unine09a08m

Corpus:
OFROM (O)
Nom de fichier:
unine09a08m
Contact:
Mathieu Avanzi, Marie-José Béguelin, Frederica Diémoz
Résumé:
problèmes familiaux pendant l'adolescence, lien avec les parents
Date d'enregistrement:
26/09/2008
Durée d'enregistrement:
00:19:41
Nature du signal:
audio
Qualité du son:
environnement peu bruité
Anonymization status (recording):
script Daniel Hirst
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Identifiant:
unine09-ava, unine09-avb
Âge:
inconnu, inconnu
Sexe:
F, F
Profession:
étudiant, inconnu
Niveau d'études:
études supérieures, inconnu
Lieu de naissance:
inconnu, inconnu
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
narration
Secteur:
privé
Milieu:
amical
Modalité:
oral
Nombre de locuteurs:
2
Situation de l'enregistrement:
face_à_face
Sample address:
/annis-sample/ofrom/unine09a08m.html
Texte:
je vais commencer par le début euh tu peux me tu peux me regarder si tu veux me raconter d' accord alors quand j' étais petite euh je faisais du cirque et euh au cirque euh euh ben voilà il y avait plein de gens et plein d' autres personnes et ma maman elle nous elle nous elle nous aidait euh les gens du cirque les jeunes elle venait euh quand on faisait des tournées elle venait euh euh faire la cuisine euh et puis euh et donc du coup elle rencontrait les autres personnes et puis moi je me suis toujours hyper euh culpabilisée parce que c' est là qu' elle a rencontré un type euh elle a rencontré un type qui est devenu son amant fait et moi j' ai toujours pensé et encore maintenant des fois euh je me dis euh que c' était peut-être à cause de moi mais en fait maintenant je sais que c' est pas cause de moi c' est ce que ça allait pas entre mes parents et puis il fallait que que je enfin il faut que je pense à que c' est pas de ma faute enfin bref le fait est que euh ben elle a rencontré ce bonhomme et puis euh j' ai toujours pensé que c' était à cause de moi parce que après donc dans le couple de mes parents ça allait pas tellement bien et euh euh on peut faire un arrêt ou pas trop non ouais parce que je me suis lancée qu amorce j' étais trop jeune et je je vais commencer autrement je recommence d' acc- amorce bon alors vu que dans le couple de mes parents ça allait ça allait pas tellement à ce moment-là de ma vie euh ben ça m' a déjà vachement déstabilisée parce qu' ils s' engeulaient très fort à la maison aussi et euh ben euh je sais pas c' est peut-être là aussi que j' ai ce côté violent de ma personnalité qui fait que ben quand il y a un problème je me j' ai vite tendance à cogner quand c' est des personnes de ma famille en tout cas et euh en fait euh ben c' est parce que mes parents ils ils se cognaient pas dessus mais ils avaient quand même des des gestes un peu violents entre eux quand ils s' engueulaient à propos de leurs histoires moi je regrette beaucoup qu' ils aient pas su euh euh garder leur euh leur intimité leurs problèmes à gérer je trouve que c' est vraiment plus intelligent quand un couple il il arrive à se parler sans faire subir ses enfants parce que du coup ben moi j' étais dans une période de ma vie où je me découvrais où c' était le début de ma puberté puis et puis je j' avais besoin il me semble que j' avais besoin d' aller vers les les gens vers les vers les mecs en particulier et puis ben je j' avais toutes ces embrouilles à la maison alors d' un côté je me focalisais plus sur ce qui se passait chez moi que ce qui se passait pour moi et euh et du coup ben ben ça me faisait beaucoup souffrir parce que j' ai aussi mh une petite soeur et puis un petit frère et eux ils se rendaient pas tellement compte je sais qu' ils ont souffert de cette situation aussi mais j' avais l' impression que déjà ça reposait sur mes épaules à cause du du fait que ma mère avait rencontré ce gars au cirque mon père comme euh il parle beaucoup moins que ma mère je s- amorce je sais pas s' il avait quelqu' un mais je crois que oui ma mère m' en a parlé elle m' a dit qu' il avait aussi quelqu' un donc en fait les torts sont partagés et tout mais euh ouais le fait est que c' était c' était difficile euh à vivre parce que il y avait ben ce côté ce côté de culpabilité que je portais très fort parce que je pensais que c' était de ma faute si elle avait rencontré ce bonhomme donc je m' étais dit que si j' avais pas fait du cirque elle aurait pas rencontré mes parents ne seraient pas gueulés dessus et puis euh bon ben voilà ça ça ça évolué euh de fil en aiguille ben voilà ça s' est aussi répercuté sur mes résultats un peu scolaires euh j' ai j' ai eu euh j' avais de la peine à me à me concentrer euh parce que je pensais trop à ça ça me ça me ça me bouffait trop puis euh alors un une fois la fin d' une leçon de gym je me rappelle euh j' étais restée et la prof avait bien voulu m' écouter ce que j' avais beaucoup aimé parce que j' avais trouvé ça très sympa de sa part et puis j' avais pleuré tout ce que je pouvais et elle avait été super sympa elle m' avait écouté après elle avait pris rendez-vous avec mes parents pour euh pour leur dire que ben que ça me que ça me touchait que euh elle savait pas ce qui se passait dans leur intimité ni quoi que ce soit mais il fallait que ben que ça arrête de me peser dessus puis je me rappelle que ce geste de la part de cette femme enseignante qui était juste mon enseignante ça m' a beaucoup touchée puis je garde euh euh un grand attachement pour cette femme et j' ai l' impression qu' elle a elle a su accaparer un truc qui a fait que ben pour moi tout à coup c' était plus facile à gérer puis du coup mes parents après ont décidé que c' était l' avenir de leurs enfants qui passait en premier et puis que leurs petites histoires de pacotille malgré leur crise de la quarantaine passerait en second et puis alors ils ont décidé de rester unis et alors après ça je suis très reconnaissante à mes parents aussi parce qu' après c' est comme si il y avait eu beaucoup de n- amorce de noir et de méchanceté de trucs négatifs et puis de d' exutoires et de et de et une explosion de tensions ben voilà de part ben que c' est le rythme de la vie qui crée des choses comme ça puis tout allait très mal et tout à coup c' est allé petit à petit beaucoup mieux et puis je le je pour moi ça m' a aidé à me construire je pense au fond peut-être que ça ça créé un attachement un petit peu paradoxal je suis toujours euh assez proche de mes parents alors que je vois les autres euh ils ont l' air un peu plus détachés euh alors que moi je j' ai de la peine à chaque fois que je rentre chez moi parce que là en ce moment je suis euh je suis assez absente de part euh un stage euh que j' ai ailleurs et euh ben je quand je rentre chez moi je suis presque toujours fourrée chez mes parents ou euh assez souvent et euh je me rends compte que je sais pas je sais pas si j' ai une relation beaucoup plus développée avec mes parents que d' autres personnes en tout cas je sais que ben dans les familles qui restent unies il me semble que les enfants sont plus proches de leurs parents mais c' est peut-être d' une manière euh différente en tout cas ça me pose pas mal de questions parce que je me demande si dans mon processus de maturité ça change quelque chose et euh bon aussi il faut savoir que mes parents ils ont eu toujours eu des histoires un peu ils ont jamais ils se sont ils ont toujours ils se sont rencontrés très jeunes mais ils ont toujours eu des amants et des amantes entre temps mais c' est vrai que depuis qu' ils m' ont eu moi qui suis l' aînée euh ils sont restés à peu près fidèles j' ai l' impression mais euh ils de ils nous ont raconté un peu leurs histoires ça leur pose pas de problèmes ils ont fait des longs voyages chacun de leur côté puis ils sont tous toujours un petit peu euh ben voilà ils ont rencontré d' autres personnes ils ont vécu des choses différentes et puis ben ma mère elle a vécu des trucs assez violents comme euh des viols ou enfin un viol en tout cas et puis deux trois histoires un peu un peu difficiles qu' elle avait en qu' elle a vécu en voyage quand elle était en Amérique du sud et puis en dans un autre endroit et euh et enfin j' ai j' ai l' impression que toute cette sphère entre entre guillemets ben de déjà du cul faut parler comme c' est hein je sais pas j' ai j' ai toujours eu l' impression que la sexualité ça ça toujours pris une place énorme dans ma vie j' ai toujours été la première des mes copines celle qui avait couché la la la première celle qui avait vu le loup en premier non mais c' était c' est c' est quelque chose euh qui paraît un peu cocace comme ça quand je le raconte même pour moi-même je quand j' y réfléchis mais c' est toujours moi qui avait des gags sur le cul qui pensait à ça en premier qui incitait les autres ma foi je sais pas j' étais comme ça et puis et je je sais pas si c' est dû à ça je sais pas si c' est dû à mes parents et puis de part leurs histoires parce que quand on a un amant ben c' est forcément qu' on couche avec et puis quand on vit ça un moment de la puberté où forcément on s' intéresse aux garçons je me demande si ça pas un petit peu des liens enfin bref je crois que en tout cas je sais pas si ces histoires sont vraiment liées ou déliées ou ils se relient quand même quelque part euh mais euh ouais ça crée aussi des déséquilibres en fait enfin je sais pas je sais pas si c' est dû à l' histoire de ma famille si ça se répercute si c' est héréditaire ou pas mais vu que j' ai consommé très tôt euh que j' ai cons- amorce d' ailleurs la première ma première fois ça s' est très mal passé euh mais bon aussi d' un côté j' étais tellement curieuse de savoir ce que c' était j' ai jamais pensé faire l' amour avec un garçon la première fois par que je l' aimais euh j- amorce si je croyais que je l' aimais si c' est vrai je croyais que je l' aimais mais euh c' était vraiment plus par curiosité parce que je sais que j' aurais pu prendre mon temps mais lui d' un autre côté il était assez con pour pouvoir se jouer de moi et puis me faire croire à quelque chose que que qui était un leurre en fait qui m' aimait pas en fait j' étais j' étais j' étais sa deuxième copine je l' ai toujours été j' étais pas au courant de ça il s' est foutu de ma gueule toute notre relation il était beaucoup plus vieux que moi puis ben voilà euh du coup euh du coup j' étais une petite nénette de treize ans et demi quatorze ans qui s' est fait sauter dessus par un mec qui l' a qui l' a baisée sans ménagement et et du coup ça m' a ça m' a complétement faussé le truc et puis ça fait ça fait ben maintenant quelques années que j' ai appris a évoluer puis à avoir des relations un petit peu plus équilibrées et saines et et surtout de de moins penser que que que ben c' était toujours moi qui était coupable de tout en fait parce que j' ai j' ai toujours pensé que c' était de ma faute que tout était de ma faute alors du coup ça créé un peu des culpabilités bizarres puis des réactions étranges vis-à-vis des mecs et euh c' était des trucs cons par exemple je même si même si je sais que ben je suis je suis pas une je suis pas un laidron mais je suis pas enfin voilà j' ai j' aurais jamais dû avoir honte de mon corps et pourtant ben j' ai ça fait assez peu de temps que j' arrive à être libérée de de mon non de mon euh de je sais pas de ma ben des des des petits défauts qui sont rien ou qui paraissent débiles euh mais que j' arrive à assumer voilà c' est c' est bête mais je crois aussi c' est parce que comme comme euh on nous a jamais vraiment rien caché dans la famille et puis que enfin du côté de mon père surtout c' est euh le g- amorce le le sexe est un thème euh tout à fait répandu et ouvert tout le monde en parle enfin voilà je veux dire c' est quelque chose il enfin aussi du côté de ma maman fait il y a pas tellement de censure à ce niveau-là ben je trouve que ça m' a ça m' a je sais pas si c' est à cause de ça en fait si pourquoi je ça me ça m' a ça m' a euh tellement vite euh ben je sais pas ouais je enfin bref j' ai j' ai l' impression que tout est lié de toute façon mais j' arrive pas savoir comment et puis dans quel ordre on peut tisser les choses on peut on peut dire que parce que on a eu telle éducation on a telle réaction lors de son adolescence ou lors ben de son de son de sa ma de sa de sa maturité en fait de son évolution alors du coup euh du coup ça reste des questions qui qui qui qui fonctionnent en boucle et puis je me demande toujours mais euh et dans ta famille c' est ouvert enfin tu disais que le sexe c' est un un un sujet ouvert mais même avec tes ta grand- amorce enfin tes grands-parents tes oncles tes tantes enfin vous parlez de ouais c' est c' est un peu plus d' un côté il y a beaucoup de référence au au au cul en tant que tel beaucoup de blagues beaucoup de il y a b- amorce toutes des réactions qui sont euh pas je sais pas c' est c' est dans un dans une manière de parler qui est pas explicitement on parle pas par forcément de son intimité mais on parle des choses en utilisant un vocabulaire sexuel c' est-à-dire euh putain celui-là euh je j' ai un peu honte euh je je le je l' enculerais bien avec du sable pour dire putain il me fait trop chier il faudrait que j' y pète la raie quoi non mais c' est sérieux ça se dit comme ça quoi ou bien euh ou bien non mais je je sais que c' est ouais parce que ben voilà ça fait mal de se faire enculer avec du sable enfin je sais que ça peut paraître un peu grossier vulgaire et un peu ouais enfin voilà mais c' est comme ça que ça se dit mais ça ça ça crée des topos en fait des des espèces de de lieux communs euh de discussion dans la famille puis du coup euh ben du coup ça m' imprègne et je p- amorce me demande si c' est ce genre de débordements ben qui fait que ben forcément on est on est plus on est plus sensible à la chose ou plus apte à répéter ou à faire des analogies à des comparaisons ou des métaphores au niveau de du cul tout simplement et puis ben voilà donc je sais pas d' un côté ça entraîne aussi euh peut-être d' autres euh d' autres euh d' autres réactions j' en sais rien faudrait en fait euh suites de syllabes ouais non alors c' est un peu un vaste sujet mais bon ouais la sexualité sexualidad ben il y a des fois où c' est très glamour il y en a des fois où c' est moins mais faut dire qu' il y a plein de fois où c' est pas glamour quand même il y a beaucoup il y a beaucoup de fois où je trouve qu' on il y a il y a des p- amorce enfin des fois on couche avec des gars enfin en tout cas pour ma part sans vraiment savoir pourquoi en fait déjà non enfin on va dire quelque chose d' intéressant enfin ce qui me semble peut-être intéressant pour moi c' est de savoir pourquoi des fois on s' abandonne sans vraiment réfléchir et puis à n' importe qui et puis sans vraiment savoir pourquoi on le fait juste peut-être pour exister ou pour se rendre compte que on a euh on ben on plaît c' est vraiment assez euh c' est a- amorce est assez basique comme euh comme euh réfléxion mais des fois on se laisse euh on se laisse séduire on se laisse euh approcher on se laisse euh ben toucher au plus profond suites de syllabes incompréhensibles puis bon sait pas vraiment pourquoi on sait juste que c' est parce que c' est pour le fun on sait pas si c' est vraiment aussi euh à cause ben de ben c' est un phénomène de société comme disent souvent les gens euh maintenant le euh ça se vit différemment c' est vrai que c' est pas la même chose qu' il y a cinquante ans et qu' il y a une libération des moeurs et qui est ça fait partie de ça mais euh on peut se laisser euh ben plus facilement embarquer dans des histoires sans lendemain ni ni queue ni tête ni queue ni queue suites de syllabes incompréhensibles ouais en tout cas moi je pense que pour avoir couché avec plusieurs de mes profs suites de syllabes incompréhensibles non quand même deux c' est pas énormément mais c' est déjà ça suites de syllabes incompréhensibles je pense que il y a quand même un ben j' ai quand même un problème suites de syllabes incompréhensibles je sais je sais pas d' où ça vient je sais pas si c' est parce qu' ils ont l' autorité ou pas je sais pas qu' est-ce que je cherche en fait mais c' est vrai que ça va que ça va mieux depuis un certain temps je me je suis je suis je suis avec un mec depuis un peu plus plus longtemps d' une année euh j' ai j' ai plus envie d' aller chercher cet interdit je pense qu' il y avait aussi une part de de truc comme je disais avant où j' ai toujours été la celle qui montrait le chemin à ses copines qui disait euh je me rappelle la première métaphore que j' ai fait sur les couilles d' un mec je trouvais que ça ressemblait à des petits sacs en plastique remplis de farine parce que ça avait un petit peu cette consistance la il fallait que je raconte à mes copines fallait que je raconte à mes copines comment c' était les couilles d' un mec suites de syllabes incompréhensibles puis je trouvais que bon je connaissais pas encore les figues mais je pense que maintenant j' aurais presque suites de syllabes incompréhensibles suites de syllabes incompréhensibles j' aurais presque plus dit que ça ressemblait à des figues mais suites de syllabes incompréhensibles enfin voilà c' est pour une métaphore culin- amorce suites de syllabes incompréhensibles bref donc je sais pas en fait ce mais la première fois c' était avec qui la première fois c' était avec euh un de mes profs ouais mh un gars plus vieux que moi ben pas pas tant que ça plus vieux mais enfin voilà quand même j' avais tu sais j' étais très jeune j' étais encore à l' école secondaire et puis euh et puis ben lui il était quand même euh enfin voilà il était apte à donner des cours pendant un certain temps et puis ben voilà ça s' était donné comme ça mais c' était ma première expérience puis elle était traumatisante complètement et puis je regrette beaucoup parce que du coup du coup je suis passée de l' état de rien à tout c' est-à-dire que j' étais une jeune petite adolescente euh qui qui voyait sa famille un peu se déchirer et puis tout à coup ben ça allait mieux alors du coup ben ça ça fait que ben je pouvais me euh me libérer de ça pour penser à autre chose puis j' ai rencontré ce gars et je me suis dit ben pourquoi pas lui puis fallait que je sache comment comment c' était puis euh ben voilà je suis passée de l' état de rien d' un n- amorce d' un n- amorce à ne voir suites de syllabes incompréhensibles euh j' avais même jamais embrassé un garçon à me retrouver euh à train en fait on m' a non mais c' est s- amorce en fait je me suis retrouvée tout à coup ça en fait c' était euh s c' était euh dans un dans un dans un espèce de de garage parce qu' il fallait qu' on se cache parce que lui voulait pas qu' on se voit ben c' était compréhensible mais enfin voilà puis il m' a fait une il m' a fait un une une caresse qui a un nom et je savais même pas que ça s' appellait comme ça mais j' était encore tellement jeune je savais pas qu' on pouvait mettre des noms sur des pratiques sexuelles et puis je je je me demandais ben je savais pas ce qui m' arrivait je savais pas si c' était normal si ça se faisait comme ça si c' était complétement déviant ou je savais pas ce qui se passait j' arrivais même pas profiter du moment parce que j' étais complétement focalisée sur le fait que je réfléchissais à ce qu' il pouvait penser lui de moi ce moment-là parce que j' avais absolument envie de paraître euh grande et puis mature et puis de jouer un rôle que ben que ben manifestement je pouvais pas avoir vu que ce savais pas ce qui ce qui m' arrivait vu que je passais de l' état de j' ai jamais engra- amorce brassé un garçon à à je couche avec alors forcément il y a ce décalage-là qui a créé après ben je pense d' autres type de m- amorce minis- amorce séismes m- amorce micros euh traumatismes dans ma vie euh affective et ben ça fait que c' était pas toujours très simple à à gérer c' est peut-être pour ça aussi que j' ai des problèmes euh euh enfin j' ai pas de problèmes je crois que je suis une assez équilibrée puis que je me je me monte souvent le le bourrichon pour pas grand chose mais je c' est en tout cas je pense que ça peut expliquer pas mal de choses d' avoir vécu une histoire euh une histoire de ben va ve- amorce de vivre son premier émoi avec un gars qui qui qui sait pas ben qui sait pas amener une chose belle qui est belle qui est qui est très attractive et agréable et puis de faire euh de faire euh de rendre ça complétement hérmétique et terrible et douloureux alors forcément ça crée des manques et puis des désequilibres et moi j' ai perdu confiance en moi beaucoup beaucoup après ce moment enfin cet ép amorce cet épisode et voilà donc du coup après je me j' ai dû me reconstruire petit à petit et euh ben c' est vrai que ça prend du temps de pouvoir euh ben mieux mieux appréhender déjà les choses puis pas être seulement vue comme euh ben comme un un objet de de désir parce que j' étais j' étais juste que ça cette époque j' étais juste euh euh un vide-couilles non mais c' est vrai j' étais ça j' étais une espèce de p- amorce de minette euh de qui on pouvait se jouer ma foi euh on me faisait un cadeau moi je savais pas ce que c' était l' amour euh je étais éperdumment euh ben juste je sais pas si j' étais amoureuse mais en tout cas j' étais complétement obsédée par ce mec et puis je j' étais prête à tout sacrifier pour lui parce que je je savais pas ce que c' était alors ça ça ça crée des des mouvements d' âme comme ça incontrôlables mais voilà maintenant on se contrôle un peu mieux puis voilà