oui ça dépend ce qu' on appelle s' intégrer oui effectivement c' est compliqué euh mais bon mais les enfants vont à l' école donc les enfants vont à l' école voilà et et ça fait des gens qui ont l' air plutôt heureux j-~ je voyais ça le l' autre jour dans la rue famille chinoise avec trois trois bambins euh les enfants vont effectivement euh s' amusant avec leur père enfin bon tout ça est quand même faut pas exagérer n' est pas que sinistre mais par contre c' est une activité qui est c' est l' activité bien sûr mais le problème c' est pas c' est pas qu' ils habitent dans notre quartier le problème c' est leur activité c' est-à-dire que si si effectivement il y avait beaucoup de de gens c' est pas l' immigration le problème euh enfin je pense que ça nous gênerait pas euh le truc gênant c' est la monoactivité encore même pas tellement le truc gênant c' est que à cause de cette monoactivité tout le reste des commerces ferme ça c' est notre réel problème voilà de cette province dans le quartier ça et puis d' accord vous perdez des commerces oui et puis euh il y a des quartiers entiers complètement morts faudrait qu' on te montre perpétuelles c' est-à-dire c'-~ mais c' est très compliqué à expliquer leur activité est essentiellement de l' import export ah ça c' est sûr mais il y a des il y a des nuisances euh hein c' est-à dire qu' ils font venir des au fond ils ne fabriquent pas énormément de vêtements dans ce quartier donc ils font venir des des camions à longueur de journée qui déballent des des des des gros cartons de vêtements et puis d' autres gens arrivent et achètent des vêtements et arrivent aussi avec des camions des camionnettes quelquefois même des voitures d' ailleurs bon donc il y a des livraisons et là c' est plus compliqué parce que les premiers les Chinois petit à petit même s' ils ont quand même les nuisances dont on parle ils s' habituent ils savent effectivement minimiser mais il y a des gens qui viennent de toute l' Europe jusqu' ici pour effectivement arriver bon il y a des gens qui arrivent du Nord de l' Allemagne avec leurs camionnettes et cetera ils se débrouillent très mal dans Paris ils savent pas où se garer de temps en temps on leur propose on a vu des des affichettes dans un certain nombre de de de ces magasins chinois qui indiquent vous pouvez aller vous garer à l' hôtel Ibis qui est euh qui est en bas et cetera pour essayer un peu de et ça c' est dans votre rue au bout du Chemin-Vert d' organiser un peu tout ça en particulier dans un périmètre qu' est plus large alors c' est très concrètement rue du Chemin-Vert mais c' est beaucoup plus large hein c' est un petit périmètre qu' on pourrait te montrer sur la carte c' est plus large c' est très impressionnant un jour faudrait que je te montre c' est très très impressionnant à voir parce que tu as des rues entières bouchées en permanence bouchées en permanence et avec uniquement des commerces qui se succèdent avec les mêmes enseignes il y avait le paradoxe évidemment c' est qu' on se plaint en même temps qu' il y ait plus d' activité euh dans Paris et oui alors là il y en a avant il y avait des usines et c' est d' autres nuisances quand même oui mais oui oui et moi et moi oui oui mais ce qui me gêne le plus c' est euh que la municipalité de Paris et donc principalement celle du onzième ne ne fait même pas appliquer un minimum euh de loi c' est-à-dire que ces gens là bouchent complètement la la voie du bus qui ne peut plus jamais rouler normalement ça fait des années que ça dure si tu veux il me semble qu' au moins on on pourrait leur dire de de de se garer normalement on voit tu sais les les les femmes qui mettent les contraventions elles passent elles mettent des contraventions voilà elles mettent des contraventions aux voitures comme toi et moi si on a dépassé notre temps de parcmètre mais à eux elles n' en mettent pas un jour je suis même allé leur demander et elles dépassent elles m' ont dit mais non c' est c' est des livraisons tu sais c' est vrai il y a une tolérance normale oui oui normale à Paris pour le livreur ben évidemment le livreur qui livre le lait on va pas lui mettre une contredanse oui sauf que là comme c' est leur activité principale la livraison que c' est absolument permanent permanent douze heures par jour car ils travaillent beaucoup ils sont très ils sont pas du tout euh paresseux ça on peut pas dire bon ça rend euh les trottoirs sont difficiles Sarah i-~ ils tu sais ils ont des diables avec des gros gros cartons et i~ i~ ils prennent leur élan et vraiment euh on sait que ils ont déjà renversé des des des vieilles dames âgées il y a eu des problèmes dans le quartier il y a et alors il y a une animosité ce qui se passe qui se passe contre eux dans le quartier ah oui oui euh oui il y a une animosité contre eux il y a des scènes quelquefois un petit peu bon moi j' ai vu des scènes et la mairie ne bouge pas ne fait pas ni médiation non non non e~ elle s' est lancée dans un autre type d' action qui ne les empêche pas de de de s' étendre d' une part c' est-à-dire qu' ils rachètent les magasins par un euh ils rachètent les pas de porte un par un parce qu' ils ont ils se prêtent entre eux tu sais il y a tout un système ils sont très efficaces et la mairie s' est lancée dans un système enfin il y a eu une loi alors là je j' avoue que je me rappelle plus le nom de la loi qui est passée qui permet de racheter des commerces ni pour essayer de les redonner après a enfin à ce que le même type de commerce perdure si tu veux donc si il y avait un boucher d' installé on rachète sa boutique et on va après le la la l' ouvrir la ré-ouvrir avec un autre boucher bon simplement ça n' empêche pas que pendant qu' on fait ça à un endroit euh les les les les Chinois en rachètent trente enfin c' est c' est c' est com-~ et ça n' empêche pas surtout la nuisance quoi sur les trottoirs le fait on peut plus marcher et ça c' est ah on peut plus marcher tranquille ils sortent très vite de la boutique avec le diable on est euh c' est c' est difficile de marcher sur nos trottoirs et de rouler encore plus enfin de se garer n' en parlons pas est-ce que il y a une d' autres manifestations de cette présence est uniquement commercial ou les gens y vivent il y a des fêtes euh non il y a des fêtes le jour de le jour leur jour de l' an qui sont adorables d' ailleurs ils passent avec un dragon euh puis beaucoup d' inaugurations parce que chaque nouvelle boutique est inaugurée en grande pompe ils é-~ c' est c' est assez bon ils ont leur culture alors c' est des légumes hein il y oh il y a tout plein de trucs qui pourraient être assez sympathiques sauf que pour nous on se dit ouh la la une boutique de plus on a tendance à le oui mais il y a une voilà il y a des fêtes sympas euh actuellement il y a plus d' enfants dans les écoles mais souvent à part ça enfin par exemple euh moi je me rappelle très bien que au dé-~ tout début mais vraiment quand j' étais gamine pour le coup hein je devais avoir euh je sais pas douze ans un truc comme ça je me rappelle que dès que je voyais des Chinois dans la rue pour moi le cliché c' était qu' ils crachaient ils crachaient c' est vrai qu' en Chine tu demandes aux Européens qui sont allés en Chine ils te disent c' est terrible les gens crachent partout c' est nous on est pas habitués à ça hein et franchement je dis pas qu' il y en a plus aucun qui crache mais enfin c' est ça n' a rien à voir oui ils crachent beaucoup et ça ils crachent xxx euh il y a il y a plein de choses comme ça tu les as eu en au collège comme condisciples non ils étaient pas encore là pas les enfants n' étaient pas nés ouais et par contre c' était très peu c' était très peu ils habitaient pas là encore tu comprends ils ont d' abord euh maintenant ils commencent à acheter là beaucoup mais j' ai gardé des enfants euh dont le père était émigré vietnamien de la deuxième génération et c' est vrai que lui il avait effectivement grandi en France mais donc lui-même son père vivait en France avait un très fort accent et cetera oui ça n' avait rien à voir euh ça avait peut-être rien à voir mais n' empêche comme il se trouve que c' est la première personne qui m' a dit ah la la mais c' est vraiment pas possible tous ces Chinois euh ah ah il a oui ah c' est intéressant je savais pas qu' il t' avait dit ça rire il fallait oser le dire ouais il m' avait dit ça et ça m' avait vraiment frappée dans le côté euh c' est pas une question de racisme et de voilà c' est vraiment xx le quartier c' est voilà mais par contre c' est la seule nuisance sans ça il faut pas dire ils font pas de bruit ils font pas de crasse ouh je savais pas ah non parce qu' ils sont non c' est la seule et alors dès qu' on sort du périmètre tu vois et dès que tu sors du périmètre il y a plus rien c' est fini instantanément et le quartier redevient très sympathique oui et il y a vous avez une autre émigration je me souviens d' avoir vu au petit square des dames africaines avec leurs enfants hein oh oui on a on a beaucoup xxxxxxxx oui mais pas plus que d' autres destinations donc mais mais mais comment te il y a jamais eu de ghettoïsation avant ça jamais dire oui les gens s' intégraient bien enfin je trouve on a beaucoup d' Algériens aussi beaucoup de on a oui alors c' est Blanche que je voudrais entendre donc pour les Algériens et les Africains tu as eu une scolarité de petite fille avec des des camarades classe ah oui ah ça oui ah oui oui elle était la seule elle était des fois tu étais la seule petite blonde de ta classe ah oui la seule petite blonde aux yeux bleus ah oui et puis les seuls autres qui étaient blancs c' étaient soit enfin il y en avait deux trois ou alors c' étaient à la rigueur des juifs euh issus plutôt de bonnes catégories sociales dans ce cas là mais euh mais ils étaient juifs quand même non mais je veux dire de de dans le côté euh aryen je sais pas quoi c' est quand même un quartier très donc tu as eu des copains de quand même et tu te souviens des tu les as gardés tu les revois ah oui ah oui ah ben maintenant grâce à Facebook tu sais on retrouve tout le monde donc non c' est vrai que finalement mes copines que j' ai revues il y en avait une qui était non il y a il y a Laurence qui était métisse mais elle était quand même bien métisse attends des métisses mais elle était métisse mais oui puis attends surtout son père il venait des DOM TOM c' est autre chose oui c' est autre chose tu as raison c' est complètement autre chose Maud qui effectivement ben fils fille de pieds -noirs enfin bon c' est pareil c' est pas pareil fils de pieds noirs voilà euh et non c' est vrai que ça c' est les Juifs d' Algérie Julien qui était mixte Algérien Français xxx oui ah oui que tu revois non non donc pour l' école primaire c' est c' est vous avez cohabité très bien mais ça s' est défait tu te souviens à quel moment ces amitiés se défont euh ouais mais euh ça c' est comme tout le monde quoi j' ai envie de dire enfin quand tu déjà quand tu passes au collège et que tu vois moins de gens si tu veux les gens de la primaire c' est plus difficile les gens du collège et du lycée tu les gardes après parce que tu es en âge où tu téléphones tu mais qu' est ce qu' ils sont devenus les gens du primaire donc ils ont quand tu la primaire donc il y a maintenant si ça par contre il y en a quand même dont j' ai gardé la trace d' une façon ou d' une autre donc il y en avait un qui avait fait sciences-po mais lui c' est un mauvais exemple parce que justement je pense que si il y en avait un autre blond aux yeux bleus c' était comme moi quoi c' était Sylvain Weissenberg il y avait Pierre Wald qui était le fils d' une Polonaise Polonaise euh qui lui euh il a il a fait plusieurs BEP enfin mais finalement il s' en sort bien dans la vie mais on aurait pu avoir peur pour lui à un moment donné il était euh plus ou moins en échec scolaire je dois le reconnaître mais enfin finalement ça allait bien Fabrice oh oui Salem je ne sais absolument pas ce qu' il est devenu je dois le reconnaître euh puis tu avais xx non mais c' est vrai qu' il y a pas il y a peu de gens qui ont fait des grandes études quoi il y a peu de gens qui ont fait des grandes études donc ça se défait à un moment donné on a moins de choses à se dire oui c' est sûr voilà ben c' est vrai que je m' en rappelle j' avais un très bon copain Louis-Jean Müller enfin c' était plus en sixième cinquième mais enfin il était à l' école primaire avec moi c' était vraiment un très bon copain qui lui était mais pourtant pas non plus fils d' immigré enfin je dois le reconnaître mais vraiment d' une catégorie sociale non je pense euh plutôt inférieure euh ah oui tu vois je m' étais pas rendue compte oui et franchement euh enfin c' est vrai que je l' ai revu il y a quelques années il a fait des études pour le moins médiocres et il a un petit boulot euh qui l' intéresse pas vraiment enfin et c' est vrai que oui je dois le reconnaître on avait rien à se dire oui alors que ça été un très très bon copain à moi qu' on s' est énormément amusés ensemble mais au fond tu es en train de dire que tes amitiés solides étaient de toutes façons davantage chez les blonds aux yeux bleus donc vous vous entendiez bien mais sans qu-~ c' est j' ai j' ai tellement envie de te dire non mais c' est tellement resté vrai par la suite dans ma vie même au lycée ou euh bon certes il y avait moins de mixité mais euh c' était enfin ben ouais ouais j' étais à Hélène Boucher dans le vingtième x c' était quel lycée elle est partie dans le douzième vingtième c' est le vingtième Boucher c' est vrai Hélène Boucher j' étais à Hélène Boucher dans le vingtième après la fac tu peux pas compter parce que là c' est l' inverse était moi qui étais en classe inférieure sociale en classe sociale inférieure Hélène Boucher très très très très sélectif hein de toutes façons déjà Hélène Boucher mais au lycée oui mais en même temps dans le vingtième et autant ils pouvaient être sélectifs dans le sens où ils pouvaient accepter des gens ne venant pas du vingtième comme moi qu' ils voulaient sur dossier cetera autant ils n' avaient pas le droit de refuser les gens qui habitaient près et malgré tout c' est dans le vingtième donc il y avait quand même si si il y avait quand même quelques quelques il y avait quand même des gens qui venaient de de et effectivement ben oui je le reconnais pourtant quels sont les amis que j' ai gardés c' étaient les gens d' une classe sociale euh pas mal de donc au fond le melting pot c' est bien mais ce mélange a des limites oui mais ça c' est plus large que ça ça c' est vraiment c' est vrai partout tout le temps quoi tu te rapproches toujours des gens de qui tu as eu la même éducation et le même mode de vie même si ça un côté euh euh oui c' est presque plus culturel tu veux dire hein c' est ça au fond non ben c' est pas la couleur de la peau quoi ah je pense que c' est pas du tout la couleur de la peau ben de ailleurs Florence était black mm Florence était black et j' ai été élevée par une nourrice dont les quatre filles étaient métissées noires euh même si elle était blanche donc déjà j' ai vite compris j' ai vite compris ce que ça signifiait être métis mais euh je pense qu' effectivement c' est beaucoup plus une question de la façon dont tu es élevée euh c' est c' est non mais c' est tout bête mais par exemple quand tu te dis toi tu peux rentrer chez toi tu as ta baby sitter qui te fait faire tes devoirs tandis que d' autres restent à l' étude jusqu' à dix-huit heures et ensuite rentrent avec leurs cinq petits frères et soeurs et ben c' est dur de se dire que ben justement c' est avec ces gens là que tu as pas pu être amie parce que sûrement ils t' auraient apporté énormément mais concrètement enfin tu deviens amie les gens avec qui tu partages la vie quotidienne hein ça c' est sûr et effectivement oui et les possibilités de de d' échanges de mixité là dont on parle c' était plus dans les enfants que tu as gardés avec peut-être pas les enfants mais leurs parents et encore hein déjà regarde rien que des gens qui pouvaient payer une baby sitter oui ça sélectionne c' est vrai ça déjà ça sélectionne beaucoup ensuite ça veut aussi dire qu' ils ont même pas tant d' enfants que ça parce que quand c' est simple hein quand il y en a beaucoup soit ils sont en bas âge et tu restes chez toi soit s' ils sont en haut âge les plus vieux gardent les plus petits donc euh mm mm voilà et euh et non non si tu regardes dans les familles que j' ai gardées le plus longtemps que ça soit les Halimi qui étaient certes effectivement pareil des Juifs pied-noirs enfin à la fin ils avaient une ils avaient une des revenus et un niveau social euh très oh ben ils étaient très très bon et les Nguyen dont effectivement j' en parlais tout à l' heure le père bien sûr vietnamien voilà le père était vietnamien de la deuxième génération c' est pareil lui était extrêmement accompli socialement sa femme extrêmement aussi ils avaient un un niveau de vie euh ils ét-~ ils ils avaient un niveau de vie comme j' ai rarement enfin j' ai rarement au contraire moi je me disais sans arrêt j' ai rarement approché d' aussi près des gens c' est devenu faux par la suite mais à l' époque j' avais jamais approché d' aussi près une famille qui gagnait autant d' argent il était dessinateur tu sais de livres d' enfants enfin ils se débrouillaient très bien oui tu disais ça tu rac ça me fascinait ils avaient un appart immense en plein milieu du onzième vraiment chaque fille avait sa chambre plus il y avait une pièce pour ranger les habits plus une autre pièce pour si enfin c' était moi ça me fascinait complètement un appartement comme ça dans le onzième c' était fou oui parce que nous on on était serrés à trois non était pas serrés à trois oui mais enfin là là tu parles d' un appartement qui devait avoir cent cinquante mètre carrés ou deux cents ou trois cents oui non mais personnellement leur appartement était oh oui plus même deux cents je pense deux cents facile et euh plus il avait son atelier juste en bas donc aussi un rythme de vie extraordinaire parce que ben voilà il allait faire les courses puis il allait poser ses courses puis il retournait travailler deux heures puis il allait faire je sais pas quoi enfin c' est donc non je pense pas que par les enfants que j' ai gardés j' ai rencontré d' autres horizons vous avez eu l' occasion de rencontrer donc je sais pas moi des gens ou d' autres milieux ou d' autres oh ben moi j' ai mon épicier tunisien je me contente enfin tu le vois pas pour le thé quand même oui mais quand même à force depuis des années de fidélité de cliente euh par exemple i non mais tu es sa cliente il me parle de quand il fait le ramadan on en parle tu vois je sais pas il y a quand même xxx vous avez cette convivialité avec les petits commerçants du quartier voilà évidemment qui reste très oui qui reste très convivialité de de commerçant à client hein il y a pas de mais bon il me commence il enfin surtout le vieux il a vu grandir Blanche il demande des nouvelles de Blanche oui voilà il demande des nouvelles de ma mère parce que il y a encore pas si longtemps elle ve-~ elle allait aussi faire les courses avec moi enfin tu vois il y a il y a il y a des échanges quand même des amis non on n' a pas d' amis de on peut pas dire que vous ayez des amis ou même des voisins avec qui il vous est arrivé de prendre un pot café d' en bas même autour de l' école par exemple d' abord vous n' aviez pas le temps boh si si on voyait un peu des parents du temps du temps des parents oui mais où Blanche était beaucoup plus petite oui mais justement les parents donc des gens dont on parlait avant enfin oui tout à fait bon ben ceci dit il peut y il y a eu avoir il y a eu on a rencontré par tu as raison par les parents de de copains de Blanche on a rencontré des milieux très différents du nôtre du genre ben le plombier on l' aurait pas on n' en connaissait pas de plombier nous oui mais il t' a servi que en tant que plombier tu as jamais été amie avec lui oui enfin quand même on on a bu des pots avec eux sans vouloir être méchante oh ben on s' est retrouvés un jour aux Bouffes du Nord euh c' était pas voilà on s' est retrouvés un jour aux Bouffes du Nord mais mais tu as jamais bu un pot tu as jamais bu un pot avec les c' est très particulier parce que tu as jamais bu un pot non mais il y a d' autres exemples quand même euh de milieux différents ben Claudine aussi la la notre amie on a euh non mais attends ben on est pas devenus amis mais c' est parce que nous on a pas beaucoup d' amis xxx on l' aime bien on la on la quand tu on la croise dans la rue vraiment on a toujours deux deux trois mots à lui dire mais enfin on peut pas dire que ce sont des amis non c' est vrai mais ça ressemble à tout le monde hein mm Josiane peut-être plus mais elle était de notre milieu on peut dire tu as raison mais je t' approuve ben c' est ça c' est ça que j' ai voulu dire c' est Aline avec qui tu étais très amie mais qui était peut-être pas de votre milieu mais enfin qui était issue de et alors dans dans dans ce quartier donc il y a des espèces de petites communautés communauté chinoise il y en a d' autres qu' on sent vivre comme communautés ou pas un tout petit peu les pè-~ les les Juifs on peut dire un tout petit peu mais de façon très différente c' est-à-dire qu' il y en a on a on a des voisins extrê~ qu' on suppose enfin qu' on sait être ah oui assez intégristes disons dans le genre et d' autres on fait ici on fait dans dans ce quartier mais on est renommés hein alors dans c' et en même temps des des personnes dans ce même escalier un peu plus bas qui sont euh je pense les Rosenberg qui sont complètement différents enfin tu vois ils sont pas du tout on fait dans ah oui ça c' est vrai que je ça en gardant des enfants en étant à l' école j' ai rencontré énormément de familles juives il y en a beaucoup dans le onzième et effectivement ils peuvent passer du très extrémiste au très euh très très tolérant Sandra Schulz elle est c' est pas tu vois on peut ça oui tout à fait et donc c' est vrai que du coup l' idée la communauté existe mais elle est pas pour nous elle est pas pour nous elle est enfin oui c' est ça alors les Chinois ne sont peut-être pas homogènes mais on les perçoit comme homogènes parce qu' on a pas de de angle d' attaque il y a une fausse communauté elle est pas homogène ils sont peut-être pas parce qu' ils ont les mêmes cartons de vêtements tous ça je veux dire ils ont les mêmes on les voit pas et cetera on fait une distinction ont plus de rouge d' autres plus de bleu il y a il y a quand il y a quand même ceux qui ont acheté la Mercedes et ceux oui il y a ceux qui ont la Mercedes et ceux qui qui conduisent les diables dans la rue c' est pas les mêmes ça on voit mais c'~ pour nous c' est une communauté globale euh sinon non je peux pas dire il y en a forcément d' autres mais on moi je je les perçois pas tu sais sur les sur les Juifs il y a eu toute une communauté parce que j' y pense parce qu' ils ont précédé les Chinois qui est notamment venue ils étaient tous regroupés là rue Sedaine plus bas ils étaient tous venus d' Irak et il y a une fille mais quand alors j' essaierais bien de retrouver dans ma mémoire parce que il y a une fille dont j' ai oublié le prénom qui s' appelait au moment de la chute Kattan et qui était de la famille de de Régine de Régine qui avait fait comme ethnologue un travail sur ces juifs que j' avais un jour rencontrée à l' INA et après à un dîner il faudra que je retrouve son nom et alors ils sont arrivés et c' est eux qui ont commencé à développer l' activité en fait Sentier dans le r~ dans le coin une extension du Sentier et c' est sur cette activité euh que les Chinois sont arrivés et d' ailleurs encore on voit euh par moments une espèce de lutte entre les deux oui ou même ils travaillent ensemble encore les les les juifs étant plutôt les patrons bien sûr o~ dans un premier temps en tous cas des Chinois puis après les Chinois devenant eux-mêmes leurs leurs propres patrons hein mais il y a eu cette connexion alors les Juifs d' Irak c' est au début que j' habitais là je dirais donc il y a vingt-c-~ vingt vingt-cinq ans ah oui bien avant bien avant la chute de Saddam Hussein ah oui ah oui oui oui oui et ça je pourrai retrouver parce que ça été une grosse grosse arrivée et d'-~ un coup tu vois presque il y a eu il y a eu sûrement là des choses ah oui c' est il y a trente ans il y a vingt ou trente ans là au moins trente ans euh liées à un durcissement là-bas je s-~ mais j' imagine je il faudrait suivre ça alors vous vous sentez plutôt des habitants du onzième vous avez beaucoup dit notre onzième ou euh de Paris ou de Paris Est de la rive droite toutes ces oppositions ces grandes oppositions elles vous parlent ou pas du tout moi pour ma part non pas du tout euh je dirais qu' avant tout avant tout c' est quand même Paris moi oui euh avant tout parce que j' ai l' impression quand je vais à Beaubourg quand je vais au Grand Palais quand je vais que c' est quelque chose qui fait partie de mon collectif du collectif de ma ville euh bon c' est vrai que si euh si on va un moment on finira bien par y aller au Mac Val et cetera c' est plus Paris c' est déjà autre chose même si il y a un musée c' est tout près et cetera par contre euh je sais pas il y a une les collections de Beaubourg quelque part elles sont à moi parce que c' est à Paris elles sont à moi enfin elles sont à moi elles sont collectivement et cetera donc tu te promènes dans ta ville voilà c' est ça même chose alors on pourrait dire les mêmes choses avec les les les les les théâtres ou avec donc il y a il y a quelque chose qui est comme ça qui fait que ce qu' on disait tout à l' heure du onzième moi je le partage tout à fait dans le côté quotidien les commerçants les cafés où on va boire un coup les les restos des choses comme ça mais tout ce qui est un peu de l' ordre une espèce de du collectif du patrimoine collectif moi c' est c' est c' est vraiment euh c' est vraiment Paris plus globalement et dans ce cas là je dirais pas que je suis rive droite rive gauche ou onzième ou autre chose c' est c' est c' est un peu tout ça et toi Blanche qui avait commencé à dire moi non ben moi c' est t-~ bon déjà il y a un historique forcément très différent du fait que moi ayant toujours habité à Paris ben oui je c' est un peu logique que j' ai dans Paris plus des recoupements que papa et maman qui ont vécu hors de Paris pour eux c' est banlieue Paris tandis que moi c' est Paris Nord Paris je sais pas quoi et personnellement effectivement la grande différence que je vois c' est Paris Est ça s' explique énormément par le fait que j' habite dans le onzième j' ai habité dans le treizième ma fac est dans le douzième j' ai travaillé euh presqu' en banlieue est j' étais en au lycée dans le vingtième donc effectivement je connais énormément de gens qui habitent en banlieue est proche et dans l' est de Paris et je me définis exactement comme ça parce que ça correspond oui que que par rapport à la banlieue je trouve effectivement tous cas mon âge complètement à un mode de vie qui est ce qu' on appelle les bobos soyons clair et c' est exactement un mode vie qui est ce que je vis ce que mes amis vivent et ça passe le périphérique Montreuil c' est pareil complètement Montreuil Vin~ Vincennes bon après les dès que ça devient trop chic non d' accord tu as beaucoup insisté hein sur chic pas chic ça été important à ton arrivée en fac c' est ça pas Saint-Mandé oh ou pas vraiment c' est non oh non pas la fac ça parce-~ la fac était quand même proche de la maison donc euh effectivement il y avait plein de gens très chics euh qui venaient d' autres quartiers il y avait ça c' est sûr mais euh non euh non euh c' est plus que euh c' est quand parfois je vais autre part que dans l' est de Paris en fait alors si je vais alors comment tu connais au fond le par exemple comment comment toi attends tu connais je sais pas les quartiers chics par exemple co~ comment tu les connais finalement tu y vas jamais moi j' ai été étudiante à la Sorbonne mais toi tu es ben alors c' est c' est complètement ponctuel c' est des trucs complètement ponctuels enfin je me fais inviter à une soirée euh et cetera des choses comme ça et enfin bon ben voilà O K anecdote attention euh il y a un mois j' ai été invitée à une soirée d' un type qui faisait son anniversaire ce mec habite dans un triplex il a vingt-neuf ans donc on va pas se le cacher c' est pas avec son travail qu' il s' est payé cet appartement et l' adresse de l' appartement était dix place du Trocadéro oui c' est ça voilà comme quartier chic tu es sûre que c' était chic quand on m' a dit l' adresse j' étais là non mais tu te trompes on a rendez-vous place du Troca-~ non non c' est dix place du Trocadéro c' est l' adresse où voilà et là il a un triplex oui un triplex un triplex euh pas très très large pas très grande surface il est c' est pas qu' il est logé par le le T N P je plaisante et franchement et ben c' est pas mon monde c' est pas mon monde je je ça me voilà et même être dans les rues enfin c' est tout vide c' est large c' est grand il y a pas de magasins c' est tout euh ah la la j' aime pas du tout j' aime pas l' ambiance mais c' est vraiment j' aime pas je peux pas décrire tu en dirais autant des gens mais c' est ah oui oui oui j' aimais pas du tout la soirée non plus franchement j' ai trouvé les gens hyper guindés hyper pas tous j' ai j' ai quand même parlé avec quelques personnes mais enfin globalement les gens euh c' était tous beaucoup sur l' apparence enfin ce qui paraît logique hein la consommation euh ça va pas c' est pas comme ça moi que je vis quoi alors je les méprise pas du tout et je les juge pas ils ont été élevés comme ça et cetera mais disons que je me sens une vraie appartenance envers effectivement l' est de Paris voilà je je veux pas dire plus c' est pas voilà oui ah non c' est très clair c' est mais mon appartenance elle est clairement là et tous les quasiment tous mes amis vivent dans l' est de Paris et ont ce mode de vie de plutôt euh soirée allez on va dans un bar euh ah il est trois heures il y a plus plus de métro on prend le vélib enfin les façons de parler aussi sont pas les mêmes bien sûr oh c' est sûr c' est sûr et de se tenir hh j' étais impressionnée les filles elles avaient une espèce de maintien moi j' étais là complètement avachie bien sûr d' accord non de parler oui très différent aussi c' est sûr c' est sûr mais en même temps tu ne parles pas comme les petits gamins qui ratent leurs études de ton quartier non d' ailleurs je comprends pas forcément ce qu' ils disent parfois non c' est vraiment le côté je pense là enfin c' est il y a vraiment une tranche d' âge je sais pas entre le moment où tu deviens étudiant vers vingt ans jusqu' à peu près trente-cinq ça pousse peut-être un peu maintenant vers quarante le côté bobo c' est pas c' est vraiment pas c' est pas le côté racaille c' est pas euh à la rigueur je pense qu' il y a plus une différence dans ce dont on va parler c' est-à-dire qu' il faut toujours parler culture il faut toujours parler tu vois ce que je veux dire que cinéma politique on a vraiment des discussions très que la façon les mots qu' on va employer il y a une différence dans les mots qu' on emploie elle est certaine mais encore plus profond il y a le le je pense oui je pense dans cette soirée là tu vois c' était très euh enfin malgré tout c' était très euh les conversations euh les thèmes mm c' est assez juste faisaient rentrer l' argent dans la conversation je raconte mon dernier voyage je raconte mon travail où je gagne tant d' argent euh ou au contraire raconte que je n' ai pas besoin de travailler euh des choses comme ça ça c' est quelque chose enfin nous je veux pas dire qu' il y a un tabou avec l' argent mais ça ça vient des catégories socio-professionnelles moyennes parce que c' est aussi quelque chose qu' on m' a transmis mais malgré tout bon moi avec des amis je peux très bien leur dire ben vas-y dis-moi combien tu gagnes je te dis combien je gagne c' est pas c' est pas c' est pas comme ça mais il y a un tabou à étaler son argent c' est c' est ça ne se fait pas de dire oui c' est pas que c' est ostentatoire ostentatoire c' est pas une valeur c' est pas une valeur qui vient en premier voilà et et quand quelqu' un part en vacances on lui dit c' était bien oui c' était bien et sinon tu as vu tel film et là on part sur une vraie conversation et ça enfin ça peut être jugé je crois que c' est ça euh par d' autres gens comme mais justement tu t' intéresses pas vraiment aux gens ou j' en sais rien mais il y a vraiment ce côté là je je et ça je pense que c' est vraiment quelque chose très très Est de Paris euh dans le dans le mode de vie dans le côté ensemble d' accord alors justement donc tu as dans ton mode de vie bobo si je comprends bien il y a des petits restos il y a des cafés ça c' est le quartier merveilleux pour ça ça je dois dire même nous alors c' est quoi les bons restos et les cafés oh quand tu veux on te les fait connaître ben le resto non parce que resto tu as pas d' argent je te rappelle tu as de l' argent pour boire plein de verres tous les soirs mais tu auras jamais assez d' argent pour faire un resto oh quand même l' Express Bar tu te ben il y a que quand vous me le payez ah bon je croyais que tu étais allée y dîner ah non sinon je vais boire des verres ah non je vais boire des verres euh ben les The place to be non mais ça c' est parce que c' est des trucs que moi je connais qui sont tout petits qui sont boui-boui hein enfin je veux bien te dire si tu veux que je te donne les adresses non mais donner une idée donner une idée de qu' est ce que vous faites je sais pas non mon bar préféré c' est un bar qui s' appelle le Zéro Zéro ton bar préféré c' est un bar qui est tenu par deux mecs qui ont un an de moins que moi qui sont plus ou moins D J enfin ils sont plus ou moins dans la musique et en fait un jour un d' eux a hérité un bar je crois de son grand-père ou je sais plus enfin de par sa famille il a hérité vraiment de ce bar et il s' est dit qu' est ce que je fais et lui et son copain ils se sont dit allez on se lance écoute on a rien à perdre c' est tout petit euh il faut qu' on mette du un fond mais l' autre avait de l' argent je crois euh qu' il voulait plutôt à la base garder pour s' acheter un appart ou quelque chose comme ça mais enfin oui ils se sont lancés euh et ce qui était rigolo c' est que la même semaine il y a une copine à moi qui me dit oh j' ai re-rencontré un mec avec qui j' étais super amie au collège qui est génial écoute c' est extraordinaire comme histoire il vient d' ouvrir un bar bla bla elle me raconte toute l' histoire et me dit c' est juste à côté de chez toi il faut absolument qu' on y aille la semaine prochaine deux jours plus tard je croise moi-même par ha-~ par hasard un ami d' enfance qui était Nathan Micheli le fils d' Emmanuelle qui me dit écoute j' ai un ami mon meilleur pote il a ouvert un bar jusqu' à côté de chez toi il faut absolument que tu viennes ah je savais pas ça je lui dis mais comment ça et il connaît l' autre mec voilà et il est où ce bar ma fille c' est rue Amelot déjà que d' emblée ça commençait bien ah oui vous y êtes allés non ben non tu vois on découvre avec ah vous détonneriez hein je vais te dire toi c' est sympathique ah mais disons qu' en fait c' est du coup un bar très euh les amis appellent les amis qui appellent les amis et c' est vrai que c' est tout petit c' est minuscule la salle doit faire euh pff ah douze mètres carrés ouais quelque chose comme ça c' est vraiment minus il y a toujours de la musique complètement tonitruante ouais ouais oui alors c' est pas pour moi il y a du rhum gingembre à deux euros cinquante le verre grand comme ça en gros il y a que des gens de vingt-cinq franchement moi j' y ai rencontré que des gens de notre âge à part une fois un mec qui est avocat dans le cabinet d' en face qui est divorcé euh enfin et qui avait le blues et qui vient passer toutes ses soirées là parce que je pense qu' il se un peu tout seul mais sinon tous les gens étaient nés entre quatre-vingt-un et quatre-vingt-quatre vous vous abstiendrez hein presque oui là là et c' est vrai qu' il y a un côté génial parce que donc très vite tu connais tout le monde très vite tu connais tout le monde très vite voilà donc passer vos soirées quatre-vingt-quatre ou quarante-huit c' est pareil c' est mais c' est hyper agréable c' est hyper agréable donc ça c' est plutôt des cafés de quartier que du café de fac ah ouais ah complètement ah je il y a mes deux copines de fac parce que celle qui connaît un des deux était de ma fac tous les autres gens justement pas du tout et si coïncidence quand j' étais donc à Ivry en stage il y a un de mes co-internes qui habite rue du Chemin-Vert comme moi je l' ai vu un jour sur une liste je lui ai dit écoute c' est extraordinaire on habite dans la même rue il m' a dit où est-ce que tu traînes comme bar c' était la première question alors que tous les autres qui habitaient euh dans je ne sais où mais i-~ ils ne sortent même pas le soir où est -ce que tu vas comme bar je lui dis le Zéro Zéro il me dit ah le Zéro Zéro et effectivement on s' y est croisés plusieurs fois ensuite Reine euh quand tu es arrivée dans le quartier tu avais un bar tu as traîné les bars ou tu étais casanière non non j' étais déjà presque trop vieille par rapport à ce que raconte Blanche puis ça se faisait pas il me semble qu' on faisait pas ça j' ai fait un bar quand j' étais étudiante le soir comme ça mais il était rue de l' Odéon c' était tu as dû le connaître on a dû le faire ensemble le six de l' Odéon ou je sais plus quoi il s' appelait comme ça enfin c' était le numéro qu' é qu' é-~ son nom était le numéro de la rue mais non dans le quartier non il y avait d' ailleurs quand je me suis installée là pas tellement de choses où j' avais envie d' aller pas de café où j' avais envie d' aller c' était alors là le côté populaire les cafés étaient quand même euh tristes les Auvergnats les genre bar P M U hein ah oui et un peu un peu un peu formica il y avait même plus le les vieux cafés ou ils étaient pré-~ fréquentés par des des plutôt genre vieux alcooliques et j' avais pas envie d' y aller et et oh toi oh ben toi tu es pas beaucoup café en plus et toi Jean-Pierre mm mm oh oui non j' ai jamais était très non non non non non moi c' est tr ben vous vous êtes bien débrouillés vous avez fait vous avez fait une traîne-cafés oui j' ai on a réussi on a réussi non mais moi au début vraiment c' était l' endroit c' est des générations aussi aussi c' était l' endroit où il y avait les studios Action là où ils s'-~ là où ils s' ouvraient là où ils se fermaient là où ils se déplaçaient du neuvième vers le cinquième et cetera c' était plutôt cette géographie là plus que celle des bars où je n' étais pas c' était ça qui comptait le plus des bars mais par contre c' est vrai moi là-dessus je j' insisterais bien sur maintenant ce que j' aime beaucoup ici parce que ça démarré euh depuis dix ans hein ça il y a beaucoup de cafés de petits restaurants vraiment très agréables ça commencé avec la rue Oberkampf qui était là un peu le point de départ il y a plus de dix ans et ça s' est étendu un tout petit peu jusqu' à venir jusqu' ici la mode et ça vient jusqu' à chez nous et vraiment euh euh il y a même des moments où j' aurais du mal maintenant à aller au restaurant dans un autre quartier de Paris j' ai quand quand je cherche pour donner rendez-vous à des à des amis qui qui bon alors c' est quoi le restaurant je peux pas leur dire je peux pas leur dire de venir en bas de chez moi j' ose pas mais en fait c' est là où j' aimerais euh oui parce qu' ils disent qu' ils sont pas trop cafés pas trop bars c' est vrai mais on est plus non c' est pas tellement ça ça c' est clair là il y en a quand même un un qui a ouvert en bas de chez nous qui est enfin bon qui était ouvert qui a été rénové en bas de chez nous qui est mais ils sont restos puis même cafés il faut bien le dire complètement extraordinaire et et effectivement là par contre ça je je j' inviterai Sarah je pense que autant vous que moi on y est tout le temps ah oui aujourd' hui oui oui on y est comme chez nous on y est comme chez nous c' est juste en bas on descend on y est tout de suite c' est je je pense que euh il y a pas forcément l' équivalent dans un autre quartier bien sûr que si sûrement bien sûr que si ah ben ils l ils ont gardé le nom d' avant c' était un vieux bistro un peu euh dégoûtant qu' ils ont rénové et et il faut te dire déjà que le cuisinier c' est c' est des des cuisiniers anglais il y a pas mal d' Anglais du coup qui viennent il y a une ambiance très ça s' appelle comment l' Express bar et alors qui est ce qui vient tout le quartier est comme ça ils viennent de plus loin il y a des gens qui viennent de loin pour aller à l' Extrême bar euh il y a la fois des gens qui travaillent dans le coin avec leur ordi portable il y a je sais pas c' est c' est c' est ni très branché ni si mais c' est complètement bobo c' est bobo c' est bo- je suis désolée tu as le dimanche aprèm tu as des gens qui c' est c' est c' est elle Blanche depuis le début hein tu les cherches mais ils sont là ils sont là tout près c' est c' est très bien arrangé sans être décoré oui d' accord tu vois c' est juste ils vont de ils vont de le dimanche aprèm tu as des gens qui travaillent soit avec plein de feuilles étalées devant eux tu sais l' air très studieux et d' autres avec juste le petit I book minuscule ta ta ta et puis par contre euh tous les du mois alors là c' était Halloween la dernière enfin bon tu en as toujours des occasions une i-~ une énorme soirée avec un vrai D J et là tu as des gens qui viennent de tout Paris où ils sont collés comme ça danser parce que c' est the place to be c' est totalement hype oui oui très très oui ben ça on y va pas nous mais tu as aussi des artisans qui viennent manger là tu as des tu as encore des gens en bleu de travail qui viennent déjeuner là rapidement enfin c' est vraiment très très mais alors là l' endroit est très mélangé il faut absolument qu' on se retrouve là Halloween je vous coupe sur les les fêtes justement toutes ces nouvelles fêtes parisiennes euh vous en faites quelque chose ou rien ben nous les fêtes oh non nous de toutes façons ne fait rien des fêtes alors là en particulier Halloween là sûrement pas déjà que Noël on le fête pas alors alors Halloween tu parles alors là nous les fêtes on sait pas faire moi ben Halloween par exemple je sais que chaque année je suis trop contente je me dis oh ouais je vais aller à une soirée costumée machin et puis chaque année oh pff rien c' est-à-dire que soit j' ai une soirée normale de gens qui me disent vas-y Halloween c' est de la merde na ça périclite na soit euh ce soir là je peux pas pour et raisons soit comme ben donc là le dernier trente et un octobre non je me suis dit je vais aller juste boire un verre à l' Express-bar il y avait écrit soirée Halloween j' y suis allée en me déguisant pas du tout en me disant voilà et ben tout le monde était déguisé ils avaient des costumes incroyables heureusement que j' étais pas déguisée j' aurais été encore plus ridicule tu es de garde ils avaient des costumes incroyables les gens s' étaient vraiment amusés à se déguiser ben pas moi mm d' accord l' année prochaine ouais peut-être on dit ça on dit ça donc Halloween existe quand même du moins tu avais envie d' y participer c' est très bien Halloween existe alors que moi je croyais que c' était fini ça tu vois mais moi c' est parce que j' aime bien me costumer ça dépend on a rencontré des gens costumés euh qu' est-ce qu' on faisait euh on traînait dans la rue on a rencontré plein de gens costumés j' aime bien me costumer par exemple là moi les soirées costumées si tu veux entendre des hauts lieux parisiens il y a une soirée costumée qui s' appelle Non mais tu vas pas sortir comme ça autrement dit pour les vrais Parisiens la Non mais euh il faut être euh attention mais en gros euh ça a lieu tous les mois il y a eu une pause pendant l' été là et là c' est la dixième qui va avoir lieu à la fin de cette semaine donc ouais ça fait ça doit faire un an quasiment branché oui et euh chaque mois il y a un thème différent et puis il y a un petit microcosme c' est-à-dire qu' il y a des gens qui vont chaque mois qui se retrouvent là-bas et qui se disent tu vas voir là le mois prochain mon costume qui qui sont euh voilà qui passent le mois se faire des beaux costumes exactement et j' ai une copine qui s' est mise à coudre comme ça alors qu' elle avait jamais cousu de sa vie et chaque mois c' est de mieux en mieux et cetera euh voilà une émulation et là et là je suis ravie parce Marché Saint Pierre tu vas t' y mettre que je ben elle elle sait exactement ce qu' elle fait maintenant et elle y est depuis je pense depuis la troisième ou la quatrième elle y va et elle m' en parle tout le temps et là je je je vais être intronisée je vais aller euh pour la première fois première fois La non mais la semaine prochaine et moi les costumes j' adore ça donc si tu veux et en fait ce qui était rigolo c' est qu' elle m' en parlait elle m' en parlait et ta première Non mais et toi tu adores ça les déguisements tu attendais qu' elle te dise à l' avant-dernière l' avant-dernière parce qu' elle non celle de septembre c' était c' est ça celle de septembre c' était Rentrée des classes et celle d' octobre le thème c' était euh mm un truc genre bioman et je sais pas quoi et je vois un type dans la rue vers vingt-deux heures vers Bastille rue de la Roquette il était euh où se situe la s~ la fameuse Non mais euh habillé que de trucs complètement fluos et clignotants et argentés et je me dis il est génial mais non mais il peut pas sortir ah ah il va la soirée c' est là que j' ai compris que c' étaient des vraies soirées costumées pas des soirées tu sais où tu as des gens qui se ramènent avec un petit masque et qui sont là attends enfin tu vois c' est le délire c' est vraiment de se costumer ben moi j' avoue que je suis fan donc forcément Halloween euh donc Halloween l' an prochain mais en attendant quelques soirées tu as d' autres fêtes euh vous avez parlé des fêtes chinoises vous les regardez passer mais sans oui moi j' aime bien aller regarder les dragons avec oui c' est ça et la musique c' est sympathique oui oh oui oui c' 'est pas complètement rasoir mais ça compte pas et la Nuit la Nuit blanche vous la fêtez vous vous promenez dans toute la Paris pour voir euh des choses on est pas on est pas festifs oh oui moi oui oh oui oui carrément toi oui toute la nuit c' est bobo non ah ça ferme tôt ça ferme super tôt en fait tu as des rares trucs rares rares trucs qui ferment à quatre heures mais la plupart ferment entre minuit et deux heures non non c' est pas du tout toute la nuit ça c' est des c' est des on dit mais quand même tu tu ben cette année j' ai pas pu parce que j' avais l' aniv d' une copine mais enfin j' étais très triste d' ailleurs le matin même on avait lu à L' Express bar oui le programme de la Nuit blanche qui était disponible là-bas histoire de que ça soit pas n' importe qui qui fasse la Nuit blanche tu vois et euh j' étais très triste de pas p-~ avoir pu y aller l' année d' avant je l' avais faite très activement nous c' est pas qu' on est snob mais c' est que on a on sait qu' il y a tout de suite beaucoup de monde aux trucs bien dans La nuit blanche donc on -~ attends il y a un autre élément ce qui est plus important c' est celui que dit Blanche c' est que de toutes façons il y a il y a un élément c' est que qui tient aussi au fait que moi personnellement je suis assez farouche et que je dé-~ je n' aime pas du tout ce genre de choses mais ça n' a rien à voir ni avec le quartier ni avec le non mais la fête des voisins quelle horreur la fête des voisins quelle horreur quelle horreur non pas non pas pour l' idée de retrouver oh je sais pas comment ils ont fait pour me mais pas du tout pour les pour les les retrouver les voisins c' est parce que en fait je sais très bien ce qui se rejoue dans ces cas là et cetera pour moi c' est c' est le contraire tout ça la fête des voisins de de l' idée de fête à proprement parler qui n' est qui est complètement différente par ailleurs euh c' est vrai que bon ben non moi j' ai jamais aimé les fêtes comme un côté ce qui se rejoue les moments ben ce qui se rejoue c' est que tu veux dire que c' est tout le temps les mêmes non je veux dire que c' est alors d' abord c' est souvent les mêmes mais mais te vois des petits des petits non mais les petits problèmes qu' il y a eu les petits problèmes qu' il y a eu dans l' année cetera on va te des des choses comme ça et cetera pas forcément nous nous forcément si c' est les voisins ah non non non pas forcément faisons ça sagement hein dans le c' est pas du tout les petits problèmes de l' année c' est interdit les petits problèmes oui mais oui oui mais ben d' accord c' est très bien si ça marche mais encore une fois ils disent ça mais à la fin il y a eu quand même plusieurs fois des voisins qui sont venus manger là au moins une fois alors c' étaient pas des fêtes mais ça c' est oui on a des tas de copains dans les voisins ah oui mais ça c' est différent non mais attends la la con-~ non mais pour moi la convivialité la fête n' est pas la même chose du tout non mais c' est ça que je veux souligner c' est ça que je veux souligner oui oui oui c' est ça que je veux souligner pas du tout la même chose absolument mais bien sûr on on a une vie d' immeuble ah on peut dire qu' on a une vie par exemple je suis très de toutes façons depuis que je sais que vous avez eu Jarousski oui voilà Jarousski le jour où il a déménagé quand même on lui a dit bonjour c' est quand même qu' on l' a aidé qu' on l' a aidé à démé mais on a une vie on s' est mis par exemple ça je voulais le di-~ le raconter à Sarah on s' est mis d' accord pour arroser à tour de rôle notre petit jardin tu vois on a une vie d' immeuble dense mais c' est sympa puis moi je suis devenue très copine avec mon voisin du dessous qui habite donc aussi un studio avec qui je vais très souvent boire des verres à l' Express bar on a une vraie d' accord oui et chez IKEA aussi et moi j' ai une copine non ça ça s' est pas partie dans l' escalier d' à côté avec qui je vais à l' Entrepôt oui oui on a une bonne vie d' immeuble oui donc si vous avez une vie d' immeuble quand même hein mais ça c' est parce qu' on est depuis des années on viendrait d' emménager là il y a trois quatre ans on parlerait à personne enfin faut un petit peu de temps et alors les commerçants vous avez un marché vous allez au marché parce que c' est il est un peu trop loin pour mon goût oui mais tu as des commerçants mais j' ai beaucoup de commerçants on a beaucoup de commerces oui et les oui mais est-ce que tu as des commerçants qui sont qui te reconnaissent en dehors de ton marchand de fruits dont tu as parlé précédemment non mais c' est parce que je pense que c' était ça la question oh oui oui oui oui pardon oui oui oui oui non tu sais les commerçants attitrés qui disent oh ben vous me payerez une autre fois ou euh oui oui ça j' ai oui oui oh ben c' est oui tu dis je vais à ma charcuterie oh oui oui c' est ma alors que c' est pas ta charcuterie mes boulangeries mes boulangeries c' est au pluriel ça et qui du coup euh font pencher la balance du bon côté trient enlèvent le fruit abimé oui oui le le oui oui le plus fort c' est sûrement le le mon mon petit fruits et légumes là puisque comme je et les boulangeries aussi mais les boulangeries oui oui je suis assez co-~ et puis mon pharmacien j' y passe ma vie enfin si c' est vrai l' autre jour je lui ai dit mais vous faites exprès parce qu' il avait pas tout fallait que je revienne le lendemain non non c' est vrai ils sont le le le la vie de quartier très très agréable on a tout sous la main alors que moi les seuls les seuls qui me reconnaissent est le le réparateur de vélos et les barmans ah voilà les transports dans Paris ah ah mais tu sais que c' est pour ça que tu trouves ça plus central que moi moi j' ai pas trop de problème avec ça parce que je fais du vélo depuis six ans quand j' habitais dans le treizième oui c' est ton vélo un joli vélo léger qui peut monter les côtes ou un vélib oui très joli non c' est mon vélo à moi c' est ton vélo à toi enfin d' ailleurs à maman initialement mais enfin ça fait tellement d' années qu' il est à moi que oui ben il est à toi oh oui c' est pas parce qu' il y a marqué Reine là-dessus si tu veux que je fasse une donation en bonne et due forme on ira chez le notaire donc tu fais du vélo mais euh je pense que c' est une des raisons pour lesquelles on a aussi cette idée de centralité qui est différente parce que quand j' étais dans le treizième j' ai donc vécu un an et demi j' appréhendais pas mal à l' avance je me disais mais comment je vais faire euh pour aller à la fac c' est bien mais enfin dès que je vais vouloir aller plus loin et cetera et je n' en ai jamais souffert d' être com-~ alors j' étais à Porte d' Ivry hein et dieu sait que voilà et en métro les rares fois où je devais prendre le métro pour ou raisons là ça me c' était très très chiant hein la ligne sept elle est atroce mais tant que j' étais en vélo j' en ai jamais souffert ben je faisais du vélo un quart d' heure ou vingt minutes de plus de toutes façons pour être dans le onzième ben enfin j' y arrivais très bien tu es très mobile vélo par tous les temps je voilà ah oui ah oui je fais du vélo ben pas quand il neige quoi enfin et un casque sur la tête oui madame le médecin récemment depuis récemment d' accord enfin je l' ai pas encore mis en fait mais je l' ai donc ton ton itinéraire type c' est quoi tu pars là euh de la Fontaine-au-roi tu veux dire attends en en du Chemin-Vert mais oui en distance tu veux dire en distance pardon euh mais elle a pas d' itinéraire type parce que mon itinéraire type c' est pour aller au travail alors vas-y ah ben pendant six mois j' ai été à Bichat en vélo je mettais trente-cinq minutes et puis maintenant ça c' est à porte de Saint-Ouen c' est où ça Bichat elle a des tr-~ des lieux de travail et tu tu circules par les grands axes sans problème et puis pendant six mois j' ai été ben oui oh oui complètement et puis pendant six mois j' ai travaillé à Ivry j' ai été à Ivry en vélo je mettais quarante minutes et maintenant je suis à Villejuif et bon je ne l' ai pas encore fait mais il est très probable que je continue d' y aller en vélo et que je vais mettre quarante-cinq minutes oui bon alors si un jour je dois travailler à Evry là je je reverrai ma position mais enfin je peux aller partout avec mon vélo et je vais m~ plus vite qu' à enfin oh oui oh ben oui non parce que le R E R ça va vraiment très vite mais je vais plus vite qu' en métro si je devais prendre un train ou un R E R oh ben c' est clair oui je vais plus vite qu' en métro ben déjà tu as tu as jamais eu peur pas les temps d' attente ah si au début ah au début c' était c' était l' angoisse totale l' angoisse totale j' avais tout le temps peur j' étais hh mais là c' est quand même vrai ben que ça fait euh oh la la depuis que je suis en vélo ça bien me faire sept ans que j' en fais et qu' il m' est quand même jamais rien arrivé une fois je suis tombée j' ai eu peur ne fois mais en réalité j' avais rien et c' est tout alors je j' en j' en suis pas me dire que c' est pas dangereux hein je je suis pas aussi bête mais maintenant il y a des voies bus partout alors c' est ça que je voulais te demander donc tu tu es contente des des plans de circulation de la ville c' est génial c' est génial génial et toi Reine c' est génial les plans de circulation de Paris écoute je suis pas contre quand même hein je suis pas contre non non ça ça va j' ai pas trop je suis pas bon déjà je roule moins qu' avant Sarah hein puisqu' avant je prenais la voiture euh presque tous les jours pour aller à en banlieue là à Bry-sur-Marne bon euh de c' est tu sais la le rapport au quartier change beaucoup quand on travaille plus j' ai réappris à marcher j' avais jamais le temps de marcher je je partais au au travail le matin je rentrais le soir euh je prenais ma voiture et pour acheter le pain ben je garais ma voiture en double-file en gros hein bon maintenant je je marche énormément je prends plus le métro je prends le bus j' ai découvert le bus tu as des lignes et oui les lignes qui passent ici hein bien sûr euh dont celles qui sont bloquées par la mono-activité textile mais bon euh je prends le bus régulièrement et ça ça change l' appréhension de Paris de de pas travailler parce que on on c' est vrai que je me sens plus encore parisienne qu' avant si tu veux de de de de jongler avec tout ça et surtout de beaucoup plus marcher à pied c' est-à-dire que j' ai je raconte toujours que les distances me paraissent plus courtes avant aller à Bastille me paraissait loin parce que je n' avais même pas le temps de le faire à pied et maintenant euh je peux toujours consacrer vingt minutes pour aller à Bastille enfin c' est et du coup ça me paraît pas loin hein et toi tu as toujours euh utilisé les transports en commun oui moi c' est un peu particulier parce que je ne j' ai pas de voiture je conduis pas j' ai jamais conduit euh je pense que pl-~ si j' avais eu les conditions qu' il y a aujourd' hui j' aurais fait du vélo comme Blanche mais bon il y a il y a quarante ans ça s' y prêtait pas ah c' est sûr non et un peu à l' inverse d' ailleurs sans exagération mais un petit peu je trouve qu' au contraire il y a plutôt pour quelqu' un comme moi comme un piéton qui a toujours été piéton et transports en commun une une petite dégradation quand même de la marche dans sur les trottoirs parce que les trottoirs il y a pas que les Chinois ça c' est propre à notre quartier c' est que les vélos qui circulent hein tout le monde n' est pas toujours aussi correct que ça si il y a beaucoup pl-~ il y a beaucoup de vélos voire même de motos voire même de grosses motos surtout dans la rue du Chemin-Vert parce que il y a ceux qui veulent la prendre en contresens non pas garer pas garer qui remonte qui revient oh il y a peu de vélos sur les trottoirs oh oui oui ah mais garer oh non on a souvent une moto qui remonte le trottoir incroyable j' ai jamais vu ça ah si si oh si c' est très si si c' est vraiment enfin attention je ne suis je ne voilà c' est ça je ne suis pas non c' est-à-dire que le le vélo permet de plus en plus de choses à la marge je sais que tu ne le fais pas et que beaucoup ne le font pas mais à la marge il y a quelque chose où on a vu et donc les gens sont pas disciplinés en ce moment euh le le l' espace public qui est autour du trottoir devient quelque chose de mixte entre la chaussée et le trottoir lui-même et vraiment dans certains endroits je ne dramatise pas c' est pas grave c' est pas invivable et cetera mais il y a quand même des situations dans lequel oui voilà non non non mais c' est c' était la même chose les rollers les rollers et les comment et les planches les planches ont été de-~ déjà un premier point de départ de ça bon c' est donc c' est des petites choses comme ça je dirais pas que c' est une dégradation ni que c' est grave mais ceci dit moi je me sens avec l' âge en plus un p~ moins à l' aise sur les trottoirs que je ne l' étais il y a vingt ans et c' est pour un piéton oui avant il y avait les rollers finalement moi ça ça a commencé avec les rollers les patinettes là les oui mais ajouter une chose effectivement vélo je n' ai aucune expérience de ça puisque moi je monte pas sur les trottoirs donc je n' ai aucune expérience de ça mais mon vélo étant immobilisé depuis maintenant non c' était vrai et b-~ beaucoup de ne le font pas oh mon dieu cinq jours que je suis obligée de prendre le métro je suis catastrophée par le fait que les gens me bousculent et ça c' est dans le métro donc c' est pas du tout les vélos et cetera et je me trouve sans arrêt bousculée par les gens et je me dis juste que je j' avais perdu l' habitude enfin je ah oui s piétons oui oui oui et ça c' est euh ce que je veux dire c' est que je pense que ce sentiment que tu as il est certainement vrai mais qu' il je voudrais juste ajouter cet argument disant qu' il est pas que à cause des à mon avis des vélos et des motos c' est une chose dont je oui c' est bien qu' elle en parle qu' il est général c' est vrai exact il est aussi avec le le fait que il y a plein de gens partout que les gens sont certes un peu plus indisciplinés enfin j' en sais rien mais le métro qu' est-ce que tu voulais dire oui j' allais juste dire que euh une des un des paradoxes que j' as~ enfin qui me semble évident depuis quelques mois c' est que euh il y a effectivement moins de voitures dans Paris je pense qu' on le ressent vraiment on peut on peut tout d' un coup voir le boulevard Saint-Germain-des-Prés Saint-Germain euh vide à certains moments plein milieu de journée c' est u-~ c' est une réussite totale mais alors le métro est là c' est depuis cette rentrée j' en ai conscience mais ça commencé il y a quelques mois est de plus en plus plein je sais pas si vous l' avez tous on ne le remarque pas mais le le métro sature énormément à Paris rappelez-vous du toi tu l' as senti depuis plus longtemps comme ça depuis oui puisque tu travaillais tu faisais beaucoup de métro il allait Porte de Vanves les bus pareil moi je l' ai je l' ai senti depuis longtemps et les bus les bus parce qu' ils n' arrivent pas les faire passer ils n' ont pas on le sait bien ils n' ont pas réussi à à compenser au fond hein av-~ en mettant beaucoup plus de bus ben d' ailleurs c' est une des raisons pour lesquelles moi et donc plein d' autres gens font du vélo c' est que moi du coup là je me retrouve cinq jours à prendre le métro je suis catastrophée je n' ai qu' une hâte c' est de retourner à mon vélo et même si Ivry ça va être loin et difficile et ben je pense que je serai énormément continuer dans ma vie quotidienne de prendre le vélo et non pas de prendre le métro font du vélo ah mais c' est terrible avant le oui oui et avant le métro était un beaucoup plus cool je trouve enfin maintenant il y a du monde tout le temps l' autre chose sur le la difficulté d' être piéton petite dégradation alors là personne en parle je vais être vraiment pas du tout populaire euh dans notre quartier c' est évident les terrasses euh poussent alors c' est très sympathique une terrasse ça fait partie du charme de Paris nos touristes adorent nous-mêmes nous en profitons beaucoup et bon et ça mais elles débordent elles débordent il y a vraiment des endroits assez drôles où entre la la station de métro et la première terrasse il faut se faufiler et le onzième est un appartem~ un arrondissement très dense particulièrement dense vraiment il faut aller place Voltaire euh même en semaine hein je parle pas du samedi même en semaine vers midi il y a des des embouteillages humains place Voltaire mais tu sais pourquoi il y a de plus en plus de terrasses ben oui les fumeurs les mais c' est pas seulement ça oui je suis d' accord mais si tu veux il y a des endroits où on vend les crêpes qui redépassent encore plus c' est la loi anti-tabac qui va c' est pas seulement ça mais enfin ça joue énormément énormément je suis d' accord avec toi il n' y a pas ça je attends je t' explique juste plus pour finir mon idée mais ça bien joué je suis d' accord mais encore une fois je ne suis pas contre les terrasses mais je pense que il y a un moment où il faudra un petit peu revoir que euh diminuer la voiture dans Paris je suis complètement d' accord mais bon dire que pour l' instant les piétons beaucoup gagné sur cette par rapport à cette diminution je suis pas sûre voilà et que sur les terrasses il y a il y aura peut-être quelque chose à revoir ou simplement laisser le passage à certains endroits critiques moi je dis pas de supprimer les terrasses est absurde hein mais vraiment tu tu regarderas là l' endroit où il y a le café Place Voltaire là euh c' est mais non mais maman je sais que tu as raison parce que les rares fois où je dois pousser mon vélo parce que il y a deux sujets soit petit a j' ai fait des courses petit deux il est crevé où il y a un truc qui est cassé dessus non seulement moi je me galère mais je me fais engueuler par tout le monde pendant tout le trajet et et tu sais un petit détail sur les vélos et les sur les vélos et les motos sur le trottoir juste un petit détail qui illustre bien je trouve euh et qui est fréquent et on ne le remarque pas aussi tu as tout d' un coup une moto qui t' arrive dessus tu marches tranquillement sur le trottoir qui arrive dessus à toute vitesse tu ah mais pareil on a du mal à passer je m' indigne et le gars me fait signe mais regardez je m' arrête il allait se garer c' est-à-dire que la moto arrive euh en fait elle va juste se garer sur le trottoir elle ne l' emprunte même pas mais tu vois ce que je veux dire le gars il arrive avec sa vitesse de motard il se rend pas compte euh il se rend pas compte il allait il allait évidemment pas écraser de piétons il il allait juste se garer euh mais après ça c' est comme quand toi tu es en voiture il y a aussi plein de gens qui arrêtent pas de le prendre hyper mal alors que tu les avais très bien vus et que tu es déjà en train d de freiner et pas bien sûr mais bien sûr bien sûr mais mais quand tu marches et que tu es en train de rêver hop tu vois voilà c' est des petits voilà c' est des petits trucs mais qui font que les que le l' indiscipline des voitures se retrouvent dans l' indiscipline des mais en gros Paris Paris commence à se désengorger un peu oui ça c' est très net c' est peut-être moins la politique parisienne que le la période où l' l' essence a grimpé oh oui oh oui sur les voitures peut-être peut-être si non quoi quand même si ça dû jouer quand même un peu ça fait quand même deux trois ans que c' est en route oh c' est quand même je pense qu' on peut plus oui oui hein où c' est plus sensible encore aujourd' hui mais je crois que c' est non là il y a eu une vraie politique dissuasive euh oh ça par contre je trouve que ça marche c' est bien ça marche assez bien ça marche bien euh euh je je suis quelquefois inquiète euh pour les banlieusards dont certains se plaignent quand même beaucoup de plus pouvoir entrer dans Paris bon il y a une espèce de tout ça se fait dans une ambiance je dirais un peu Paris contre banlieue faudrait oui voilà voilà faudrait peut-être faire des grands parkings euh qui permettent aux gens de faire le relais comme on avait fait à Nice voilà et puis toujours pareil augmenter les augmenter les R E R parce qu' il faut voir aussi que les pauvres banlieusards qui se disent je vais p si si si si tous les banlieusards arrêtaient de prendre leur voiture mes agneaux mais on serait foutus enfin je veux dire euh c' est ça il y a une attention donc au discours trop trop facile mais globalement je trouve ça très bien que Paris appartienne un peu plus et aux deux-roues et aux piétons ça je suis je trouve ça très bien faudrait juste revoir peut-être quelques quelques petits aménagements pour que il y ait un espace public digne de ce nom quoi et oui puis moi j' ai trop -ment c' est le R E R c' est c' est dans un état catastrophique c' est l' enfer ah ben ça c' est clair hein les R E R c' est catastrophique hein je vois le temps qui tourne terriblement et en même temps euh c' est intéressant ce que vous racontez donc j' ai pas envie de couper oui mais enfin vas-y mais j' avais juste deux ou trois questions alors une euh sur la propreté euh ah ça ça va être très rapide oui oui ça va être rapide on trouve la ville tout à fait assez propre pour nous alors voilà c' est elle est plus propre que Nice alors même un peu trop propre parce que ça fait des camions d' éboueurs tout le temps mais je plaisante allez ça fait très plaisir de vous entendre non non ils ont multiplié le parc des des il n' y a que les gens du onzième qui adorent me dire tout ça ça fait mon troisième interview dans alors que les autres ah la la c' est abo-~ ils te disent que et pourtant ça doit pas être l' arrondissement le plus propre ah oui mais alors ça moi je peux pas admettre ça je peux ça me fout carrément même en colère les bon d' accord par rapport à avant avant tu pouvais pas faire vingt mètres sans marcher dans les crottes de chien alors de chien non puis le nombre de gens qui disent que Paris est une ville sale crottes de chiens alors les animaux dans Paris quid des animaux dans Paris ils sont mignons oh ouais oh les chats les chats c' est absolument adorables tu vas dans tous les appartements où il y a des chats c' est sympa les chats quelle nuisance bon ils se moquent de moi parce que j' ai un chat non pas du tout on aime bien tu as un chat j' ai un chat d' accord qu' est-ce qu' il fait tout seul dans ton petit studio ben là elle est en train de mourir hein ma fille elle est en géria-~ Blanche elle est en gériatrie Blanche elle est en gériatrie même avec les chats mais euh non j' ai eu j' ai eu eu dans cet appartement même à côté de qui fait quarante-deux mètres carrés un un chat qui était jeune et cetera et ça non ça allait bien c' est quand même grand chez moi c' est grand il y a un balcon euh je j' avais pas mal de temps pour jouer avec lui je bossais beaucoup moins à l' époque enfin ça c' est bien ah tu emploies le passé après euh mais les animaux dans Paris non là oh là oh ben c' est oui non c' est une plaisanterie oh bon les chats bon non on on a bien compris ta question non blaguait après oh pouf mais ça va mieux qu' avant les chats bon ça va mieux qu' avant je trouve oui boh ouais vous n' avez pas fait de rencontre avec des rottweilers dans le onzième non non non il y a une espèce de gros chien là une espèce d' énorme chien comme ça une espèce d' énorme chat mais là c' est pas parce qu' il fait peur oui c' est ça c' est un veau mais c' est pas ça ressemble à un veau mais c' est pas forcément très joli quand il pisse est spectaculaire enfin bon c' est pas mais il y a pas de quoi se fro ça ressemble à un veau mais il a un jet il a un jet oh une abondance vous vivez très bien avec les chiens du quartier ah oui oui oui oui oui j' ai râlé plus quand tu étais gosse parce que c' est vrai qu' il y avait beaucoup de crottes et que quand on allait au square c' était embêtant mais là maintenant quid des oiseaux ah ben les crottes ça rien à voir les gens ils ramassent les crottes les oi- les gens ramassent gentiment ah oui ouais oh oui oui non non il faut ils ont moins de chiens grâce à la crise économique oui les oiseaux ça va très bien les oiseaux oui ça va oui oh les pigeons ça va nous on a pas trop c' est plutôt des des des des corbeaux ou des cormorans ou des mouettes ou des choses comme ça parce qu' elles font du bruit le matin parfois en été les pigeons des mouettes on a des mouettes vous vous croyez au bord de la mer et c' est parfait voilà ouais ouais m non pas parfait vraiment parce qu' elles font vraiment un bruit à six heures cinq heures du matin quand en été quand euh le soleil se lève c' est pas très agréable à six heures du mat c' est chiant vos gueules les mouettes et vous ne vous racontez pas que des des vols de de mouettes sont en train de démolir vos toits évidemment c' est plat donc non mais ça va ah non non oui c' est plat donc ici c' est plat non mais il y a pas il y a pas vous pouvez les observer en novembre non non et et dans ce quartier-ci là il y a pas de tellement de pigeons il y en a un tout petit ça on n' a pas de problème regarde nos Chinois nos Chi peu vers le vers le square mais il y en a pas ça va et alors vous manquez un peu d' espaces verts tu dis vers le square on a un petit square euh oui oui il y a celui-là il y a celui de la Roquette qui est pas loin il y a le Père-Lachaise qui est un bel espace vert on a le Père-Lachaise qui est un grand espace vert c' est vrai qu' il y a pas beaucoup d' espaces verts dans le quartier ça on peut pas le nier le Père-Lachaise vous allez vous promener au Père-Lachaise moi je vais m' promener au Père Lachaise ah oui tu aimes bien te promener j' ai emmené Blanche non c' est vrai on a pas beaucoup d' espaces vers dans le quartier non non non c' est vrai le soir il est sympathique mais petit on vit très bien sans espace vert oh il y en aurait plus on serait contents mais en même temps les espaces verts ça peut distants il faut emmener Blanche à passer son enfance à à faire des pâtés de sable dans les tombes c' était ça oh non là ah non ah non non non quand même pas je t' ai emmenée il y a un petit square là mais minuscule non non je faisais des pâtés de sable au bac à sable du square non mais euh euh je pense que enfin ça pour le coup que ce soit papa et maman qui ont été élevés en banlieue ou moi on a jamais vu des espaces verts enfin on a jamais vu comprenez bien ce que je veux dire on a pas été élevés dans des espaces verts donc ça peut pas nous manquer enfin oui oui c' est ça on s' y fait bon quand j' étais à Berlin qui est pour une ville qui est une capitale où il y a énormément d' espaces verts j' ai ça m' avait complètement frappée enfin pourtant j' étais jeune ça m' avait frappée de beauté de je m' étais dit c' est extraordinaire ah qu' est quand même très verte oui euh bon ben ça me manque pas quoi enfin c' est très bien c' est très bien les espaces verts oui ben évidemment c' est pareil quand tu es à New-York et que tu vas à Central Park et ben oui euh oui oui c' est ça on est tu es oui mais enfin New-York il y a que Central Park le reste et euh c' était quoi une enfance alors de petite Parisienne tu as des souvenirs on joue à quoi quand on la corde à sauter sur le trottoir ben non dans la cour de l' école dans la cour de l' école sur la tête des voisins non mais comme espace c' est vrai que oh ben sinon après l' école après l' école ben il y a un âge où tu vas effectivement au square alors là c' est tous les soirs ça c' est pareil les enfants que j' ai gardés je m' en suis rendue compte les parents ils te disent clairement ils te disent elle va au square ils vont au square c' est obligé c' est la case et avec Marie-Paule moi quand j' étais petite c' était pareil c' est-à-dire qu' il y a tellement pas d' autre chose que de toutes façons tu vas au square mm c' est très bien c' est une vie sociale tu rencontres des gens non c' est c' est c' est c' est très bien je pense que ça c' est tu joues à plusieurs donc c' est plutôt sain enfin qui est petit mais qui est mignon des gamins il y a un toboggan voilà et après par contre euh je pense que je suis pas un bon exemple parce que je suis fille unique donc moi jouer ben tu sais euh à partir de six ans et demi ça été ben tiens tu prends un livre enfin tu vois papa et maman ils jouaient avec moi quand on rentrait non non pas du tout très loin enfin i-~ ils jouaient maman non mais là maman prenait beaucoup de temps pour jouer avec moi mais je peux pas dire ce que c' est qu' une enfance de Paris je peux dire ce que c' est que grandir en étant enfant unique à Paris non mais enfin là on a changé de sujet enfance martyre j' emmenais au manège de Nation quand même il y en a beaucoup tu sais rassure-toi non non ça va il y en a plein et donc bon ben en lisant apprenant à découvrir les petites librairies en apprenant à marcher dans les quartiers de Paris qu' on a trouvés découverts dans les livres et en ben comme ça hein tu as joué avec des copains et copines quand même on organisait souvent des certes non mais on faisait quoi des jeux de société à la maison quoi oui mais je veux dire on organisait quand même donc vous avez invité oui quand même oh ben oui il faut pas exagérer ils m' ont pas privée de et alors on joue à quoi au Monopoly euh dans la oui voilà Monopoly la Bonne Paye Cluedo et Qui est-ce et puis puis tous les jeux interdits quand même j' espère et alors au docteur tu as pas joué oui oh non oh ben si enfin à l' école quoi oh non pas ici boh enfin j' oh non oh non mais je disais ça pour rire ma chérie enfin je veux dire tu inventais mais euh c' est des c' est des choses secrètes et pas parisiennes mais absolument les années d' école tu as eu des des enseignants qui t' ont marquée ou tu tu t' es c' est passé comme ça ben oui un un ah oui oui j' ai eu un enseignant CM1 CM2 qui était quelqu' un d' absolument extraordinaire enfin qui l' est toujours d' ailleurs je pense qui était quelqu' un d' extraordinaire c' était quelqu' un qui avait la passion de la pédagogie qui avait envie de transmettre des choses à des enfants tout simplement et qui avait beaucoup de choses à transmettre à des enfants et qui avait les moyens de transmettre les choses à des enfants à l' époque qui était juste fascinant qui organisait des tas de choses qui a jamais suivi un programme ou quoi que ce soit mais qui m' a appris beaucoup plus que quasiment aucun autre ben même que qu' aucun autre enseignant dans ma vie enfin un voilà école primaire ouais mais c' était une école primaire où il y a eu d' autres enseignants qui étaient aussi bons donc je pense qu' il y avait aussi un terrain enfin tu vois lui il nous prenait en CM1 CM2 donc déjà on voilà et qui on l' a lu par la suite avait effectivement une très bonne réputation dans le onzième qui était euh oh on peut pas comparer à l' école Vitruve dans le vingtième par exemple mais enfin qui était une école qui avait une certaine réputation quand même de d' aller un peu plus loin que les choses tu vois c' était quoi cette école non mais pas primaire euh mais mais publique je veux dire elle n' était pas Parmentier ben c' était comme comme l' école publique mais tu as des écoles comme ça qui poussent un peu enfin quand même un peu plus loin oui oui et tu pourrais presque donner un exemple de de ce prof quand il par exemple il il nous avait fait faire un appareil photo ce maître oui et pendant trois semaines il avait engagé un photographe ou trouvé un photographe qui je ne sais pas avec quel il se débrouillait pour les budgets il passait son temps à trouver des budgets il se débrouillait tout le temps c' était mister Débrouille donc il trouvait par exemple il parlait à quelqu' un dans une soirée qui lui disait voilà je suis photographe et il lui proposait ce projet en lui disant que en échange par exemple ben nos photos pourraient lui servir pour lui un de ses projets et donc on apprenait pendant trois semaines à faire des photos et on faisait les tirages les machins ou euh il s' était dit ben voilà l' avenir c' est l' informatique il avait trouvé un mec qui bossait dans un bureau où justement ils jetaient des ordinateurs parce qu' ils en achetaient des nouveaux il avait récupéré les vieux ordinateurs et on passait tous on roulait on passait tous quatre heures par semaine sur l' ordinateur de la classe alors qu' il y en avait que cinq mais il avait organisé un roulement et cetera euh tout était fait par petits ateliers tout était fait enfin c' était extraordinaire ah oui non mais les classes vertes les machins enfin sans arrêt à organiser des trucs pour l' école je me rappelle qu' on était partis au ski et c' était pareil il avait trouvé euh un moment moi c' est pas ça ça m' avait fascinée ça on était partis au ski donc avec lui il allait et une semaine avant de partir il nous avait dit rrah ça me trottait dans la tête depuis plusieurs temps que je sais qu' on va partir il fallait que je trouve un truc où on allait pas se perdre parce qu' au ski le problème c' est que tout le monde se ressemble tout le monde est en combi et il avait trouvé je ne sais plus comment genre un Tati un lot de euh cent bonnets rouges pour tu vois genre dix francs et qu' il avait achetés du coup en plus comme les bonnets quand tu es gamin tu les perds pam il s' était ramené d' énormes sacs de bonnets rouges et bam on se mettait nos bonnets rouges et on partait skier enfin tu vois c' était c' était un mec qui avait de la suite dans les idées je me rappelle et tu l' as revu oui je l' ai croisé plusieurs fois dans la rue par la suite euh il est devenu directeur de maternelle parce que il en a eu marre de pas de pas avoir les moyens euh je repense toujours à papa qui a aussi qui s' est occupé d' un collège où et bon quand il était plus jeune mais il a il trouvait quand même qu' à la fin il avait plus les moyens de faire ce qu' il voulait par exemple il y a eu un truc qui a dit dans cette école c' est dégoûtant qu' il fasse CM1 CM2 parce qu' il y a qu' une année sur deux qui peut profiter de lui donc il a eu le droit de faire plus qu' une classe mais lui il aimait s' investir assez avec des enfants pour pouvoir avoir le temps de les connaître le temps de tu vois voilà ou il a plus le droit de ne plus suivre le programme comme il le faisait avant euh des choses comme ça donc il a il a voilà et là ben parfait il peut enfin se faire le truc euh il y a son fils qui m' a invitée comme amie donc je lui parle pas il me parle pas je pense que il on se connaît de nom de famille mais au fond de moi je sais que le jour où je veux euh le retrouver je peux suivre et d' accord oui voilà et après ça été un peu le désert au collège et au lycée oui tu as tu as gentiment fait tes études mais sans retrouver ah oui je pense la passion oui non mais en même temps c' est différent tu veux pas comparer parce que quand tu es un instit tu es avec lui toute la journée pendant deux ans enfin je pense que j' ai peut-être eu des très bons profs après mais tu peux pas comparer oui non mais après ça été en médecine après ça a été en médecine non ça été à la fac effectivement au collège lycée non non tu vois des gens qui te qui tout d' un coup t' ouvrent un domaine et alors à la fac tu es tombée c' est c' est la matière qui t' a plu ou tu es tombée sur des profs exceptionnels ah ben pareil hein un ou deux mecs exceptionnels Jacques Cadranel même en physique là même dans ton cours privé aussi même déjà qui tu sais quand tu as dit je comprends la physique oh ça tu le quand même hein ouais il y a Georges oui ouais lui il était très bon mais ouais mais ce que je veux dire c' est que la différence est que lui il a jamais connu mon existence je sais pas comment dire il était extraordinaire mais en tant que prof de fac quoi et euh et après oui il y a eu Jacques Cadranel qui était un de mes profs enfin qui était un de mes chefs de stage euh enfin c' était un bon prof mais il te oui oui c' est ça oui oui je comprends il était juste bon prof oui enfin pouh je sais pas je peux même pas dire enfin un des hommes que j' adore le plus au monde je pense enfin voilà et puis là mes deux mes trois premiers patrons enfin voilà à Bichat aux urgences les patrons de service ils sont souvent très très charismatiques donc à Bichat aux urgences il était extraordinaire là en gériatrie lui je pense que c' était presque un deuxième Jacques Cadranel dans ma vie ouais et là et là il a l' air super il a l' air super donc euh oui je pense que enfin voilà mais non non clairement dans mes é-~ disons que disons qu' il y en a eu un en primaire un dans mes études études et un dans mon internat pour le moment c' est bien tu as beaucoup de chance ben oui je suis d' accord je pense que la la médecine joue beaucoup là-dessus les études de médecine ben on est très tu sais parrainé sans arrêt enfin hein sont c' est des études de compagnonnage c' est des études professionnelles et c' est formidable d' être dans une profession je pense voilà c' est ça elle a adoré ça assez vite hein tu l' as senti ça comme tu tu sais je me rappelle en première année quand tu as dit ils nous parlent comme à des médecins tu m' as dit un jour en rentrant ouais tu tu fais partie tu es tu es une même ça a côté euh glauque et un côté pas bien enfin communauté presque ouais communauté pas presque c' est une communauté fermée donc il y a un côté évidemment très euh oui un peu fermée enfin le côté qui est très terrifiant un sens mais enfin quand tu y es dans cette communauté comme chacun qui appartient à une communauté tu te sens bercé tu te sens accepté tu te sens mais surtout ça donne du sens aux études quand même en même temps ça fait que mm certes hein c' est pas des études suspendues qui doivent convenir à deux ou trois c' étaient des questions qu' on se posait pas bon d' accord parce que il y avait du boulot qu' est-ce que j' en ferai tu sais à quoi ça sert tu sais les questions auxquelles on essaie de répondre non non mais mais que les étudiants se posent aujourd' hui quoi sans arrêt sans arrêt sans arrêt euh les loisirs il en reste oh oui quand même c' est des années à soixante-dix heures par semaine oh non ben là pas depuis six mois quoi mais avant ça oui non je peux pas dire non tu peux faire une heure ou deux au Zéro Zéro et de temps temps j' ai quand même les week ends oui mais ça c' est pas des vrais et alors euh euh tu as encore le temps de profiter de d' équipements culturels du quartier oh oui oui oui ben si il y a un truc que je fais comme loisirs à part aller au Zéro Zéro et à l' Express Bar c' est ça oui c' est c' est des trucs culturels carrément oh si quand même ça c' est ça aussi qui est génial dans Paris c' est que tu veux aller au ciné tu as tous les horaires du monde bon j' exagère un peu mais voilà euh tu bon moi je trouve qu' il y a pas assez de nocturnes par exemple par rapport à New-York il y a beaucoup plus de nocturnes dans les musées je trouve qu' on en manque à Paris il y a beaucoup de musées qui ne font pas de nocturnes le musée Guimet par exemple ferme à dix-huit heures tous les jours tu veux y aller tu es obligée d' y si tu travailles comme moi tu es obligée d' y aller le week-end où il y a quatre cents tonnes de monde parce que c' est un très petit musée cetera oh si tu as encore c' est vrai c' est ce que je regretterais mais en réalité ça fait que dès que j' ai un jour de libre dans la semaine je cours dans un musée et ça fait que euh ben j' ai aussi pris tu cours dans un musée l' habitude aller dans des musées où il y a beaucoup de monde parce que ben c' est comme ça comme tous les Parisiens et les infos sur le quartier ou la ville c' est quoi pour toi Internet voilà exactement la radio mes amis je suis non ça par contre musées tu tu vas pas lire un journal pour savoir ah ah Télérama euh ordinateur non non ça pour le coup j' ai pas le temps tu vois ce que je veux dire donc non ça c' est soit bouche à oreille si j' ai quelques sources qui reviennent il y a une source paternelle proche il y a une source pater paternelle évidente non il y a d' autres trucs oh ben en fait ça c' est aussi plus tu sors plus tu trouves je sais pas comment te dire mais tu vas un musée tu vas trouver un prospectus pour une autre expo ou tu vas euh tu vas y aller avec quelqu' un qui lui même comme il aime bien les expos va te raconter la dernière où il été enfin tes amis et théâtre toi qui en as fait oui théâtre si il y a par contre il y a des il y a des grands trucs là Sarah tu veux pas boire puisque excuse-moi non mais d' accord je t' interromps mais théâtre il y a euh il y a La Terrasse le merci oui gratuitement La Terrasse ça c' est pas mal j' ai cette année j' ai fini par prendre des abonnements parce que je me suis rendue compte comme je pense tous les gens qui travaillent beaucoup que c' est très difficile de se voilà et ça et ça le Théâtre de l' Odéon et le théâtre de Sartrouville tu sais le journal distribué oh oui d' accord merci quoi et ça c' est pareil dès que tu es dans le réseau tu reçois tout en fait au début de l' année je reçois tout donc si tu veux là j' ai plusieurs euh plusieurs programmes où il y a des trucs cochés en me disant et ben voilà le quinze février faut que je réserve pour telle pièce et puis mes autres où j' ai pris des abonnements où j' ai déjà les dates mais euh ça c' est plus tu fais plus t' en plus tu as de sources et comme j' en fais quand même encore pas mal c' est pas un problème donc ça c' est euh donc tu te vois équilibrer plus tard sans trop de problèmes euh maison vie familiale euh enfants boulot je peux même pas répondre à cette question oh je je vois juste tellement pas mon avenir je vois rien je vois pas plus loin que les six derniers mois les six prochains mois euh j' espère que c' est pas une question tragique que je te pose non mais ça c' est pour des questions personnelles enfin je si c' est un peu enfin c' est pas tragique mais je je suis dans une période de ma vie où je pense que jamais dans ma vie j' ai vu aussi peu loin ce qui pouvait m' arriver c' est glauque c' est peut-être le mieux qui p~ enfin bon passons maman trouve ça très bien moi je trouve ça absolument atroce mais enfin je veux dire enfin parce que Blanche avait oui tu programmais beaucoup tu tu programmais oui mais qu' est-ce que j' étais bien dans cette programmation franchement ça m' allait parfaitement comme c' était maintenant ça ne me va absolument plus plus comme c' est je voilà donc je ne suis pas contente mais bon c' est c' est c' est c' est pas grave c' est comme ça mais si tu veux moi de me dire que mes prochaines vacances je ne sais même pas ce que je vais en faire ma prochaine semaine de vacances je ne sais même pas quand la prendre parce que je ne sais même pas ce que je vais bien pouvoir faire pour moi c' est un drame oui je comprends ma chérie je voulais pas dire que c' était c' est un drame social c' est que je suis seule et j' espère que ce drame tu vas en sortir très vite mais oui mais oui bien sûr l' hôpital est plein de monde non mais tout ça pour dire que je je ma vie à long terme mais ça c' est totalement vrai c' est le seul truc qui est vrai dans Grey' s Anatomy et il suffit de regarder une série américaine pour voir que les médecins passent leur temps à draguer alors d' accord oh la la non mais je j' ai aucune idée de ce que sera ma vie donc je ne sais pas si elle sera équilibrée j' en sais rien mais certes je continuerai et à vivre à Paris et à avoir une vie culturelle ça c' est quasi des certitudes c' est gagné ça et tu sais par exemple déjà que si compagnon il y a il passera l' aspirateur alors ou que si il y aura une femme de ménage pour résoudre le problème eh ben ça tu vois je sais pas quoi répondre j' en ai aucune oui tu as pas d' idées préconçues là-dessus j' avais des idées préconçues je me suis rendue compte que c' est très difficile de mettre en pratique c' est bien tu vois que tu progresses je peux très bien avoir soit un mec qui travaille beaucoup moins que moi parce que je travaillerai énormément et donc effectivement c' est lui qui fera le plus gros je peux très bien avoir un mec qui travaille beaucoup et moi je travaille beaucoup donc on aura l' argent pour avoir une femme de ménage ça me choquerait pas plus que ça je peux très bien décider de travailler plutôt moins et avoir un mec qui travaille plutôt moyen et on se partage le ménage et je peux très bien avoir un mec qui travaille énormément et dire que moi j' en ai marre et que j' arrête et que je passe l' aspi en échange et toutes les solutions sont ouvertes ce qui est bien non mais voilà bien quand tu es contente ah ah tu vois je trouve que c' est un grand pas dans la voilà la on aimerait bien la condition de la femme féminine absolument bon oui toutes les propositions sont ouvertes écoute euh merci alors garde l' eau ouverte jeune fille cherche garçon passant l' aspirateur ou pas dernier dernière question puis vraiment là j' exagère il faut que tu puisses aller dormir dernière question sur la mondialisation côté côté cette fois euh nourriture restos euh habits couleurs vous au vous a~ vous avez bougé des choses vous mangez autrement tu manges autrement alors moi je m' habille autrement oh oui sushi mais enfin ça du sushi oh tu aimes bien ah non mais moi moi non hein mais je trouve c' est plus non mais j' aime bien les sushis mais moi c' est plus euh les fringues quoi clairement je vais tout le temps chez H et M euh des trucs comme ça qui existaient pas avant parce que ça vient H ET M c' est un peu allemand je crois c' est allemand H et M ouais c' est ça oui je crois oui c' est suédois ou je sais plus et donc ça c' est H et M ou Zara qui est espagnol enfin tu vois alors que c' est bien c' est c' est du mondialisé effectivement dans ce sens là et toi qu' est-ce tu voulais dire oui ethnique alors que là c' est les grandes chaînes internationales mais du coup alors autant non non je me demandais si oui les boubous les je sais pas quoi les foulards palestiniens les rien ah pas du tout ah pas du tout pas du tout ah moi ça va du tout mais les vestes asiatiques j' ai un pyjama en soie et tu vois j' ai il doit me rester une veste afghane à la cave je ne dis pas dans quel état mais ça te te mais pour Non mais euh c' est ça Mais non euh pour la Non mais oui ça va très bien d' accord pour la Non mais j' aimerais mais en revanche vive les grandes chaînes internationales qui rendent les habits pas chers oh vive je m' en cache tu vois enfin là je le dis mais c' est un peu comme c' est un peu comme euh toutes les semaines tu vas chez Leader Price tu achètes les trucs les moins chers puis du jour où tu reçois des gens bon ben là quand même tu vas chez Monop bon ben tu vois ça en vrai j' achète tout chez H et M mais par exemple le manteau il faut qu' il soit autre chose parce qu' on voit l' étiquette tu vois tu vas pas chez Fauchon tu vois très bien il y a la aussi il fallait juste une petite crise puis de temps en temps elle va elle va notre Entrepôt aussi avec nous avec moi ah oui voilà on va s' on va voir retrouver à l' Entrepôt on a on a aussi un truc mais je t' en avais parlé non Tiénette la Belette là qui ce truc des créateurs faut qu' on t' emmène un jour oui mais t' inquiète pas bon ben tu travailles oui oui oui j' ai pas eu le temps et alors la nourriture oui non mais c' est vrai que j' aime bien les sushis mais enfin quotidiennement la nourriture tu ai-~ tu aimes bien on a souvent été quand tu étais gosse ça très tôt on l' a emmenée à au resto indien on en avait déjà pas mal dans le quartier on mange très souvent des trucs pas français mais ce que je veux dire c' est que quotidiennement quand je vais au supermarché je m' achète du yaourt et de la soupe enfin je veux dire tu as été presque élevée au poulet tikka de chez Picard non mais je plaisante mais toi tu ne t' es pas mise à tu fais les courses d' après ce que j' ai entendu elle elle fait très bien donc tu as la cuisine Blan introduit de l' avocat de la mangue de je sais pas quoi de oui mais la paella c' est vrai que dans ce que je cuisine globalement euh il y a quelques petits plats chinois parce que comme j' habitais dans le treizième j' allais chez Tang mais non non dans ce que je cuisine je fais de la cuisine traditionnelle française hein soyons clair tu n' as pas un wok dans lequel si du soja tu agites j' ai un wok mais je mets pas de soja ah ah mais elle a un wok quand même non j' ai un wok parce que c' est très très pratique pour faire les grosses j' ai un rice cooker mais ça pff oh à moi je peux pas et ta machine à cuire le riz là et des trucs comme ça d' accord mais tu ne fais tu ne fais pas la tarte aux pommes et la blanquette de veau si c' est ça que je fais je fais de la tarte plein de trucs oh ben pas de la blanquette mais je fais tarte aux pommes c' est pareil c' est si j' ai compris la question je fais du lapin aux pruneaux je fais de la tarte aux pommes je fais des tartes aux pommes gâteaux chocolat ah oui ça je savais pas et ben c' est du lapin aux pruneaux oh oui je savais elle elle fait des très bons gâteaux d' ailleurs il nous reste un tout petit morceau et ça tu vas goûter c' est c' est et ça c' est pareil c' est bien fran-~ enfin x réponse c' est c' est notre quand est-ce que tu nous l' as donné c' est non mais disons resto oui mais par contre c' est vrai qu' au resto mais je vais rarement au resto mais quand je vais au resto c' est vrai que je suis plus du coup à aller chez un truc un peu euh de toutes façons c' est moins cher et de toutes façons c' est moins cher un bon resto français c' est hors de prix et tu peux manger des couscous à non non mais tu voilà très clairement mais sur les habitudes de vie les courses et la cuisine que tu fais de façon euh tu vois quotidienne couscous c' est quotidienne ah non je pense que papa et maman comme moi bon eux ils mangent du houmous quoi tu vois c' est ça leur euh oui mais c' est pas c' est pas oui nous on mange des produits là tu sais ah on est quand même o k euh et ben voilà euh qu' est-ce que tu aurais envie de dire sur euh sur ce quartier le onzième toi dans le quartier la crise économique tu la vois de toutes façons en médecine moi j' ai fait exprès d' avoir d' avoir un travail où tu ça ne me toucherais jamais ça m' arrange très bien voilà ça te touche pas au contraire la gériatrie c' est parfait à mille quatre cents euros par mois on est pas touché euh et la stabilité d' emploi non euh et tu vois bouger le quartier de ce côté là oui tu as dit se modifier un peu la population ça quand même moi je l' ai vu mais sur trente ans hein sur pas pas pas depuis deux ans mais la pauvreté des gens vous la sentez dans ce quartier ah ben on a énormément ça on t' en a même pas encore parlé euh on a énormément je crois euh plus que dans d' autres quartiers non de S D F ou je me trompe Blanche oh plus que dans d' autres je sais pas il me semble qu' il y en a oui plus que dans d' autres je dirai pas mais effectivement il y en a quand même il y en a bon c' est c' est très oui oui oui il y a des soupes populaires vous avez parlé du Père Lachaise oui il y en une là-haut il y en a boulevard de la Roquette hein peut-être plutôt pas mal de ce côté là à cause enfin qui arrive jusqu' à chez nous enfin le haut à cause de ça Père Lachaise ils sont vraiment maintenant beaucoup là on en a un nouveau rue Saint-Maur là tu l' as vu celui-là allongé par terre rue Saint-Maur tu y vas pas beaucoup par on en a vraiment des nouveaux presque euh non pff des nouveaux les anciens puis enfin c' est très dur à vivre moi je je oui ça c' est l' ancien il moi je je suis j' en suis à traverser Blanche se moque de moi il y en a un depuis que j' ai cinq ans il est dans le quartier il y en a un on le connaît tu sais oui non je c' est pas c' est pas que je me suis moquée de toi enfin du non non mais je dis ça j' en suis à traverser pour les éviter tu vois tellement bon ça ça f~ on peut pas donc je voilà je je me suis pas moquée d' elle je me suis extrêmement étonnée parce que j' avoue que personnellement je j' arrive à faire abstraction c' est-à-dire pas abstraction dans le sens où ils me font de la peine quand je les vois ils me demandent l' argent s' ils me demandent l' argent je leur réponds gentiment que non je voilà ou que j' en sais rien enfin tu vois ça m' est arrivé de leur donner des trucs à manger euh j' ai pas tu donnes des trucs à manger mais pas d' argent ouais par principe ou parce que tu as pas d' argent euh non ben parce que je j' ai trop peur qu' ils aillent acheter des cigarettes et de l' alcool avec et ça m' intéresse pas de leur donner des cigarettes et de l' alcool parce que je pense pas que c' est pour eux un réconfort la la la nourriture non plus mais la nourriture c' est un réel besoin bon et avoir quelqu' un qui fait un geste vers eux je trouve ça ça peut être un réconfort mais moi quand je quand je vais au supermarché ça me bon je le fais plus pour celui qui est en bas de chez nous parce qu' il m' a tenu des propos obscènes et puis je suis vexée mais mais avant ça m' arrivait d' aller au supermarché de faire exprès un truc par exemple tu sais des trucs vendus par lots de quatre ou cinq là où tu te dis qu' est-ce que je vais faire de ça et en même temps c' est beaucoup moins cher ben du coup j' achetais par quatre ou cinq je leur filais la moitié mais euh je sais beaucoup moins gérer que je sais beaucoup moins gérer que maman c' est pas facile alors euh c' est c' est un quartier très très je sais pas ailleurs mais très tolérant et beaucoup de gens les aident leur parlent c' est impressionnant on se rend compte aussi à quel point beaucoup de gens s' en occupent euh associations et autres celui qui est devant chez nous là en bas euh on a vu énormément de de de camionnettes s' arrêter essayer de l' emmener bon il refuse bien sûr mais c' est impressionnant on peut pas vraiment dire que ils sont euh je dirais complètement abandonnés ah non pas du tout simplement hein non non mais ça pour moi ça rend les choses presque d' autant plus difficiles à vivre de de bon de de voir qu' on peut rien faire oui on peut rien faire voilà et donc euh ça c' est ça c' est quand les gens sont tombés dans la rue c' est pas facile mais ça il y a un certain âge comme celui qui est en bas de chez nous tu sais que c' est c' est pas la peine ça lui le pauvre euh il est un peu il a cinquantaine d' années après ils ont l' air plus que ce qu' ils sont mais et ils vieillissent très vite mais ça c' est une chose qui rend pas nos trottoirs non plus très faciles je trouve enfin pour moi c' est c' est quelquefois un un vrai un vrai poids donc toi tu changes de trottoir toi tu passes sans voir et toi euh je je passe et je ne vois pas non papa passe sans voir je pense moi je passe pas sans voir mais ça me ça me crée pas euh un un problème comme ça peut créer à maman oui c' est ce qu' on se disait l' autre jour ah oui moi ça me moi je pense que quand tu dis que finalement en fait ça me crée un problème je sais pas comment être face à ça enfin c' est c' est c' est quelque chose pour moi de de l' ordre de l' insoluble mm mais bon Paris n' est pas devenu de ce point de vue là une ville très gaie enfin moi j' aimais mieux mon Paris avec ses quelques clochards sympathiques du du Pont d' Austerlitz et puis que j' ai toujours connus puisque enfant quand quand on les voyait quand on prenait le train tu sais on j' arrivais de ma banlieue en train et j' ai toujours connu les clochards mais c' était très très différent très très localisé euh euh et puis bon ils n' avaient pas l' air malheureux enfin je pas de la même manière voilà tandis que ça c' est très dur je trouve l' apparition de ça dans Paris et quand par hasard on va dans une ville où il y a pas ça ça existe encore euh pouh quand on revient à Paris ça ça reprend à la gorge je trouve voilà mais c' est pas c' est dans notre environnement co tu les vois arriver à l' hôpital oh ouais ça ça joue enfin pas en gériatrie mais euh quand j' étais aux urgences quand j' étais aux urgences beaucoup euh c' est c' est vrai que ça démystifie le truc clairement quand tu te rends compte que de toutes façons quoi que tu fasses pour eux ils reviennent mais qu' en même temps on est aussi dans un pays où ils ont un problème i~ effectivement c' est ce que tu disais il y a vraiment quelqu' un qui s' occupe d' eux je pense que ça te calme je sais pas comment te dire tu te dis bon ben enfin voilà quoi à Saint-Antoine à Saint- oui je comprends ce que c' est comme une autre façon de vivre quoi mais après on a forcément des enfin même moi je vois des gens malades tout le temps enfin je veux dire il y a un moment donné où pour moi la misère forcément j' arrive plus à faire abstraction enfin je ça oui c' est ça il y aurait comme une autre façon mais vous voyez c' est je pensais aussi à autre chose c' est-à dire est-ce que oui euh les gens par exemple les gens que j' interroge commencent à me dire qu' ils ne peuvent plus partir en vacances il y en a de plus en plus qui me disent ça oui à cause de l' argent tu veux dire non on fixe ça trois quatre ans depuis trois quatre ans ça c' est beaucoup dégradé on peut oui non mais nous on a pas connu ça on peut pas dire nous on est pas oui oui mais je t' explique nous on peut pas mais on comprend mais on le sent pas nous je parle pas de vous hein non mais les gens autour de nous d' abord parce que nous-mêmes on a pas eu de de on a eu je dirais des baisses de pouvoir d' achat tous les deux liées à notre changement bon genre effectivement en arrêtant de travailler quand même il y a une baisse de bon mais elle était prévue et on pouvait faire avec donc nous on a pas de de de je dirais qu' on est pas touchés par la honnêtement hein par la crise économique on a pas non plus d' an-~ on est je pensais à ça l' autre jour on est on craint plus rien dans notre vie tu vois on a pas d' angoisse euh avec tout l' argent que je vous donne c' est normal oui c' est vrai non mais bon c' est vrai que le fait que qu' on sache que bon tu es tirée d' affaire c' est vrai que nous on a pas d' angoisse sur l' avenir faut bien le dire euh on aura une notre retraite mais est-ce que les gens autour de nous sont touchés oui on a quand même l' exemple de et tous les mois et d' ailleurs oui Geoffroy quand même un un un ami euh oui oui oui oui mais enfin c' est pas c' est pas ça se joue pas sur il va recréer une entreprise autrement parce qu' il peut vivre dans la crise actuelle oui oui ouais dont l' entreprise vient de péricliter ah ben c' est il joue pas de la même façon c' est pas euh au départ c' est quelqu' un qui habitait dans notre immeuble qui avait donc quand même un bon rythme de vie et cetera et qui a déménagé près d' Orléans c' est ça à Compiègne n' importe quoi à Compiègne chez sa belle famille en fait il est hein il a pas pour l' instant d' appartement à lui mais enfin c' est pas donc a renoncé à son appartement à Paris mais bon il y avait aussi une question de rapprochement par rapport à son domicile enfin c' est quand même puis il a un enfant bas âge oui mais c' est parce que son entreprise a a fait faillite il nous l' a dit quand même mais c' était un petit entrepreneur bon oui bon non peut pas dire qu' autour de nous oui bien sûr mais d' un autre côté oui c' est ça c' est pas non on peut pas dire et même si on prend même pour des choses comme nous nous si on a quelques quelques petites baisses de revenu ben c' est évident que que que le sachant pour nous faire un voyage de moins fait partie des choses qu' il faut des obligations de la vie voilà c' est pas c' est pas un truc comme ça et j' ai pas l' impression quand même que beaucoup de de gens dans ce quartier-ci dans cet immeuble-ci oui c' est de l' ordre du voyage en moins euh est est sous bon aient été amenés à vraiment à voir subir des choses de cet de ce type là non non on sent pas dans et euh par ex~ par exemple les commerçants sont toujours plein de monde tu vois vraiment quand je vois les gens à la boulangerie ils se plaignent pas ils sont pas en train de dire les gens n' achètent plus rien euh non oh ben les ils disent un peu ça si mais oh ils disent mais euh ouais mais ils l' ont toujours dit voilà ils ont un peu toujours dit euh oui voilà ça c' est c' est c' est non non on a l' impression moi je vois plu-~ non non mais vous voyez pas fermer les boutiques les unes après les autres dans les quartiers regardez sauf l' histoire des Chinois mais encore une fois c' est dans un périmètre heureusement encore limité mais non ça marche assez bien on pas l' impression oui par contre c' est vrai quand un LIDL ouvre ces trucs très bon marché on voit des gens on en a un les clients de Monoprix qui passent à Leader Price ça je peux pas dire mais ce qui est impressionnant euh il y en a un peu au-dessus de chez nous et il y a un arrêt de bus tu sais qui s' arrête là et quand on quand on revient de la piscine par ce bus on s' en rend compte des gens viennent avec leur caddie en bus de de donc du vingtième là hein dans le cas présent puisque notre piscine est dans le vingtième et viennent s' arrêter on les à cet arrêt de bus pour aller à LIDL mais là mais là on se rend compte si tu veux de il y en a pas encore partout quoi la forte demande qu' il y avait pour donc les gens sont quand même en train de délaisser c' est un peu ce que tu racontais ouais à côté de ça mais Monoprix continue non mais quand tu es super bobo c' est ce que je disais tout à l' heure avec euh quand tu es super bobo tu fais tes courses de base chez Lidl mais quand même il y a les produits H et M qui sont des euh Monoprix qui sont des must have et tu peux pas ne pas aller chez Monoprix et et on n' a pas l' impression que Monoprix est désert voilà et il s' est ouvert un petit Monoprix de luxe pour célibataires là tu sais rue de la Roquette qui est hein qui marche bien enfin tu vois avec ses petites salades et qui sont vraiment très chères du tout au contraire là alors là vraiment euh et puis fermé euh ouvert jusqu' à minuit enfin très très chères j' ai regardé les prix euh ton idéal de vie le premier pain était pratiquement à deux euros tu vois alors c' est pas faux hein c' est pas faux le premier pain à manger enfin le pain tout bête à deux euros bon c' est quand même bon voilà c' est non on peut pas dire ben écoutez on a fait un petit tour du vingtième et de votre façon d' y habiter donc merci vous étiez parfaits vous auriez pu faire ça sans moi et sans mes questions ç' aurait été aussi bien ah elle exagère non non parce qu' on aurait parlé de tout à fait autre chose alors alors c' est pour ça que c' était bien d' avoir des questions alors