unine11c14m

Corpus:
OFROM (O)
Nom de fichier:
unine11c14m
Contact:
Mathieu Avanzi, Marie-José Béguelin, Frederica Diémoz
Résumé:
études
Date d'enregistrement:
10/08/2011
Durée d'enregistrement:
00:10:32
Nature du signal:
audio
Qualité du son:
environnement peu bruité
Anonymization status (recording):
script Daniel Hirst
Niveaux d'annotation:
Annotation automatique
Identifiant:
unine11-yfa, unine11-yfb
Âge:
21-60, inconnu
Sexe:
F, F
Profession:
secrétaire patronale, inconnu
Niveau d'études:
lycée, inconnu
Lieu de naissance:
Suisse, Martigny, inconnu
Statut de l'annotation:
automatique
Type:
entretien
Secteur:
privé
Milieu:
amical
Modalité:
oral
Nombre de locuteurs:
2
Situation de l'enregistrement:
face_à_face
Sample address:
/annis-sample/ofrom/unine11c14m.html
Texte:
professions successives que tu as fait alors euh ben j' ai fait un finalement un an- amorce un apprentissage d' employée de commerce euh dans une banque alors le le premier job que j' ai trouvé c' était aux où j' étais assistante de rédaction ça ça a duré euh quatre ans ouais quatre ans pendant lesquels job s' est transformé un petit peu parce que euh les la dernière année j' ai commencé à faire euh un peu de journalisme c' est-à-dire qu' on m' avait on m' avait octroyé une page mensue- amorce ouais une page entière mensuelle pour euh m- amorce j' avais une rubrique qui s' appelait et puis euh il s' agissait d' interviewer des au départ c' étaient des personnages féminins valaisans ou proches du Valais ou originaires du Valais mais ayant émigré qui qui faisaient euh quelque chose de particulier dans la vie qui qui avaient des postes euh plus intéressants ou plus plus originaux pour des femmes pour l' époque euh tout ça alors euh ben voilà je mélangeais un petit peu mes mes deux activités d' assistante de rédaction et puis de je de ouais puis je faisais des petits sujets pour boucher les trous de rédaction qui qu' il y avait et puis ça cette activité là de de journalisme je l' ai poursuivie au-delà de de du moment où où j' ai cessé de collaborer en tant que qu' assistante de rédaction parce que quand je me suis mariée j' ai a- amorce j' ai arrêté de travailler au bureau mais j' ai gardé juste cette activité là tu allais faire des entretiens alors et puis après tu pendant quelques années ouais tu rédigeais des articles ouais je relisais les articles et puis je ça paraissait à raison d' une fois par mois puis au bout d' un moment ça c' est un petit p- amorce ça un petit peu évolué parce qu' au bout de deux ans de de pages exclusivement consacrées aux femmes je trouvais que ça tournait un petit peu en rond que ça devenait un petit peu pauvre et puis on a ouvert euh la rubrique à aux hommes et aux femmes mais toujours en essayant de de trouver quelqu' un euh d' original c' était dans quelle revue ouais c' est à l' époque c' était un journal euh local enfin local euh valaisan quand même mais qui paraissait trois fois par semaine maintenant ça changé c' est c' est p- amorce est plus pareil maintenant il s' est il disons qu' il a gardé plus que le côté quasiment plus que le côté politique hein et une fois alors tu faisais une fois par mois il y avait cette page ouais c' était ouais c' est ça m' a beaucoup apporté oui j' ai toujours beaucoup aimé écrire ouais très bien suites de syllabes incompréhensibles c' est pour ça qu' ils ont pensé à toi pour non c' était moi qui avais proposé donc je j' avais ce job d' assistante de rédaction on m' avait demandé de temps en temps de boucher des trous quand tu as pas un journaliste disponible pour aller couvrir un tel évènement on me me demandait si je voulais le faire je le faisais puis à force j' étais un peu frustrée de faire des petites choses ou bien euh il y a il y a ddes idées qui me venaient puis je me disais ben c' est bête on devrait faire ça dans ce journal on devrait proposer pour euh pour intéresser euh d' autres lecteurs ou comme ça puis un jour ben j' ai eu l' idée de proposer à mon rédacteur en chef puis il a trouvé ça super et puis il m' a donné carte blanche il m' a il m' a dit ben écoute ouais euh une fois par mois mh c' est chouette et puis voilà ouais c' est chouette ça m' a permis de faire des rencontres de comprendre beaucoup de choses de ce qui se passe autour de nous ouais c' était vraiment très intéressant pour moi qui venais de d' un petit village qui avait eu une vie un petit peu renfermée tu vois de par la situation j' a- amorce j' avais pas été ouverte comme ça sur le sur le monde comme euh mes copains copines du même âge parce que je passais pas mes mercredis après-midi et mes samedis à faire la même chose qu' eux tu vois j' étais plutôt à la maison en train de faire mes tâches ménagères alors j' avais des idées j' avais plutôt pas d' idées quoi je j' avais un petit peu quand même le sentiment que le le l' essentiel du monde tournait euh jusqu' aux limites de mon village tu vois tu les trouvais comment les personnes que tu interrogeais toutes intéressantes c' était pourtant très éclectique hein je ça pou- amorce ça pouvait être quelqu' un du monde de l' art du monde l' économie du monde même de j' ai j' ai interviewé une fois la la femme qui était responsable de la régie fédérale des alcools à Berne et puis ça c' est plutôt un peu le gendarme pas du tout appréciée par tous les paysans chez nous en Valais mais tout ça j' ai j' ai trouvé très intéressant ça je l amorce tous à leur niveau j' étais chaque foi- amorce chaque fois que je revenais d' une euh d' une aventure comme ça je trouvais que c' était le truc le plus génial au monde j' étais très curieuse et puis je crois assez bon public et puis j' avais cette faculté d' être mais ça ça va avec la curiosité je pense d' être euh assez caméléon enfin il me semble que j' avais assez d' empathie alors si on me racontait euh on me racontait euh le la personne me racontait sa vie son parcours tout ça j' arrivais vraiment très bien à me mettre dedans à me mettre à sa place puis je je ça me suscitait des des bo- amorce les bonnes questions ils ils ont toujours beaucoup apprécié et moi j' ai toujours trouvé ça très enrichissant il y a il y a beaucoup de ces gens avec lesquels euh j' ai gardé des relations ou qui m' ont ouvert d' autres portes ça été vraiment déterminant cette expérience pour la suite de ma vie de ma vie en général après donc quand euh j' ai j' ai terminé complètement la collaboration avec le suites de syllabes incompréhensibles pour des raisons familiales de couple on dira non moi je trouvais pas que ça faisait trop mais il a fallu que j' arrête et mh après tu travaillais où en parallèle tu as dit qu' un temps tu faisais le et puis que tu avais changé de de poste d' employée de commerce non j' ai fait employée de commerce ça c' était mon diplôme si tu veux que j' ai eu par la banque après j' ai travaillé au quatre ans voilà la collaboration s' est poursuivie un peu juste avec le domaine journalistique et puis après je me suis arrêtée de travailler euh pendant pendant combien de temps euh quand il y a eu oui était là jusqu' à ce qu' il ait eu euh trois ou quatre ans là j' ai repris une petite activité à quarante pour cent oui c' était quarante pour cent euh dans une compagnie d' assurance ben auprès justement d' un d' un d' un gars que j' avais connu comme ça euh par le puis il lui manquait u- amorce une s- amorce une secrétaire à temps partiel et il lui restait deux ans ou trois ans je crois à travailler avant de qu' il qu' il prenne sa retraite et puis donc là j' ai j' ai été d' accord de collaborer avec lui ce qui me permettait de faire garder par euh par sa grand-mère deux matins par semaine et puis euh je l' avais mis dans une crèche un autre matin et puis c' était une expérience ça me permettait ça me rassurait aussi parce que je me disais que comme ça je perdais pas le fil avec le le monde du travail et c' était l' époque où les bureaux commençaient gentiment à s' équiper avec euh l' informatique parce que j' avais pas du tout appris à travailler avec l' informatique j' étais avec une machine électrique à boule et puis on n' avait pas de fax ça n' existait pas on avait une photocopieuse noir blanc qui chauffait après cinq cents photocopies tu vois on en était là et là d' aller dans ce bureau ça m' a appris les premiers programmes de word comment tu vois traitement de texte tout ça bref c' était a- amorce c' était assez intéressant ça me permettait de me reconnecter au monde euh à la vie sociale euh de la ville et puis les grands-parents de de l' autre côté ils habitaient euh ici à c' était très pratique c' était c' était s- amorce vraiment sympa et puis après j' ai à nouveau arrêté euh quand a a commencé l' école j' ai été confronté à un choix qui était trop terrible pour moi pour mon coeur de maman c' est-à-dire que il commençait l' école à neuf heures du matin l' école co amorce à neuf heures ou neuf heures et quart et si je continuais de travailler ça voulait dire que parce que c' était le matin il y avait p- amorce je pouvais pas négocier ça suites de syllabes incompréhensibles euh donc ça voulait dire non que je devais le le réveiller avant sept heures pour moi être à mon job à sept heures et demie alors que lui il devait commencer l' école qu' à neuf heures et quart j' aurais pu le placer lui dans il y avait des des accueils pour les enfants pour euh dont les mamans travaillaient et tout ça mais je trouvais ça vraiment trop trop inhumain je trouvais pas juste euh comme vie pour euh pour un petit chou alors j' ai décidé d' arrêter et puis euh puis d' axer sur lui et si je trouvais quelque chose euh s- amorce dans un organisé différemment du point de vue horaire euh ben je l' aurais pris mais j' ai pas trouvé alors pendant quelques années j' ai j' ai arrêté je me suis occupé de lui mais j' ai