fnatla02

Corpus:
CORALROM (O)
Filename:
fnatla02
Contact:
Cresti, Moneglia
Abstract:
plaidoirie de clôture. Corpus lié à fnatla01 et fnatla03.
Recording date:
00/11/1994
Recording duration:
00:22:35
Signal type:
audio
Sound quality:
environnement peu bruité
Anonymization status (recording):
script Daniel Hirst
Annotation tiers:
Annotation automatique
Identifier:
JUG, LES, LIA
Age:
21-60, 21-60, 21-60
Gender:
M, M, M
Profession:
juge, avocat, avocat
Level of education:
études supérieures, études supérieures, études supérieures
Birthplace:
inconnu, inconnu, inconnu
Annotation status:
automatique
Type:
discours
Sector:
professionnel
Modality:
oral
Number of speakers:
2+
Channel:
en_public
Sample address:
/annis-sample/coralrom/fnatla02.html
Text:
la la Cour vous remercie avant de donner la parole à maître NNAAMMEE pour la défense je me permettrai de vous faire remarquer qu' il est interdit de fumer en raison du grand nombre ce soir par mesure de sécurité il vaudrait mieux ne pas fumer merci la parole est à maître NNAAMMEE pour la défense monsieur le président messieurs de la Cour mesdames messieurs j' ai la douloureuse mission aujourd' hui de me présenter à votre barre pour y défendre un homme innocent bien qu' accablé et persécuté victime de la confusion d' esprit des hommes mal attentionnés qui l' entourent dans cette pénible affaire cet homme se nomme NNAAMMEE NNAAMMEE et il doit répondre aujourd' hui d' un crime mais vous en déplaise monsieur l' avocat général qu' il n' a pas commis qu' il n' a pas pu commettre et qu' il n' aurait jamais commis c' est pourquoi en premier lieu il apparaît tout à fait opportun d' établir les grands moments de l' existence de NNAAMMEE NNAAMMEE en tout état de cause sa vie commence mal dès son plus jeune âge à quatre ans sa mère décède décès qui intervient à un moment où un jeune enfant a besoin d' une présence maternelle et féminine d' une présence affective pleine d' attention de par ce jour funeste NNAAMMEE NNAAMMEE constitue un fardeau une gêne voire une charge inutile pour son père qui gère une entreprise de gardiennage le travail commence tôt le matin et se termine tard le soir si ce n' est dans la nuit alors il y a la solution de facilité l' orphelinat de Saint-Joseph ainsi détaché de sa mère d' abord et de son père ensuite il restera dans cet établissement jusqu' à l' âge de onze ans alors que ses deux frères et sa soeur ont miraculeusement échappé à l' abandon depuis ces sept années de solitude et d' inhibition affective la loi du destin a fixé définitivement une empreinte indélébile de malchance et d' équivoque sur l' existence inopportune de mon client sorti de l' orphelinat il revient à la maison où vivent son père ses deux frères et sa soeur il ne fait pas l' effet d' un enfant prodigue sa venue est même quasiment inopportune en quelque sorte il vient bouleverser une intimité qu' il n' a pas connue aussi il est seul à avoir une vie normale il est inscrit à l' école communale de la rue NNAAMMEE NNAAMMEE mais malgré toute la volonté du monde c' est un enfant marqué profondément troublé à ce stade il doit encore affronter les railleries de ses camarades il fait figure d' animal sauvage ses résultats sont plus que médiocres à quatorze ans il quittera son école sans son certificat d' études il reste alors avec son père et l' aide dans son entreprise de gardiennage il veut se rendre utile et ne pas paraître désoeuvré il fait le voeu de devenir quelqu' un malgré tous les affrontements et toutes les humiliations qu' il peut subir malheureusement la guerre éclate ce fléau l' ébranlera un peu plus encore en dix-neuf cent quarante-trois il est déporté au titre du S T O la main inéluctable du destin s' acharne encore sur lui rapatrié le vingt mai dix-neuf cent quarante-cinq NNAAMMEE NNAAMMEE séjourne à Paris jusqu' en dix-neuf cent quarante-sept tout d' abord au centre d' accueil des rapatriés à l' hôpital NNAAMMEE en qualité d' infirmier dans un service de chirurgie c' est le nouvel essai de réadaptation dans le cadre d' une vie plus humaine pour lui la réadaptation c' est le travail par la suite il quitte l' hôpital NNAAMMEE du fait d' une compression du personnel il est alors engagé dans une entreprise de nettoyage en qualité de magasinier mais la précarité de cet emploi le force à revenir à NNAAMMEE oui le force à revenir car pour lui cette ville est la source de cette turpitude il ne comptait même ne plus y retourner de retour à NNAAMMEE en dix-neuf cent quarante-sept NNAAMMEE NNAAMMEE reprend le travail dans l' entreprise de gardiennage et peu à peu son frère et lui se substituent à leur père malade de sorte qu' à la mort de celui-ci ils assurent ensemble la gestion du patrimoine commercial pendant dix ans il fera preuve d' un courage de sans égal dans son travail NNAAMMEE NNAAMMEE n' oublie pas qu' il a fait un voeu de vé-~ de réussite il veut effacer de sa mémoire les jours sombres de sa vie seulement l' affrontement avec elle est rude la jalousie la provocation des hommes est courante c' est ainsi que de nombreux différends l' opposeront à des individus sans scrupules les interventions de la police commencent à se faire de moins en moins rares car NNAAMMEE NNAAMMEE défend son bien défend son travail monsieur le président bref sa seule raison d' être à pareille époque il fait la n-~ la connaissance d' une jeune femme NNAAMMEE NNAAMMEE qui met un peu de lumière dans sa vie laborieuse ils s' aiment d' un amour qu' NNAAMMEE NNAAMMEE n' osait espérer ils veulent se marier déjà de grands projets apparaissent pour ce couple seulement ici encore un point noir vient obscurcir un avenir promettant le futur beau-père de mon client s' oppose à cette union il refuse même à sa fille de revoir NNAAMMEE NNAAMMEE alors comme des enfants elles se retrouvent en cachette un garçon naîtra de leur union illégitime mais peu à peu mon client sent son amour fuir il ne peut supporter qu' une nouvelle fois des obstacles empêchent le libre cours de son ique de son existence il ne peut supporter un amour ébréché il recherche avidement l' amitié de tous ceux qui peuvent la lui offrir ainsi un jour se rendant au domicile d' un de ses amis il rencontre une jeune fille NNAAMMEE NNAAMMEE belle-soeur de la victime pris à son propre jeu il en tombe amoureux il décide même de l' épouser comment pourrait-on blâmer une telle attitude je rappelle d' ailleurs à monsieur l' avocat général que lorsque mon client a connu NNAAMMEE NNAAMMEE il n' était point marié il se rend au domicile des parents de NNAAMMEE Cymbal-~ de NNAAMMEE NNAAMMEE rue Saint-Lazare et demande la main de NNAAMMEE à sa mère il entreprend la démarche que tout homme bien élevé aurait fait seulement malgré son célibat on apprend que mon client est père d' un enfant triste part il est prié alors de cesser toute relation avec NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE s' exécute et ne la revoit plus pour lui autant que le destin fasse son oeuvre ainsi il consent à se marier avec NNAAMMEE NNAAMMEE nonobstant la résistance farouche de son beau-père le couple vit ensemble un certain temps chez monsieur NNAAMMEE pour des raisons qui nous laissent croire à juste titre que ce dernier avait besoin de sa fille seulement des différends d' ordre familial opposent très vite mon client à son beau-père il y a incompatibilité d' humeur on en arrive à se demander si ce n' est pas son beau-père que NNAAMMEE a épousé de ce fait mon client quitte son domicile que je n' ose qualifier de conjugal pour s' installer seul au quarante-quatre de la rue NNAAMMEE certes sa femme vient le voir de temps à autre cependant une nouvelle scission s' opère en lui il tombe à nouveau dans le marasme pendant plus d' une année avant que sa femme ne revienne définitivement il restera seul de la solitude qu' il a connu jadis avec des collègues de travail il fréquente plus qu' à l' habitude les débits de boissons il trouve dans l' alcool un certain réconfort mais jamais il ne rentrera chez lui en état d' ébriété certes lorsque NNAAMMEE fut éconduit il écrivit quelques lettres à NNAAMMEE il s' expliquait il est vrai en termes assez crus termes qui malheureusement sont souvent employés par les hommes n' ayant pas eu la chance d' avoir une éducation normale mais qui ne sont nullement condamnables d' ailleurs par la suite il lui arrivait fréquemment de rencontrer NNAAMMEE NNAAMMEE cependant il ne la jamais plus poursuivie de ses assiduités pas plus qu' il ne lui a adressé la parole pas plus qu' il a proféré des menaces de mort à son encontre ou à celui des membres de sa famille pas plus qu' il a essayé d' attenter à la vie de NNAAMMEE NNAAMMEE car toutes ces allégations fallacieuses et infamante ne sont que le résultat de ouï-dire ou de témoignages quelque peu fantaisistes et irréfléchis notamment celui de la petite NNAAMMEE NNAAMMEE douze ans à l' époque qui prétend qu' un monsieur armé d' un couteau courait derrière NNAAMMEE NNAAMMEE seulement la petite NNAAMMEE ne peut situer le moment de la journée auquel se rapporte ces actes est-ce la matin l' après-midi est-ce le soir mais elle a souvenance de la couleur blanche ou beige du couteau allons à quelle distance se tenait-elle n' est-ce pas plutôt le gros méchant loup que notre jeune témoin a vu par aille par ailleurs un jeune homme se serait interposé entre NNAAMMEE et NNAAMMEE ce témoin fantôme serait miraculeusement décédé aujourd' hui quant à la déposition concordante de NNAAMMEE NNAAMMEE tout nous porte à croire que cette dernière avait intérêt à charger mon client car entre autres ces fameuses lettres avaient blessé son amour-propre et pai~ et par ailleurs ses parents l' avaient montée contre lui que dis-je l' avaient sensibilisée à ne plus revoir un tel homme coupable d' être père d' un enfant quant à la suite du témoignage de la jeune NNAAMMEE NNAAMMEE je laisse à la cour le soin d' apprécier sa véracité revenons-en aux faits c' est le samedi quinze octobre NNAAMMEE NNAAMMEE se rend au hasard d' une promenade dans un débit de boissons à l' enseigne du bar NNAAMMEE il apprend par les personnes présentes dans l' établissement que NNAAMMEE NNAAMMEE doit se marier ce jour comme pour confirmer ces dires peu de temps après un cortège se forme dans la rue selon NNAAMMEE NNAAMMEE notre homme semble surexcité il parle seul et proférerait des menaces de mort à l' encontre de NNAAMMEE ou d' un membre de sa famille comment se fait-il et je le répète que NNAAMMEE NNAAMMEE étant proche de mon client et de surcroît accompagnée soit la seule à entendre de tels propos d' ailleurs si mon client avait proféré véritablement de telles paroles ne croyez-vous pas monsieur le président que la surexcitation dont il est fait état ici étant telle aurait pu avoir des conséquences très fâcheuses voire immédiates sur la personne de NNAAMMEE NNAAMMEE lorsque ce dernier s' est permis au nom d' on ne sait quel droit d' aborder NNAAMMEE NNAAMMEE en le priant de quitter les lieux car il n' avait rien à y faire eh bien non monsieur le président non mesdames messieurs les jurés il s' est une nouvelle fois exécuté en quittant les lieux mon client a même affirmé au moment de l' instruction que sa demande ne l' avait nullement offensé monsieur le président tout ceci n' est pas clair cela tient de la fabulation et ce n' est que le résultat d' une effroyable machination pour voir disparaître un homme qui n' a jamais été aimé NNAAMMEE NNAAMMEE ne peut être coupable car même le rapport des experts-psychiatres n' est pas concluant son caractère serait dominé par l' égocentrisme une certaine exaltation passionnelle quoi de plus naturel pour un homme qui n' a jamais connu une véritable et sincère affection à rechercher continuellement une amitié ou un bonheur qu' il n' a jamais connu il serait même inaffectif selon ce rapport cependant il est certain que la période à laquelle ont été effectués ces tests médicaux est une période de grande émotion voire de crise où tout le poids de l' injustice connu jusqu' ici par mon client s' écroule sans crier garde le rapport en guise de conclusion précise que la personnalité de NNAAMMEE est caractérisée par une intelligence normale et sachant se dominer ici monsieur le président permettez-moi de ne rien ajouter si ce n' est que dans le savoir se dominer NNAAMMEE NNAAMMEE est passé maître en l' art car véritablement je difé je défie quiconque ici de faire preuve de plus de patience et de maîtrise de soi que mon client par ailleurs la bonté même d' NNAAMMEE NNAAMMEE est corroborée par trois témoignages ceux des messieurs NNAAMMEE NNAAMMEE et NNAAMMEE non-convoqués aujourd' hui qui affirment que mon client n' est ni querelleur ni violent monsieur Battedou allant jusqu' à dire qu' il est incapable de faire mal à une mouche en tout état de cause ces trois personnes très honorables qui n' ont rien à voir dans cette pénible affaire ni de près ni de loin donc qui n' y ont aucun intérêt sont d' accord pour dire que NNAAMMEE NNAAMMEE ne peut pas avoir commis les faits qui lui sont reprochés monsieur NNAAMMEE beau-père de mon client foncièrement opposé à lui doute même de sa culpabilité il ne le croit pas capable d' avoir lâchement assassiné une personne de sang froid et de surcroît avec une arme blanche pourtant aujourd' hui NNAAMMEE NNAAMMEE comparaît devant vous pour un crime qu' il n' a pas commis sur un homme qu' il n' a pas connu malheureusement une véritable meute s' est déchaînée contre lui le désignant sans aucun élément de preuve comme étant l' assassin pour quelle raison la réponse en est simple mon client était le plus apte à endosser la charge d' un crime parce que le plus vulnérable mais son existence entière démontre son innocence oui monsieur le président oui mesdames messieurs les jurés le dix-huit octobre NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE quitte son travail à dix-huit heures se se promène dans le quartier NNAAMMEE NNAAMMEE consomme successivement dans deux débits de boissons et sur le chemin du retour un passant le bouscule et s' oblige à lui payer un verre d' excuse sur ce mon client re-~ s' en retourne chez lui sans se douter du drame qui venait de se réaliser derrière lui monsieur le président mesdames messieurs les jurés je viens de vous faire entendre de vous faire entendre je vous prie de m' excuser la protestation de nos consciences cet odieux complot astucieusement tramé ne doit pas trouver ce soir son dénouement fatal la justice doit triompher pour NNAAMMEE NNAAMMEE il a bien mérité ne laissez pas l' enfant de mon client tomber lui aussi dans le gouffre de la solitude et de l' abandon il n' en tient qu' à vous monsieur le président messieurs de la cour mesdames messieurs les jurés de rendre à cet enfant son papa seulement votre intime conviction je le suis persuadé ne se réalisera véritablement que lorsque vous serez pleinement convaincus de l' innocence de mon client pour ce faire mon éminent confrère vous démontrera qu' en l' absence totale de preuves sur la matérialité des faits imputés à mon client l' acquittement s' imposera de lui même je vous remercie maître NNAAMMEE vous avez la parole pour conclure monsieur le président messieurs de la cour mesdames messieurs les jurés vous venez d' entendre et j' espère de comprendre comment de nos jours il est encore possible d' accuser un homme à tort du tragique destin survenu à notre homme mon confrère vient de vous démontrer comment l' acheminement d' une enquête fondée au départ sur des mobiles apparents est parvenu en se cristallisant autour de ces derniers à déterminer la culpabilité d' un innocent l' accusation vous l' avez entendu a osé faire porter sur cet homme la culpabilité d' un crime odieux et cela en dépit de l' absence non seulement de preuves non seulement d' aveux pardon mais encore de preuves matérielles permettant de lui imputer ce crime l' arme du crime jusqu' à ce jour n' a pas été retrouvée aucun témoin oculaire n' a assisté au déroulement du drame et n' a pu par conséquent renseigner sur la description de l' assassin et sur sa direction prise dans la fuite les policiers le parquet ont voulu compenser ce manque d' éléments en exploitant toutes les rancunes que la famille de la victime avait mon contre mon client pour parvenir à faire en sorte que seul lui était capable d' avoir commis ce crime odieux or ce qui vous intéresse dans cette affaire mesdames messieurs c' est moins ce qu' a pu ce qu' on a pu vous raconter sur le passé de NNAAMMEE mais davantage ce qu' il a réellement pu faire le soir du drame qu' a donc fait NNAAMMEE en cette soirée du dix-huit octobre NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE eh bien après son travail soit à dix-huit heures NNAAMMEE comme à son habitude satisfait un de ses gros défauts la boisson il fait donc la tournée de plusieurs bars NNAAMMEE et consomme à chacun d' eux sur le chemin du retour alors qu' il s' apprête à rentrer chez lui quarante-quatre rue NNAAMMEE il succombe à la tentation de boire un dernier verre en montant la rue de la république il se laisse alors aller à prendre sur sa gauche la rue NNAAMMEE NNAAMMEE qui le conduira au bar du NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE avant d' y pénétrer il sera bousculé devant la porte par un dénommé NNAAMMEE sortant du même établissement celui-ci pour s' en excuser l' invite à consommer à l' intérieur n' y voyant aucun inconvénient NNAAMMEE accepte mais il est déjà tard il songe alors à r-~ à rentrer chez lui et aussi à retourner sur son lieu de travail pour s' assurer de l' heure exacte d' arrivée de deux navires attendus dans la soirée il quitte donc le NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE NNAAMMEE aux environs de vingt heures trente après avoir salué le groupe avec qui il consommait chemin faisant il estime qu' après tout les deux gardiens qu' il a placés à quai dans l' attente des navires sont suffisamment sérieux pour prendre toutes les mesures nécessaires lors de l' arrivée des deux batiments il rentre donc directement chez lui et y arrive dans les cinq minutes qui suivent son appartement est situé au quatrième étage d' un hôtel dit hôtel NNAAMMEE sa rentrée dans la cage d' escalier n' est point remarquée par le propriétaire de l' hôtel monsieur NNAAMMEE il rentre donc dans son appartement embrasse son jeune fils NNAAMMEE ainsi que sa femme épouse modèle attendant son mari pour dîner assoupie toute habillée sous le lit conjugal NNAAMMEE se déshabille se met à son aise en enfilant un survêtement tout en demandant machinalement l' heure à sa femme laquelle tout aussi machinalement lui répond qu' il est approximativement entre vingt heures trente et vingt heures quarante