unine09a06m

Corpus:
OFROM (O)
Filename:
unine09a06m
Contact:
Mathieu Avanzi, Marie-José Béguelin, Frederica Diémoz
Abstract:
raison du déménagement et vie à Fribourg
Recording date:
20/07/2009
Recording duration:
00:13:36
Signal type:
audio
Sound quality:
environnement peu bruité
Anonymization status (recording):
script Daniel Hirst
Annotation tiers:
Annotation automatique
Identifier:
unine09-lka, unine09-lkb
Age:
21-60, inconnu
Gender:
F, F
Profession:
journaliste radio, inconnu
Level of education:
études supérieures, inconnu
Birthplace:
Suisse, Lausanne, inconnu
Annotation status:
automatique
Type:
entretien
Sector:
privé
Milieu:
amical
Modality:
oral
Number of speakers:
2
Channel:
face_à_face
Sample address:
/annis-sample/ofrom/unine09a06m.html
Text:
alors est-ce que tu peux nous parler un petit peu de ta vie à tu as passé tu as déménagé de pour quelles raisons et comment est-ce que tu vis maintenant là-bas très bien alors c' était donc en deux mille trois j' arrivais à la fin de mes études euh à et je cherchais un travail donc j' ai postulé à à plusieurs endroits je voulais devenir journaliste donc euh ben j' ai essayé dans des journaux j' ai essayé à la et puis j' ai également essayé à et donc euh on m' a appelée un jour pour un entretien d' ailleurs je m' en rappelle très bien parce que c' était j' étais en Belgique j' étais dans euh comment ça s' appelle euh j' ai un blanc mh à euh ah c' est la bataille la plus célèbre euh Waterloo voilà j' étais sur la plaine de Waterloo sommet du de la butte hein parce qu' il y a une butte à Waterloo donc mon natel sonne je réponds et c' était le rédacteur en chef de donc j' étais un petit peu mal à l' aise parce qu' il y avait du vent j' entendais j' entendais rien mais j' ai quand même compris qu' il voulait me voir pour un entretien donc j' ai essayé de me débarrasser de lui assez rapidement parce qu' en plus de ça j' avais plus de batterie à mon natel donc ça la faisait pas tellement mais voilà donc il m' a donné rendez-vous pour un entretien la la semaine d' après parce que là j' étais en Belgique euh je pouvais pas aller à faire un entretien et donc euh revenue en Suisse euh je suis allée à cet entretien qui s' est euh d' ailleurs pas très bien passé à mon sens parce que pendant pendant une heure à peu près il m' a dit que j' étais pas euh que je connaissais rien sur euh d' ailleurs je connaissais pas le nom des conseillers d' État ni du syndic de donc moi j' étais persuadée que c' était c' était râpé mais bon euh je me suis dit ça me fait une bonne expérience un entretien c' est toujours euh c' est toujours bon à prendre euh comme ça ça me fait une expérience pour les autres entretiens et puis je saurais comment faire la prochaine fois je me renseignerais un petit peu plus avant d' aller à un entretien et donc euh à peu près euh une semaine plus tard ou je sais plus quelques jours plus tard j' étais en train de boire du champagne avec ma copine euh je m' en souviens très bien pour fêter la fin de mes études parce que je venais de finir mes études et il y a de nouveau euh ce fameux rédacteur en chef qui m' appelle donc j' ai ah cette fois j' étais plus à Waterloo mais j' avais les idées un peu dans le vague à cause du champagne et puis il me dit que il veut me voir pour un deuxième entretien puis là j' étais un petit peu étonnée enfin je me suis dit bon pourtant euh je l' avais pas senti très bien la première fois donc euh mais pourquoi pas hein je veux dire euh on va pas on va pas cracher dans la soupe donc euh on a pris un nouveau rendez-vous pour un deuxième entretien et cette fois j' étais j' ai quand même bien noté hein malgré le champagne et donc je me suis je suis re- amorce retournée à pour un deuxième entretien chaque fois c' est très stressant enfin là en plus de ça c' était euh c' était une mise en condition enfin j' ai vraiment dû travailler au milieu de la rédaction avec euh mes futurs collègues euh qui bien sûr me regardaient comme un animal de foire parce que tout le monde est toujours très curieux de voir la tête euh des futurs nouveaux stagiaires et puis ça s' est plutôt bien passé cette fois enfin enfin faut dire que avant d' y aller j' avais appris par coeur le nom des conseillers d' État puis du syndic de histoire qu' on me reproche plus de pas connaître bon c' était pas forcément exactement suffisant mais disons que ça m' a permis de faire illusion au moins pendant dix minutes et bon après j' ai dû écrire un bulletin le lire au micro alors ça c' est euh la première fois on raconte n' importe quoi parce que on sait pas comment faire devant un micro et voilà et je suis partie et là là p amorce par contre j' avais quand même un meilleur sentiment par rapport à la première fois mais j' étais sûre de rien donc je suis retournée à euh boire du champagne avec mes copines fêter la fin de mes études puis entre temps j' avais j' avais aussi d' autres entretiens enfin j' en avais un autre en en l' occurrence et puis puis voilà et et je me souviens du troisième suites de syllabes de ce fameux rédacteur en chef parce que j' étais en train de faire un parquage en latéral je suis pas très douée pour les parquages en latéral donc il m' a téléphoné à ce moment-là et il m' a dit que c' était bon donc c' était super j' étais j' étais vraiment très contente enfin pour moi c' était euh mon premier travail euh sérieux après mes études où vraiment j' avais besoin de mon diplôme donc j' étais toute contente j' ai un petit peu raté mon parquage latéral j' ai peut-être même touché la voiture de derrière mais bon ça ça c' est prescrit et puis et puis voilà donc euh ben c' est ce qui m' a c' est ce qui m' a amenée à déménager à parce que j' avais obtenu ce travail à et comment se passe le travail maintenant est-ce que c' est c' est intéressant et en quoi est-ce que ça change par rapport aux études est-ce qu' il y a vraiment beaucoup de différences ou est-ce que c' est quelque chose finalement euh qui est une continuité de l' université ben il y a pas mal de différences en fait euh enfin je pense que l' université ça nous donne une base ça nous donne des des connaissances ça nous apprend à travailler ça nous apprend à réfléchir mais après quand on arrive euh ben dans un emploi comme celui-là eh ben finalement ben d' abord on doit apprendre plein plein de techniques euh on doit aussi apprendre à à écrire parce que enfin faut pas forcément écrire euh comme on écrit à l' université on doit apprendre à parler à la radio on doit aussi apprendre à à travailler avec des des collègues euh qui ont pas forcément les mêmes points de vue que nous enfin qui travaillent pas forcément comme nous donc il y a énormément de choses à apprendre qu' on n' a pas apprises à l' université alors après je pense que ça sert ça sert vraiment de d' avoir euh un un background euh universitaire parce que parce qu' il y a vraiment des connaissances il y a ouais il y a il y a un sens critique on a peut-être développé à l' université mais très concrètement dans mon travail quotidien ben non ça me sert pas enfin c' est j' ai pas l' impression d' appliquer ce que ce que j' ai appris à à l' université après ben mon travail oui c' est c' est très intéressant c' est c' est très stressant il faut être euh très rapide parce que euh parce que voilà la radio on a des bulletins à à heure fixe et puis on peut pas se permettre de dire euh aujourd' hui je suis en retard donc euh donc je vais faire mon bulletin cinq minutes après le bulletin il est à onze heures euh il faut être prêt tous les jours à onze heures donc c' est c' est extrêmement stressant enfin il y a des jours où à onze heures moins quart on est prêt et puis il y a d' autres jours où tout à coup il y a des il y a Samuel Schmidt euh qui est hospitalisé à onze heures moins cinq et on est obligé de le dire donc euh il faut improviser il faut il faut écrire très très rapidement quelque chose pour pouvoir quand même le dire à à onze heures donc tout ce côté-là c' est c' est très stressant mais je pense que c' est vraiment passionnant parce que parce que on tous les jours euh j' ai l' impression d' apprendre de de nouvelles choses enfin quand je rencontre des gens ça m' apporte toujours beaucoup parce que les gens souvent ils vi- amorce ils se confient à nous enfin pour eux c' est pas anodin de voir un journaliste et il y en a des qui ont attendu longtemps pour pouvoir parler de leur association pour pouvoir parler de de ce qui leur est arrivé donc euh donc des fois c' est très touchant quoi ils les gens ils les gens nous confient beaucoup ils nous donnent beaucoup et puis bon après il y a les les politiciens eux ils nous confient souvent beaucoup moins enfin c' est c' est plus technique pour eux c' est vraiment euh c' est une partie de leur travail de de parler aux journalistes donc ils ils disent à peu près la même chose à tout le monde euh donc là ça ça ouais ça di- amorce sur le plan humain je pense que ça apporte moins mais après ça ça permet vraiment de enfin d' aborder des sujets comme euh par exemple AVS moi avant de de travailler à j' étais bon l' AVS euh ça me concernait pas trop puis là j' ai été obligée de euh ben de m' intéresser à ça et finalement ben c' est c' est intéressant c' est des choses euh qui sont vraiment importantes pour nous donc c' est c' est intéressant de d' en savoir un petit peu plus c' est intéressant de pouvoir parler ben à des gens qui ont une euh vision en pour cet AVS enfin qui voient ce ce qu' ils veulent en faire euh à l' avenir ou ou ce qui veulent pas en faire et donc euh moi je pense que en général oui c' est c' est assez c' est assez intéressant après bon ça fait cinq ans donc euh forcément qu' il y a une petite routine qui s' installe et puis des fois c' est un peu des automatismes enfin au mille cinq centième bulletin c' est vrai que c' est plus on n' a plus la même flamme que au tout premier puis euh ça se ressemble un peu des fois les nouvelles des fois ça varie ça varie pas forcément enfin depuis deux mille trois on a l' impression qu' il y a tous les jours un attentat en Irak et enfin c' est c' est c' est affreux à dire quoi mais l' information e- amorce elle varie pas tellement même si même si en fait ça concerne de de vraies personnes mais ça on s' en rend pas forcément compte quand on est derrière euh notre écran d' ordinateur enfin pour nous ça ouais ça paraît ouais ça paraît assez répétitif euh euh tu veux que je t' explique un peu ma journée je sais pas comment tu peux expliquer comment on traite les grands événements internationaux suites de syllabes incompréhensibles voilà alors cette semaine comme tout le monde le sait il y a Barack Obama qui a été élu euh à la présidence euh des États-Unis ah nous on est une toute petite radio locale mais on s' est dit quand même mince on a aussi envie de participer un petit peu à cette euh à ce grand évènement international donc euh on a orgsanisé tout un dispositif euh pour pouvoir faire vivre euh cet évènement et donc euh ben ce qu' on a fait c' est que euh c' est qu' on a contacté des des journalistes euh aux États-Unis alors à la base nous on avait déjà des contacts avec euh avec deux personnes qui qui font déjà pour nous parfois des des correspondances donc euh on les a contactées ils étaient ils étaient d' accord de de de travailler pour nous à ce moment-là et on en a trouvé encore trois autres euh un qui dont suites de syllabes enfin c' est tout en fait tout des personnes qu' on connaissait déjà soit qui des journalistes qui ont passé par et puis qui sont maintenant aux États-Unis ou alors des qui sont allés spécialement aux États-Unis pour couvrir cet évènement et donc euh l- amorce ce qu' on s' est dit c' est qu' on va leur demander de se trouver dans un lieu un peu où il y a du monde euh pour qu' ils nous décrivent euh l' ambiance enfin que comment les gens accueillaient ces ces résultats donc euh il y en avait un à New-York qui a été dans un QG démocrate puis après un QG un QG républicain bon il y a un un deuxième à New-York qui a lui a plutôt fait une analyse euh de de ce des résultats de ces élections on avait un à Washington alors lui il est mh il est haïtien donc il est vraiment dans le black power il nous a fait il était dans les quartiers les quartiers noirs de Washington enfin c' était vraiment il y avait une ambiance euh on entendait quand il parlait que il y avait vraiment u- amorce une ambiance euh assez folle euh à Washington on en avait une sur un campus à San Francisco qui était un petit peu elle était un petit peu moins bien mais voilà c' est pas toujours facile euh d' improviser quelque chose et puis on avait encore euh une ex soixante-huitarde euh pour qui euh c' était c' était magnifique que Barack Obama soit élu et euh elle elle était à Los Angeles et donc on les a fait intervenir à peu près tout tout toutes les vingt minutes sous forme euh ben c' était des petits dialogues euh ils étaient en direct euh sur le euh sur le portable alors ça c' est assez stressant parce qu' on sait jamais si le si le portable va couper donc on est très euh on est toujours un petit peu tendu en studio mais bon ouais ça comme dit mon chef c' est de la radio et sinon en studio on a aussi invité des gens enfin qui habitent mais qui ont qui s amorce qui sont soit euh américains on avait un basketteur du qui est donc un un américain noir et puis pas du tout politicien pas du tout politique mais pour qui ben voilà ça une signification parce que c' est son président à lui qui a été élu donc il nous a un petit peu expliqué ça mh il parlait pas très bien français donc il nous a expliqué ça très brièvement autrement on avait un peintre euh aussi en studio qui vit entre New York et puis donc il connaît bien qui connaît bien New York il connaît bien les américains et d' ailleurs qui avait des qui avait téléphoné à ses amis à New York pour voir comment ça se passait donc c' était assez assez sympa puis le troisième c' était un professeur de littérature américaine qui est aussi un américain qui a vécu euh qui a vécu quasi toute sa vie aux États-Unis à part deux ans à donc pour lui aussi c' était euh c' était quelque chose euh cette euh cette élection bon il a essayé de nous faire des théories un peu plus sérieuses donc c' était peut-être un peu moins drôle que le basketteur mais ça apportait un un autre point de vue sur la question et puis voilà et ensuite ben dans les bulletins bien sûr qu' on a ben on a donné là les informations brutes euh qu' on avait des agences de presse pour dire bon Barack Obama obtenu euh je sais plus trois cents quarante-deux grands électeurs contre euh cent nonante-cinq à John Mc Cain enfin je sais plus les chiffres et voilà c' est comme ça qu' on a un peu couvert ce ce grand évènement euh de politique internationale hein alors on va changer un petit peu de sujet comment est-ce qu' on on vit quand on est journaliste avec des