unine11b06m

Corpus:
OFROM (O)
Nom de fichier:
unine11b06m
Contact:
Mathieu Avanzi, Marie-José Béguelin, Frederica Diémoz
Résumé:
inconnu
Date d'enregistrement:
26/10/2011
Durée d'enregistrement:
00:09:51
Nature du signal:
audio
Qualité du son:
environnement peu bruité
Anonymization status (recording):
script Daniel Hirst
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Identifiant:
unine11-rsa, unine11-rsb
Âge:
61+, inconnu
Sexe:
F, F
Profession:
inconnu (retraité), inconnu
Niveau d'études:
inconnu, inconnu
Lieu de naissance:
Suisse, Châtillon, inconnu
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
entretien
Secteur:
privé
Milieu:
amical
Modalité:
oral
Nombre de locuteurs:
2
Situation de l'enregistrement:
face_à_face
Sample address:
/annis-sample/ofrom/unine11b06m.html
Texte:
on peut on peut parler de votre comment vous est venue l' envie de faire toutes ces collections ben écoutez déjà ma ma plus grande collection bah c' est ma collection d' étiquettes de bouteilles de vin bon j' avais une une amie qui qui me disait bah je garde je garde des étiquettes puis elle m' a montré deux trois trucs mais elle les avait comme ça un peu en vrac puis j' ai dit op- amorce c' est dommage parce que ça serait plus joli présentable si c' était classé ou puis après bon moi je me suis ah mais c' est pas si mal que ça ben ça me plairait bien et puis bon ben j' ai commencé de de chercher un peu des des prospectus euh bah un livre où il y avait pas mal de d' adresses de de domaines de vignerons valaisans vaudois genevois puis je me suis mise à écrire euh à envoyer ben plein de courriers puis j' ai vu que ça ça avait un bon répondant après je me suis lancée ben dans les dans des grands les grand domaines français les caves euh alsaciennes puis c' est vrai que pas sur vingt courriers que j' ai envoyés en Alsace en tout cas seize dix-huit venaient en retour alors euh quand j' avais comme ça envoyé une série ben j' attendais tous les jours le facteur pour voir si il venait du retour alors là je me dépêchais vite d' ouvrir mes courriers puis souvent ben elles étaient déjà rangées dans mes classeurs avant de d' avoir pelé les pommes-de-terre ou d' avoir passé mon petit plumeau et puis ben voilà ça fait quoi une dizaine d' années douze ans comme ça ben je suis partie là-dedans puis je suis vraiment euh je suis vraiment oh ça plaît parce que c' est vrai que quand c' est classé c' est beau et puis euh quand je vais quelque part euh là j' ai fait quelques fois aussi présenter mes mes classeurs euh à un vinorama puis j' ai vu que c' était apprécié oh mais j' aurais jamais pensé que on pourrait regarder ça c' est vrai qu' il y en a des belles puis après ben j' ai des amis qui m' ont dit ben écoutez euh quand j' aurai des des bouteilles avec des belles étiquettes ben je vous les mettrai de coté alors euh c' est très souvent qu' il y a des des cartons des sacs de de bouteilles vides au fond de mon garage et puis bah voilà je continue d' accord alors euh bon ben bon ça me coûte sans me coûter ça me coûte deux timbres quand même hein mais enfin suites de syllabes quand on veut quelque chose euh puis qu' on est on a une passion de quelque chose euh c' est pas ça il y a des choses qui sont plus onéreuses que ça par exemple ma ma collection de miniatures euh là ben il y a une petite fortune qui repose pat- amorce pratiquement parce que là euh tout celles que j' ai je les ai achetées mais là aussi on a des amis en Valais puis leur fille travaillait dans une euh une droguerie parfumerie puis elle en ce temps-là on euh les les les représentants lui donnaient des miniatures alors elle en avait tout un carton de doubles et puis une fois qu' on a été en visite chez eux ben elle me dit bah regarde j' ai tout ça puis j' avais vu elle en avait des armoires oh mais c' est beau ça ça me plairait bien oh si tu veux je te donne tous mes doubles et puis ben je suis partie comme ça alors euh quand j' allais me promener euh à Berne à Bâle euh n' importe où ben je rentrais dans les parfumeries puis je essayais de ramener quelque chose d' accord alors là j' en ai environ mille cinq cents aussi et puis mon mari ben euh et il s' est amusé à me faire toutes les petites armoires comme ça c' est bien rangé et puis puis voilà mais maintenant euh on en trouve pratiquement plus non encore euh samedi j' ai demandé là dans une parfumerie ils m' ont dit bon c' est rare qu' on en ait ou alors euh de temps en temps euh ils les offrent à l' achat d' un grand flacon mais là aussi moi je veux pas me permettre à acheter des grands flacons pour avoir une miniature donc ben là de ce coté-là je me suis un peu calmée alors voilà et puis votre et puis les cartes postales eh ben dans tous les endroits où je vais ben je m' envoie des cartes avec des timbres différents ou bien alors si je connais des des amis qui vont faire un voyage quelque part j' y demande oh j' ose te demander euh de m' envoyer une carte pour ma collection j' y dis ben c' est vrai que si on demande rien il arrive carré- amorce y a rien qui arrive tout seul dans les classeurs donc euh voilà alors mon mari il me dit ah mais tu sais maintenant à notre âge euh faudrait voir pour un peu te calmer parce qu' un beau jour on va faire quoi de tout ça on n' a pas d' enfants qui c' est qui veut avoir le plaisir de prendre tout ton commerce ah on remplira des bonnes bennes et puis bon ben je dis ma foi pendant que je vis moi j' ai du plaisir avec ça hein je pense pas à ce qu' on en fera le jour euh où on sera plus là tant pis il y en a peut-être qui seront intéressés mais pour le moment il y a encore personne qui m' a dit ben tante j' aimerais bien que alors voilà et puis votre mari n' a pas de ne fait pas des collections comme ça ben lui il a il a son sa petite armoire euh de Ferrari mais bon ça s' arrête là puis là ben voyez j' ai des bouteilles partout aussi euh on a de la chance d' avoir une maison pour euh mettre ou les albums de photos ou les les classeurs parce que moi j' estime si on fait quelque chose ben on le fait bien donc euh c' est rangé c' est mais ma foi ça p- amorce ça commence à envahir toutes les pièces de la maison puis bon ben il y a des fois un peu du désordre parce que il y a il y a des des petits livres d' adresse je découpe euh des nouvelles euh des nouvelles adresses de no- amorce de domaines alors euh je les mets de coté quand j' écris pour voir euh après s' ils me répondent ben je je classe euh les petits dépliants avec les étiquettes des trucs comme ça mais enfin voilà on sait pas où ça s' arrête la folie la première collection que vous avez faite donc ça remonte à il y a déjà un moment ouais quand même euh bon avant quand je j' étais en pleine activité ben j' ai f- amorce j' ai fait partie de on avait fondé il y a plus que trente ans l' atelier septante-six à donc c' est un groupe de dames qui se réunissi- amorce qui se réunissaient quelques après-midis par semaine et puis celles qui savaient faire quelque chose apprenaient aux autres alors euh du pendant la la période que mon mari travaillait ben souvent trois après-midis par semaine ben on avait un local euh à puis je passais mes après-midis ah ben à partager mon savoir avec d' autres et puis bon ben avec les années ben on se lasse aussi et puis euh ben il faut aussi laisser la place aux autres parce que ça devient un peu envahissant on a moins envie et puis euh une fois que mon mari a eu la retraite ben on a envie de faire aussi d' autres choses alors de ce côté-là je me suis bien calmée bon avant quand il travaillait euh j' étais vraiment plein dans surtout dans mes patchworks euh j' ai fait des couvres-lits je j' aimais faire aussi euh ben justement j' avais tellement de choses d' artisanat que j' ai j' ai fait quelque fois des des marchés d' artisanat des marchés de Noël des des marchés dans dans les villages ben pour essayer d' un petit peu vendre ce que je faisais alors euh bon ça fait cinq ans que j' ai eu un grave problème de santé puis maintenant ben il y a bien des choses que je peux plus faire mais il y a encore je il y aura encore bien du stock que je pourrais presque faire euh une exposition c' est vrai alors voilà non non mais on trouve pas le temps là et puis maintenant bah ça fait aussi euh vingt ans que je fais partie du groupe missionnaire de la paroisse de donc euh avant on avait ben nos petites grands-mères qui nous tricotaient les chaussettes ben ma foi les petites grand-mères elles sont plus là alors c' est moi qui ai pris leur place alors euh maintent je suis c' est la mémé des chaussettes ouais j' en fais chaque année oh cette année je suis sûre j' en ai bien fait cinquante soi- amorce septante paires donc on aura notre vente euh fin novembre puis les chaussettes ben c' est toujours la mode hein alors voilà maintenant je m' occupe plus à faire euh des chaussettes des chaussettes d' enfants des chaussettes d' adulte des chaussons enfin tout ce qui ce qui fait partie de de tricots de laine j' aime j' aime m' occuper avec ça maintenant d' accord et puis cette vente ça va c' est pour quoi ben c' est pour euh en faveur des des missionnaires qui sont des missionnaires jurassiens qui sont disséminés à travers euh le monde alors euh les bénéfices qu' on fait à notre vente ben on leur envoie des des dons pour les aider d' accord oui bon il y a pas que chaussettes hein il y a il y a toujours comme dans les les ventes de paroisse ben des pâtisseries du pain des on fait sur deux jours euh puis on a une bonne équipe euh d' artistes presque qui font plein de de belles choses on nous dit toujours que c' est à qu' il y a le la plus belle vente euh paroissiale de dans la région même on a pas mal de gens qui viennent d' Ajoie aussi pour euh admirer ce qu' on fait alors euh tout le long l' année ben ma foi on trouve pas le temps long parce que vous êtes nombreux à participer ben on est pas tellement ben écoutez les jeunes sont pas intéressés à ce genre d' activité ils aiment mieux le sport tout ça mais on est une quinzaine de dames c' est peu pour un grand village de mais on se débrouille hein d' accord oui c' est bon oui c' est tout bon merci beaucoup